//img.uscri.be/pth/0658379ff8eed208178c94ac431d4ec256f07e09
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La vie Bidim d'Ambrosia Nelson

De
304 pages
Érasme voulait que sa fille soit forte, on ne savait pas ce que le destin nous réservait. Mais il sentait qu'une vie différente allait la happer et qu'elle devait être armée, que ses reins soient bien marés. C'est avec cette devise toute personnelle qu'il l'éleva jusqu'à son certificat d'études, brillamment couronné d'un premier prix en orthographe et en mathématiques. À 10 ans, elle adorait lire et avait compris que les livres donnaient une liberté sans égale. Elle se prit d'affection pour Georges Sand, Maupassant, Zola. Toutes ses lectures lui apportèrent beaucoup de réconfort, mais aussi une maturité intellectuelle sans égale. Au fil des Noëls, elle accumula des collections de littérature classique qu'elle considérait comme des trésors.
Voir plus Voir moins
MarieGeorge THEBIA
La vie Bidim d’Ambrosia Nelson
La vie Bidim d’Ambrosia Nelson
Marie-George THEBIA
La vie Bidim d’Ambrosia Nelson
Du même auteur Bois d’Ebène et autres nouvelles, l’Harmattan, 2011 (inclue la nouvelle Boisd’ébène des racines de l’oubli à la résistance éternelleprix René Maran de la nouvelle 2007) Voyage à travers les temps précieux p 147 inPartir sans passeport(recueil collectif de nouvelles) Idem, 2012 Photo de couverture : Francine Conde-Salazar Pour suivre toute l’actualité de MG THEBIA : Facebook Marie-George THEBIA © L'HARM ATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09440-3 EAN : 9782343094403
À Ambre qui affrontera les Bidim de la vie en devenant une femme djòk...
Notre plus grande gloire n’est point de tomber, mais de savoir nous relever chaque fois que nous tombons. Confucius Douboute ! Cela veut dire humilié dresse l’échine, cela veut dire encore NON ou bien ASSEZ et cela veut dire peut-être finie la peur, finie la honte… non pas debout ! Douboute !  Serge Patient, le mal du pays (1967)