//img.uscri.be/pth/bf90980642ac5e5073349729dca7bf9231ce0e23
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La traversée du Sambatyon

De
184 pages
« Betty remarque à peine cette lumière de fin de vie qui nimbe la pièce où il se trouve. Elle se tient avec moi sur le pas de la porte, vacillante, s'impatientant de pouvoir enfin l'approcher de près et le toucher. Ses yeux sont maquillés et sa tête est couverte par respect pour les lieux. Elle a refusé de s'habiller en noir et s'est vêtue d'une veste couleur parme. Même dans ces moments tragiques, les yeux rougis et le teint pâle, je la trouve belle. » Au cœur d'un huis-clos vibrant, dans une langue émouvante et sensible, Victoria Klem nous livre l'amour absolu d'une famille pour celui qui se meurt en l'accompagnant jusqu'à sa fin.
Voir plus Voir moins
Victoria Klem La traversée du Sambatyon Roman
© Sépia, 2016 ISBN : 979-10-334-0107-0
2
La traversée du Sambatyon
Victoria KLEMLa traversée du Sambatyon Préface de Gérard Cardonne
6
À Co, À ses descendants,
Toute la vie est rituelle, l’existence une cérémonie. HANSUYINJe ne savais pas que la douleur contient d’étranges labyrinthes où je n’avais pas fini de marcher. Marguerite YOURCENAR
Ce roman est inspiré d’une histoire vraie : toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne peut être considérée comme une coïncidence… Les mots en italique renvoient au glossaire en fin d’ouvrage. Si vous voulez entrer en contact avec l’auteure : VictoriaKlem67@gmail.com
8
PRÉFACE
Avec son roman intimisteLa Traversée du Sambatyon, Victoria Klem parvient, dans une lumière crépusculaire et douce, avec la simplicité et la beauté des mots, à nous faire partager le grand-départ d’un grand-père aimé. Le « Papy » disait toujours :On ne connaît pas la vérité, ni le fond des choses, alors ne jugeons pas...N’est-ce pas la plus belle façon de considérer la prise de position de celui qui le veut ainsi, différemment des autres ? Mais, en réalité, c’est l’histoire d’un Nous, d’un couple, d’une famille, qui va s’achever dans la lutte incessante du déni et de la sérénité. Car la nuit est noire. L’auteure a beau chercher des étoiles dans le ciel, elle n’en trouve pas. Elle ne peut, seule, supporter le poids d’un départ annoncé. Elle nous démontre combien est grande la chance d’avoir à son chevet une famille vivante. Il est aussi vrai que le réconfort de la foi est important pour se préparer à quitter les siens, mais aussi à voir partir l’être aimé. La mise en parallèle, voire la confrontation, de la foi juive et de l’athéisme est une sorte de prouesse philosophique dans cette épreuve vécue au quotidien.