//img.uscri.be/pth/1b5ee1e9f742bf282bd2d75e11f50d25d609b7ef
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La vie sauve

De
270 pages
La vie sauve réunit vingt-huit nouvelles qui, dans leur grande majorité, illustrent diverses formes d'enfermement, d'asservissement, de soumission, cloisonnant les personnages, les rendant souvent inaccessibles.
Essentiels, secondaires ou simples figurants, les personnages saisis dans des instants de vie, glissent d'une nouvelle à l'autre, d'un épisode à l'autre de leur existence.
Ainsi, le lecteur, guidé par ses envies, un personnage, un objet, un titre, s'offre son parcours.
Voir plus Voir moins
Essentiels, secondaires ou simples Igurants, les personnages
Brigitte Maeght
La vie sauve
Nouvelles
La vie sauve
Écritures Collection fondée par Maguy Albet Cartier (Jean-Michel),L’Irrésolution, 2015. Guérin (Richard),Célia Borromini. La rouquine, 2015. Cheyron (Jean-Marcel),La Nuit des étoiles rouges, 2015. Labbé (François),Un château en Forêt-Noire, 2015. Labbé (Michelle),Sam, 2015. Winling (François),La Clef des portes closes, 2015. Delange (Joëlle),Meurtres à Naples, 2014. Calvetti (Marc),L’Aube des abattoirs, 2013. Aichetou,En attendant la lapidation, 2013. Van Ackere (Paul),Cher Papa, Chère Maman, 2013. Labbé (François),L’Imbécile heureux, 2012. Le Forestier (Louis),La Vie, la Mort, l’Amour, 2012. Dini(Yasmina), Soroma (Joseph),L’Amante religieuse, 2012. Mandon (Bernard),L’Exil à Saigon, 2012. Mouton de Ponthieu (Caroline),Le Cœur des filles, 2012. Evers ( Angela) ,L’Apnée, 2012. * ** Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Brigitte Maeght La vie sauve
Nouvelles
Du même auteur Le Chant des darses, L’Harmattan, 2011. © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06783-4 EAN : 9782343067834
« Être un artiste aujourd’hui est un véritable acte de foi. On ne doit rien attendre en retour que la satisfaction qu’apporte l’art lui-même. Je crois avoir toute ma tête désormais et la conscience de ce que j’ai à faire. » « J’espère que le livre que j’écris compensera, au moins pour moitié, tous les sacrifices que je fais : ne pas être avec ceux que j’aime. » Un plaisir trop bref, Truman Capote
AVANT-PROPOS
La vie sauveréunit vingt-huit nouvelles qui, dans leur grande majorité, illustrent diverses formes d’enfermement, d’asservissement, de soumission, cloisonnant les personnages, les rendant souvent inaccessibles. Soumission volontaire. Soumission accidentelle. Sans issue, parfois. Petites névroses pour les uns, vices pour les autres, chacun fait ce qu’il peut, chacun fait ce qu’il doit. Il se commet beaucoup de vols, de pillages, de plagiats, de faux entre la métropole lilloise et la mer du Nord. Vols de biens, vols d’innocence, d’avenir, de destin, de rêves, d’étincelles. Les voleurs et les proies, leurs victimes, se côtoient dans cette comédie éclatée où l’on est ou l’un, ou l’autre. Ou l’arroseur ou l’arrosé. Mensonges, leurres et faux-semblants seraient-ils les seules propositions de cette drôle de comédie aux accents tragiques ? C’est oublier queLa vie sauve n’est que fiction, un laboratoire surtout où naissent les personnages futurs de futurs romans. J’ai choisi de donner au recueil le nom de la première nouvelle, et ce pour deux raisons. D’abord, parce que c’est mon premier récit court, genre qui m’offre aujourd’hui une grande liberté. Liberté de tons, de points de vue, de temps, personnages multiples. Ensuite, parce que l’histoire est tirée d’un fait divers tout à fait extraordinaire que je ne dévoilerai pas ici pour en laisser la surprise au lecteur.
