La Sirène des Îles de la Madeleine

De
Publié par

Un conte à saveur écologique où les animaux passent à l'action... On y découvre pourquoi la petite Julie des Îles de la Madeleine est entraînée au fond des mers par le homard Pince-sans-rire. Transformée en sirène, elle ne parcourra plus les plages à la recherche de trésors... mais on pourrait bien l’apercevoir pourchassant les braconniers et les pêcheurs sans scrupule…
Publié le : samedi 21 mai 2011
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896825530
Nombre de pages : 68
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat


La Sirène
des Îles de la Madeleine
conte de Sylvain Rivière
illustrations de Dominic BercierLa Sirène
des Îles de la Madeleinecollection météorite
La Sirène
des Îles de la Madeleine
conte de Sylvain Rivière
illustrations de Dominic Bercier
Pour la publication de ce livre, Bouton d’or Acadie a
bénéficié de l’aide du Conseil des Arts du Canada, du
ministère du Patrimoine canadien par l’entremise du
Partenariat interministériel avec les communautés de
langue officielle, et de la Direction des arts du
NouveauBrunswick.
Titre : La Sirène des Îles de la Madeleine
Conte de Sylvain Rivière
Illustrations de Dominic Bercier
Mise en pages : Marguerite Maillet
Papier ISBN 2-922203-57-3
PDF ISBN 978-2-89682-203-4
ePub ISBN 978-2-89682-553-0
eDépôt légal : 2 trimestre 2003
Bibliothèque nationale du Canada
Bibliothèque nationale du Québec
Centre d’études acadiennes, Université de Moncton
Tous les droits réservés pour tous les pays.
© Bouton d’or Acadie
204C - 236, rue Saint-Georges
Moncton (N.-B.), E1C 1W1, CANADA
Téléphone : (506) 382-1367
Télécopieur : (506) 854-7577
Courriel : boutondoracadie@nb.aibn.com
Internet : www.boutondoracadie.com« Le propre des légendes est de
rajeunir perpétuellement… »
auteur inconnuMot de l’auteur
La Sirène des Îles de la
Madeleine, c’est bien plus qu’un
conte qui relate les aventures d’une
petite fille des Îles ou qui trace le
portrait d’un vieux pêcheur
portugais appelé Josué. C’est une trouée
dans l’imaginaire maritime des
pêcheurs de sardine des côtes de
l’Europe. C’est un tableau de la vie
dans l’archipel madelinot, situé en
plein golfe du Saint-Laurent, où
s’échouent mille et un objets
susceptibles de changer le destin des êtres
et le cours du temps…
9C’est aussi une prise de
conscience de la fragilité de la planète
et de l’équilibre naturel qu’il faut
préserver. De part et d’autre des
points cardinaux, chacun de nous
dépend de l’environnement naturel
pour son bien-être et sa survie.
Personne ne fera pourtant
attention au signal d’alarme sonné par le
vieux Josué. Ce conte est comme
une bouteille jetée à la mer, un
appel lancé à la conscience
collective.
101
Le vieux Josué
Il y a bien longtemps, de l’autre
côté de la mer océane, dans un
petit village de pêcheurs de
l’Algarve, au Portugal, au bord du
golfe de Cadix, vivait le brave père
Josué, marin de métier, de père en
fils.
Comme son père et son
grandpère avant lui, le vieux Josué tirait
sa subsistance de la mer si
généreuse en faisant la pêche à la
11sardine. Contrairement à d’autres
pêcheurs moins scrupuleux–
attirés par l’appât du gain –, le bon
père Josué n’en ramenait jamais
plus qu’il n’en fallait pour nourrir
sa famille. Il préférait protéger la
ressource pour qu’à leur tour, au
jour voulu, les enfants de ses
enfants puissent en faire autant.
Depuis un certain temps
cependant, il était le seul à penser de la
sorte. L’ensemble des pêcheurs,
grisés par l’argent, s’était mis à
pratiquer une pêche sauvage. Cela
faisait le bonheur des armateurs
qui achetaient le produit de leurs
pêches à petit prix pour ensuite le
13transformer. Ainsi, ils en tiraient
en peu de temps un profit
maximum en mettant en boîte les
petites sardines de l’Atlantique,
avant de les acheminer en produit
de luxe dans tous les ports
d’Europe et, bientôt, d’Amérique.
Cette façon de faire
irrespectueuse envers la nature n’était
pas sans déplaire au vieux Josué, un
peu plus vieillissant de jour en jour.
Mais il ne trouvait plus la force de
se battre contre des hommes
envieux et un système de valeurs
basé uniquement sur l’argent.
C’est pourquoi les autres
pêcheurs en vinrent à l’ignorer
14complètement, le jugeant trop
sévère envers le progrès et ceux qui
en profitent. On finit par oublier
qu’il existait, car on ne savait rien
de ses allées et venues, de ses
pêches de plus en plus pauvres, de sa
tristesse à voir ses amies les
sardines à la surface des eaux, de sa
peine à les voir baigner dans l’huile
sur les tables des bourgeois rapaces
cravatés pour la circonstance.
Pas étonnant qu’un jour le
vieux Josué ne revint pas au port. Il
préféra se laisser couler à pic avec
son ancre sur un fond de pêche
déserté où il pêchait la sardine
depuis un demi-siècle déjà.
16Il se l’était promis depuis le
premier jour de la surenchère de la
pêche à la sardine : le matin où il
ne pourrait plus remonter une
seule sardine, leur cimetière
deviendrait aussi le sien. Il y avait
trop longtemps qu’elles se
donnaient à lui et lui à elles, pour que
tout meure ainsi d’une mort quasi
naturelle. Les sardines n’avaient pu
choisir leur mort ; par solidarité, il
choisirait la sienne et unirait son
destin au leur par vingt brasses de
fond, là où le mystère appartient
aux courants sous-marins, aux
algues et aux abysses de laitance.
182
Une question de survie
C’est le homard Pince-sans-rire
qui, le premier, identifia le vieux
Josué et s’empressa de sonner
l’alarme. Ses cris alertèrent une
faune nombreuse, y compris les
quelques rares sardines épargnées
par les filets grâce à leur défenseur
le plus précieux.
L’heure était grave. Le défunt
Josué eut droit à des funérailles
d’État. Allongé sur un lit de goémon, il
19Un conte à saveur écologique
où les animaux passent à
l’action... On y découvre pourquoi la
petite Julie des Îles de la
Madeleine est entraînée au fond
des mers par le homard
Pincesans-rire.
Transformée en sirène, elle ne
parcourra plus les plages à la
recherche de trésors... mais on
pourrait bien l’apercevoir
pourchassant les braconniers et les
pêcheurs sans scrupule…

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.