La valise

De
Publié par

Des personnages solitaires, rebelles, mal dans leur peau ou leur époque. Ils se racontent simplement, sans pathos, souvent avec humour, même dans les situations les plus sombres - un chagrin d'enfant, un désespoir d'adolescent, l'approche de la mort, la guerre. Les détails du quotidien, la nourriture, les couleurs, les odeurs, le temps qu'il fait occupent une place importante dans chacun de ces récits. Ils nous rendent proches et familiers ces héros décalés.
Publié le : mardi 8 septembre 2015
Lecture(s) : 26
EAN13 : 9782806108012
Nombre de pages : 114
Prix de location à la page : 0,0071€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
La valise
Françoise Duesberg
La valise Nouvelles
La valise
Du même auteur
Le fleuve et la barrière, roman, Academia, 2015.
La valise Nouvelles
Françoise Duesberg
Illustration de couverture : « Partir », de Carine Mabbe
D/2015/4910/37
© Academia – L’Harmattan Grand’Place 29 B-1348 Louvain-la-Neuve
 ISBN: 978-2-8061-0240-9
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’auto-risation de l’auteur ou de ses ayants droit.
www.editions-academia.be
La seule chose qui nous fait sentir vivants est aussi ce qui lentement nous tue. Les enfants pour les parents, le succès pour les artistes, les sommets trop élevés pour les alpinistes. Alessandro Baricco, Mr Gwyn
L’ÉTERNELLE QUESTION – Maman, je peux aller jouer dehors ?demande Sophie. Elle tient déjà les poignées de sa corde à sauter et se dandine d’un pied sur l’autre. – Est-ce que je joue, moi ? C’est vrai, pense Sophie. Maman ne joue pas beaucoup, ou alors à la dînette, ou à se faire peur pour des bêtises, par exemple quand mon frère se laisse glisser sur la rampe. – Mais j’ai envie d’aller dehors. C’est bon pour la santé. – L’air de la maison est parfaitement sain, chacun sait cela. C’est le même air dans ta chambre, au jardin, dans la rue, dans le monde entier. Quand elle commence comme ça, pense Sophie, il vaut mieux faire marche arrière. – Donc, tu veux que j’aille jouer dans ma chambre. – Jouer, tu n’as que ce mot à la bouche. Est-ce que je joue, moi ? On tourne en rond. Sophie essaie une autre tactique. – Alors, dis-moi maman, je fais quoi et je vais où ? – Ah ça, ma Sophie, c’est l’éternelle question. Où allons-nous ?
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.