Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le cercle des sorcières T04

De
400 pages
Nouveau jeu, même règle : elle se bat, ils meurent. Max accompli toujours sa mission, cela a toujours été ainsi depuis qu’elle a été mise en esclavage par une sorcière et transformée en guerrière surnaturelle pour assurer la protection du cercle des sorcières. Mais sa mission va se compliquer…Des vagues de magie ont renvoyé le monde à un temps où les légendes étaient bien réelles et les dangers qu’ils incarnaient se tapissent désormais dans l’ombre. Alors que l’hiver arrive, les ressources deviennent plus dures à trouver et de nombreuses personnes se tournent vers Benjamin Sterling pour se mettre sous sa protection. Le chef du culte de la Terre prétend être la main de Dieu, mais son pouvoir et son charisme proviennent d’une source plus maléfique. Armé de ses fervents partisans prêts à tout pour accomplir ses volontés, Sterling tourne son regard vers Horngate, le cercle des sorcières de Max. Pour sauver les siens, Max devra volontairement se laisser capturer, mais lorsque les cultistes de Sterling vont mettre son âme à nue, tout son monde va basculer. Et si elle perd tout, que lui importe de pouvoir contrôler le monde entier ?
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le Cercle des Sorcières

Tome 1 : Alliance Nocturne

Tome 2 : Le Souffle des Ombres

Tome 3 : La Cité des Ombres

Responsable de collection : Mathieu Saintout

Titre original : Blood Winter

Design de couverture : © kiuikson - Fotolia.com

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Vincent Foucher
et Annaïg Houesnard

Suivi éditorial et relecture : studio Zibeline & Co
Maquette : Stéphanie Lairet

ISBN : 978-2-809-44067-6

Crimson est une collection de Panini Books

www.paninibooks.fr

© Panini S.A. 2014 pour la présente édition.
© 2013 by Diana Pharaoh Francis

Première publication en anglais par Pocket Books,
une division de Simon & Schuster, Inc.

Pour Tony, Q-ball et Syd. Je vous aime tous tendrement.

PRÉFACE DE
L’AUTEUR

On me demande souvent comment m’est venue l’idée de cette série. Ce fut une conjonction de plusieurs éléments, à commencer par une succession de catastrophes naturelles à la surface du globe. Un pont s’effondre en Amérique. Un volcan de boue frappe l’île de Java. Un séisme se déclenche en Chine, un autre au Pakistan. Un tsunami déferle sur l’Indonésie, un autre sur la Birmanie. L’ouragan Katrina provoque des inondations en Louisiane et en Alabama. Des incendies ravagent le Montana. Des sécheresses sévissent en Afrique.

Alors que tous ces événements, et bien d’autres, se produisaient, j’ai commencé à me demander quelque chose… Et si tout cela n’était pas simplement dû au hasard ? Et si c’était le résultat d’une intention malveillante ?

C’était le point de départ du Cercle des Sorcières. Je voulais décrire la mise en place d’une apocalypse. Tant de livres que j’adore – comme Sunshine, de Robin McKinley, ou la série des Kate Daniels par Ilona Andrews – se situent après une apocalypse magique. Peu de romans nous décrivent comment elle a eu lieu, et j’avais envie de raconter cette histoire.

Je me demandais qui pourrait attaquer le monde à coups de catastrophes magiques, et j’en suis venue aux Gardiens, qui voudraient ainsi restaurer l’équilibre magique de la Terre et faire revenir toutes les créatures qui peuplent le folklore. Des créatures qui se sont cachées ou ont disparu de notre dimension au fur et à mesure que les inventions humaines sapaient leur magie. La solution trouvée par les Gardiens est tout simplement d’éliminer la majorité de la population humaine.

Ce qui m’amène aux sorcières. Les Gardiens veulent faire d’elles leurs généraux. Les sorcières possèdent des territoires un peu partout dans le monde, et sont censées en prendre soin – la plupart d’entre elles n’étant pas vraiment intéressées par les humains. Ces sorcières sont impitoyables et dangereuses, et elles cherchent surtout à augmenter leur pouvoir et à gagner de l’influence ainsi que de nouveaux territoires. Seules quelques-unes, comme Giselle, ont décidé d’aider les humains vivant sur leur domaine à survivre à l’apocalypse magique.

Non pas que Giselle soit quelqu’un de sympathique pour autant. Ses intentions sont bonnes, mais elle est prête à faire des choses terribles au nom du bien, et sa notion du bien est souvent terrible, elle aussi. Pour se protéger les unes des autres et pour avoir des guerriers qui leur constituent une petite armée, les sorcières créent des Lames d’Ombre et des Lances Solaires. Elles en forment treize de chaque, pour des raisons magiques, et chaque guerrier est doté de capacités surhumaines. Ils doivent tous donner leur accord pour cela.

Ce qui nous amène à Max. Giselle était sa meilleure amie et sa colocataire à l’université. Un soir, en plaisantant (ou du moins c’est ce que pense Max), elle lui demande si elle aimerait être super forte, ne jamais vieillir, combattre le mal, etc. Max répond oui, bien sûr, croyant la question innocente. Un mois plus tard environ, elle se réveille sur l’autel de Giselle, complètement transformée.

Au début de la série, trente ans se sont écoulés depuis la transformation de Max, et l’apocalypse est sur le point de débuter. Max est en colère contre Giselle, et pleine d’amertume. Elle a des amis, qu’elle garde cependant à distance, craignant d’être de nouveau trahie. Elle n’a jamais vraiment été amoureuse.

Puis les choses changent. Je voulais écrire un livre à propos de ces deux femmes, et de la façon dont elles renouent peu à peu une relation. Je voulais parler d’amitié et de loyauté, et des gens qui se jettent en première ligne pour sauver d’autres personnes. Je voulais parler de l’amour et de l’espoir qui survivent même quand la situation semble sombre et désespérée.

Ce que je préfère, pour ma part, dans ces livres, ce sont les personnages. J’adore leurs relations et leur humour, ce qui les touche et ce qui les blesse. Vous n’imaginez même pas combien je peux pleurer quand je dois tuer quelqu’un. Je m’énerve parfois contre des personnages quand ils sont stupides ou odieux, au point d’avoir envie de les gifler. À mes yeux, ils deviennent tous aussi réels que des personnes vivantes, et je les aime tous tendrement.