La Solitude du cosmologiste

De
Publié par

Un astronome est retrouvé mort près de son poste d'observation. Accident, suicide ou meurtre ? L'affaire est vite classée par la gendarmerie. Un an plus tard, un journaliste local fait le rapprochement avec la disparition d'un cosmologiste membre de l'Institut : les deux hommes, de même âge, étaient issus de la même Ecole. Le journaliste reprend l'enquête... Centré sur le personnage de l'académicien, ce roman évoque les angoisses et les espoirs d'un cosmologiste, qui constate que plus l'Univers devient compréhensible, plus il paraît absurde.
Publié le : mardi 1 juillet 2008
Lecture(s) : 239
EAN13 : 9782296202467
Nombre de pages : 114
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

La solitude du cosmologiste

Du même auteur
Relation d'incertitudes, PUG, Grenoble, 1991. La Mesure, Flammarion, Paris, 1998 ; Dunod, Paris, 2004. De l'Univers, Ellipses, Paris, 2000. Les Grandes idées de la physique, Dunod, Paris, 2002. Einstein, la relativité et les quanta, L'Harmattan, Histoire de la physique, Dunod, Paris 2008. Paris, 2005. La Formation des idées en physique, Dunod, Paris, 2007.

Jean

Perdijon

La solitude du cosmologiste

roman

L'Harmattan

Écritures
Collection fondée par Maguy Albet Directeur: Daniel Cohen

Dernières parutions Daniel BERNARD, Les Magayantes, 2008. Hüseyin LATIF, La mort bleue, 2008. AICHETOU, Cette légendaire année verte, 2007. Mireille KLEMENTZ, Le maître allemand, 2007. Anne-Marie LARA, Les bellezêveries, 2007. Antoine de VIAL, Prendre corps ou l'envers des mots, 2007. Antoine de VIAL, NY 9/11 911. Édition bilingue, 2007. Urbano TA VARES RODRIGUES, La fleur d'utopie A flor da utopia. Nouvelles traduites du portugais par Jollo Carlos Vitorino Pereira. Edition bilingue, 2007. Collectif (concours de la nouvelle George Sand), Dernières nouvelles du Berry, 2007. Jaunay CLAN, Milosz ou L'idiot magnifique, 2007. Jean BENSIMON, Récits de l'autre rive, 2007. Anne MOUNIC, Jusqu'à l'excès, 2007. Manuel GARRIDO PALACIOS, L 'Abandonnoir, 2007. Pierre MARTIN, La beauté de Ghephra, 2007. François AUGE, Lumière cachée, 2007. Derri BERKANI, Le retourné, 2007. Alain LORE, À travers les orties, 2007. Nicole Victoire TRIVIDIC, Pleure, 2007.

2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harrnattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-06014-2 EAN : 9782296060142

@ L'Harmattan,

À Françoise

[...] j'ai cru que ces soleils de flamme Dans ce monde endormi n'échauffaient que mon âme; Qu'à les comprendre seul j'étais prédestiné; Que j'étais, moi, vaine ombre obscure et taciturne, Le roi mystérieux de la pompe nocturne; Que le ciel pour moi seul s'était illuminé! Victor HUGO, Les Feuilles d'automne

I

J

acques Koch? Ce nom vous dit peut-être quelque chose. Vous pensez d'abord à l'inventeur du bacille. Mais il se prénommait Robert. Cela vous revient maintenant, vous savez qui était Jacques: un cosmologiste de renom. Vous avez essayé de lire un de ses livres, son principal ouvrage, intitulé De I}Univers en toute simplicité. Mais trop de mathématiques! vous avez abandonné, le livre vous est tombé des mains. De temps en temps, vous avez vu des articles dans la presse sur ses théories, mais vous ne les avez pas lus car il y a des choses dans la vie qui sont plus importantes que l'expansion de l'Univers. Et puis, en fouillant dans votre mémoire, vous vous rappelez, il a fait parler de lui pour tout autre chose. Encore du battage médiatique, avez-vous pensé, mais cela s'est vite calmé: on l'avait trouvé noyé dans sa baignoire, un matin de mars 1976. Et, depuis un an, plus rien. Jacques Koch est bien mort. Il semble pourtant que tout n'a pas été dit sur les circonstances de cette mort. Je suis journaliste au Courrier du Sud-Est. Je travaille dans les bureaux du Journal à Bonneville. En cet été 77, alors que la plupart de mes collègues sont en vacances, je suis descendu me rafraîchir dans le local des archives. Et je suis tombé sur ce fait divers:

10

LA SOLITUDE DU COSMOLOGISTE

Le Courrier

du Sud-Est) 16 mars 1976

Le réchauffement de ces derniers J.ours a permis de reprendre les recherches entreprises à la suite de la disparition de Roland Demaison. Cet astronome) rattaché à I)Observatoire de Bonneville) avait mystérieusement disparu il y a d) un lapiaz) à deux mois. Son corps a été retrouvé au fond quelques centaines de mètres seulement du poste d) observation dont il avait la charge) en haut du mont Mounier (2817 mY. Il a été descendu dans la vallée et sera inhumé
après une brève cérémonie) devrait confirmer prévue J.eudi prochain de I)accident. à I)église de

Saint-Sauveur-sur- Tinet. Une information a été ouverte ). elle
la thèse probable

Curieuse hécatombe chez les cosmologistes ? Il est vrai que la période actuelle n'est pas avare en affaires plus retentissantes1. Simple gazetier de province, je décidai de profiter de mon relatif désœuvrement estival pour me lancer dans le journalisme d'investigation.

1. Assassinats de Jean de Broglie et de Joseph Fontanet, « suicide » de Robert Boulin.

II
yant vérifié que les deux cosmologistes avaient le même âge et qu'ils avaient fréquenté la même école d'ingénieurs, je retrouvai le frère allié de celui qui était tombé au fond du lapiaz. Il habite justement Bonneville, pas très loin des bureaux du Journal, et il avait bien connu Jacques Koch: il rendait souvent visite à son frère, du temps où Jacques et Roland, internes à Villeneuve, logeaient à la Maison des Étudiants. Je lui donnai rendez-vous à la terrasse d'un café sur la place Masséna. Il me raconta les faits qui précédèrent la disparition de son frère. Après avoir quitté l'aumônerie, Roland avait pris une compagne. Mais, peu après, celle-ci était morte « dans l'arrière-cuisine d'une faiseuse d'anges ». Ce fut ensuite une longue période dépressive; il avait sonné à toutes les portes, pour trouver enfin un emploi à l'Observatoire de Bonneville, grâce à l'appui d'un oncle qui y travaillait. Après une période d'essai, le directeur l'avait nommé responsable d'un poste d'observation qui avait été installé en haut du mont Mounier, dans le Mercantour, à l'endroit même où un premier poste avait été créé au siècle précédent, pour mesurer la durée du jour vénusien. C'était une simple cabane, avec un bureau et un lit de camp, sans téléphone, où il était chargé de faire des relevés sur un appareil de détection du rayonnement gamma.

A

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.