La Sherpa

De
Publié par

Le narrateur, un lycéen enclos dans l'étouffoir de l'adolescence, cherche obscurément à s'échapper du bourg enclavé qui l'a vu naître, véritable combe ployant sous les brouillards. Seule une vieille moto, la Sherpa, lui permet de quitter un peu cet espace opprimant, de gravir les versants abrupts de la cité ...
Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 49
EAN13 : 9782296485273
Nombre de pages : 90
Prix de location à la page : 0,0065€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois


© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-56799-3
EAN : 9782296567993

La Sherpa

Christophe Roser

La Sherpa

roman

L’Harmattan

à

N

.

K

.

I

n Umautre, à l’opposé, ras, violent, a glissé dessous la porte
jusqu’à buter au pied du lit. Il devait être sept heures, au
plus.
Je me tenais allongé, submergé par des soubresauts, des
simulacres de conscience, depuis un laps démesuré me
semblait-il quand, de conserve, l’astre et mon père ont
consenti à corriger de quelques degrés leur station respec-
tive. Comme à l’accoutumée, aux entours de cette heure
inflexible, immuable, ils avaient cru bon se lever. Alors que
non, et ce jour plus particulièrement que tout autre, qu’on
aurait aussi bien fait de refuser, de faire rien, d’oublier sans
plus ciller, s’émouvoir si l’on en était à même et, en
définitive, de renvoyer le temps à lui-même.
C’est qu’à compter de ce jour, on pouvait tenir pour
certain, inexorable, l’amoncellement de jours sans nombre,
gris, semblables qui ne manqueraient pas de nous assaillir,
nous rudoyer sous le ciel gris, empêché, du grand Est et
qui, dès lors, lui, le gris régnerait sans partage tout au long
de la durée irréductible, incontournable qu’il était requis de
franchir avant que d’atteindre à nouveau la clarté de juillet
ou celle, mauvaisement augurale, d’août. Neuf mois ne
seraient rien en regard de ce que, de ce côté-ci, ils
semblaient quand, une fois encore, nous était infligée une

nu’uqsrol ,stiun son tneluocé’s ùo dnoces edno el tnaugran ,telov ud srevart ua tiartlif erèimul ed iar

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.