Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Laid comme Belzébuth

De
114 pages
La Révérende Soeur Adèle est la directrice d'un internat de très bonne renommée à Abacouya. Sylvia et Yves Alabinda, qui viennent d'avoir un bébé, lui proposent sa garde. Il est d'une laideur sans égale, mais la religieuse accepte d'accueillir l'ignoble bébé, moyennant une colossale et inespérée somme d'argent. Au fil des jours, elle s'attache de plus en plus à lui, se met à l'aimer comme une mère, découvrant que l'apparence d'un être humain importe très peu et que ce qui compte, c'est l'amour qu'il peut recevoir et donner en retour.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

l'ignoble
(14 ans, ils de l’auteur),
b
y
Appolinaire NGANTINGONGO
LAID COMME BELZÉBUTH
Roman philosophique
Lettres camerounaises
Laid comme Belzébuth
Lettres camerounaises Collection dirigée par Gérard-Marie MessinaLa collectionLettres camerounaises présente l’avantage du positionnement international d’une parole autochtone camerounaise miraculeusement entendue de tous, par le moyen d’un dialogue dynamique entre la culture regardante – celle du Nord – et la culture regardée – celle du Sud, qui devient de plus en plus regardante. Pour une meilleure perception et une gestion plus efficace des richesses culturelles du terroir véhiculées dans un rendu littéraire propre, la collectionLettres camerounaises s’intéresse particulièrement à tout ce qui relève des œuvres de l’esprit en matière de littérature. Il s’agit de la fiction littéraire dans ses multiples formes : poésie, roman, théâtre, nouvelles, etc. Parce que la littérature se veut le reflet de l’identité des peuples, elle alimente la conception de la vision stratégique. Déjà parus Charles SOH,L’homme qui creusait, 2015. Jean-Baptiste MAPOUNA,Les pieds sur terre, 2015. Christiane Louise Félicité KADJI,Au pays de la magie noire, 2015. Dieudonné Mbena,Offrandes poétiques aux Mères, 2015. André LAM, Les étoiles voilées du Sahel, 2015. Désiré MBEKE,Le ventre de mon village, 2015. Grégoire NGUÉDI,Les ombres oppressantes, 2015. Careen PILO,Les vagues tumultueuses de l’amour, 2015. Rodrigue Péguy TAKOU NDIE,Le fardeau de nos pères, 2015. P. K NKAMANYANG Lola,Rustles on Naked Trees, 2015. Gatchou NJAMEN,La goutte de trop. Les mésaventures de Selbiaf, 2015. Robert-Marie JOHLIO y Pedro VIÑUALES,El Esqueleto de un Gigante, 2015.
Appolinaire NGANTINGONGO
Laid comme Belzébuth
Roman philosophique
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08038-3 EAN : 9782343080383
Mon amour à tous les enfants qui ont été abandonnés à cause de la mort de leurs parents ou de l’irresponsabilité de ceuxci. Mon amour également aux enfants qui sont injustement délaissés en raison de leurs origines sociales ou d’un handicap physique ou moral.
AVANTPROPOS
Les yeux sont des critiques instables à cause même du caractère versatile de l’esprit. C’est pour cette raison que labeauté du corps est pour eux quelque chose de relatif. Une perception peut donc évoluer favorablement en fonction de la proximité, du milieu ou de l’habitude.Évidemment, avant d’affirmer qu’une personne ou qu’une chose est belle. Nous sommes victimes d‘une inconsciente pression qui influence notre jugement. Elle est une marque du milieu où nous avons grandi et des idées que nous y avons reçues. C’estpar exemple indubitable qu’il y a des tribus qui ont une prédilection pour les femmes bien en chair, alorsque d’autres les préfèrent minces et sveltes.Dans le premier cas, les hommes leur procurent tous les moyens nécessaires pour qu’elles soientpulpeuses. Dans le second cas, ce sont surtout ellesmêmes qui s’attellent à garder leur précieuseligne ». Les hommes « réagissent seulement quand il faut leur faire savoir qu’elles ont pris quelques kilos de plus ou de moinset qu’elles s’éloignent de la norme.C’est dela mêmefaçon que d’aucunstrouvent un tableau magnifiquependant que d’autres gens pensent qu’il est fadasse, vulgaire ou sans attrait réel. Pareillement, un Pygmée de grande taille s’éloigne du prototype pygmée. Son gabarit suscite des doutes sur l’authenticité de ses gènes aussi bien chez ses congénères que chez d’autres gens à qui il est présenté comme tel et qui connaissent les traits de caractère du Pygmée originel.
7
Mais la beauté n’estelle que physique? L’homme est un être psychosomatique ; donc un composé de chair et d’espritqui perdrait toute sa spécificité s’iln’était que chair. Dans ce cas, ilne serait plus différent de n’importe quel autre animal ! L’esprit en fait automatiquement une espèce exceptionnelle capable de cogiter, de prendre des initiatives et de faire consciencieusement un choix. L’être humain connaît ce qui est bon et ce qui est mauvais. Le bien et le mal déterminent par conséquent l’homme parce qu’ils constituent les seuls axes de sa vie au quotidien. Ils découlent presque toujours de la libre décision de celui ci. Aussitôtque l’homme pose un acte et qu’il en prend conscience. Il est capablede l’approuver ou de le regretter! Notons qu’il y a des actes involontaires que l’homme pose à son insu. Ils sont cependant infinitésimaux. L’espritest par ailleurs ce qui apparente l’homme à Dieu. C’est un souffle extraordinaire qui est doté d’une vitalité, d’une impétuosité et d’une ubiquité incommensurables grâce auxquelles l’homme domine toutes les autres créatures et qu’il les met à son service.Cette entité prédispose aussi l’homme à l’indifférence ou à la compassion. Elle le fait aimer ou haïr, construire ou détruire, calculer ou secourir. Par la force de l’esprit, l’homme peut s’élever, se surpasser et flirter avec la métaphysique. Dans la relation corpsesprit. L’un ne vaut rien sans l’autre. L’esprit dirigele corpsqu’il met en contact avec les puissances maléfiques et avec Dieu.
8
Sa beauté seraitelle donc meilleure que celle du corps ? Le poète dit ce qu’il en pense dans cette tirade qui s’intituleMa désolation. Ma désolation: Je suis un escogriffe, Mais ne me jugez pas par mon front saillant Ou par mes yeux exorbitants. Par mes oreilles extravagantes Ou par mon nez proéminent. Par mon menton en point d’exclamationOu par mes mandibules prognathes. Par mon ventre bedonnant Ou par mes épaules de déménageur. Ou par mes membres gargantuesques Ou par mes chaussures comiques Ou par mes vêtements dépenaillés Parce que vous ne savez pas quelle est mon âme ; Celle que recèle mon corps misérable et dégingandé. Et vous ne pouvez pas non plus deviner Quelle est ma désolation ; Celle de ne pouvoir rien faire pour ces parents Qui n’arrivent plus à envoyer leurs enfants à l’écoleEt pour certains enfants
9