7
Je n’ai jamais rencontré Dan Ashby, le protagoniste de la nouvelle. Mais sa situation est si saisissante que je m’en suis emparée. Pour cela, il m’a fallu la comprendre. J’ai mené ma propre enquête, me déplaçant sur les lieux, interrogeant les personnes compétentes. Comme aurait procédé une personne chargée de l’affaire. La nouvelle a trouvé des lecteurs, en 1996, dans le premier numéro deSup Marine, bulletin d’information des diplômés de l’enseignement maritime supérieur. Je doute qu’il y ait eu un procès. Mais les compagnies d’assurance des deux parties ont cherché des responsables. En l’absence d’explication rationnelle et ayant eu connaissance de mon récit, l’avocate de la compagnie du ferry où se déroule l’action s’est servie de cette version des faits. Un exemple éclairant les rapports entre fiction et réalité. La juriste en a tiré sa conclusion : « Justice est faite », moi un titre :La vie sauve, petite lueur d’espoir pour mes personnages, qu’ils soient naufragés ou naufrageurs. Aujourd’hui Dan Ashby aurait la peau noire et ils seraient trois. Trois à avoir traversé l’Afrique, trois à se faire la courte échelle dans ce cul-de-basse-fosse, trois à escalader leur rêve d’une vie meilleure de l’autre côté de la Manche. Un voleur en fuite, une maîtresse de maison persuadée de ses pouvoirs médiumniques, une fille conduisant un aveugle, une mère désespérée, un gardien de monastère, une groupie, un homme d’affaires sans scrupules, un botaniste voyageur, un négationniste, une joggeuse. Il ou elle s’appelle Dan, Étoile, Saïd, Estelle, Pierre, Olivia, François, la plupart en lutte contre quelque chose qui les menace, les étreint, tente de les perdre, ou les rattrape. Sur le point de s’en libérer, parfois. Des personnages en quête d’un mieux vivre, d’un vivre autrement ou d’un vivre quand même, chacun cherchant sa solution. Pour certains, ce sera la quête d’argent, d’estime ou de pouvoir. Pour d’autres, la vengeance, la fuite, la rupture, le silence ou la mort.Vertige au bord du gouffre, à la limite du non-sens. Solitude de la rupture. Abandon. Ivresse de la revanche aussi.
8
Parfois, les objets participent à la résolution du problème : un vélo, une sauterelle en bois, une chaise vide, une partition, un téléphone portable. Des histoires se croisent, se complètent, s’interpellent. Essentiels, secondaires ou simples figurants, les personnages sont saisis dans des instants de vie. Moments de femmes, d’hommes. Moments fragiles, fugaces. Interminables, parfois. Une quinzaine font plusieurs apparitions (voirApparition des personnagespage 257), glissant d’une nouvelle à l’autre, d’un épisode à l’autre de leur existence, sans souci pour l’auteure de chronologie.Comme François, le botaniste qui apparaît dansTrois secondes et que l’on retrouve au cours de ses voyages dansPragmatismes et Trebeshina. Comme son frère Pierre, à ses côtés dansTrois secondes, qui poursuit sa route dans Blockbuster. C’est en Don Juan qu’il revient dansPlagiaire,Premières fois etÉquinoxe,en SDF dansc’est Créer, résister. Comme Zélie Lhotaire, professeure de français au collège Marguerite Yourcenar, personnage essentiel dansUne solution,Voleurs d’étincelles etLe lecteur,mais simplement évoqué dans Négation, Pavaneou plantée dans le décor dansLa Bande à Mickeys. Des histoires se tissent. Des alliances se forment. D’autres se défont comme Olivia et Jérôme, en couple presque parfait dans Divination, mais rompant dansPhagocytose. Invitation à une lecture exploratrice, désobéissante, aventurière, libre de suivre ses propres connexions. Ainsi guidé par ses envies ou le hasard, le lecteur plus que jamais s’offre son parcours. B.M
9