Le chant des Parques

De
Publié par

Sommes-nous libres de nos actes ? Sommes-nous maîtres de notre destin ? Parfois nous agissons comme dirigés par une volonté extérieure qui décide à notre place. C'est ce que j'ai voulu mettre en relief dans ce roman, à savoir la part incontrôlable de nos actions, attribuée à ces puissantes déesses que les Grecs ont désigné sous le nom de Parques. L'intelligence humaine est faible devant les aléas du sort. Elle ne peut percer les cheminements de notre existence. La vie des personnages de ce roman en est un exemple.
Publié le : lundi 1 mars 2010
Lecture(s) : 69
EAN13 : 9782296695719
Nombre de pages : 266
Prix de location à la page : 0,0138€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Le Chant des Parques
Marianne BELIS Le Chant des Parques roman
Du même auteur
Cette grande lumière à l’Ouest, L’Harmattan, 2004.
       !  "#      !!"#$ %& !!"#$
Dans la mythologie grécoromaine, les Parques, divinités maîtresses du sort des hommes, étaient trois sœurs, filles de la Nuit ou de l'Erèbe. Elles ont exercé leurs fatales fonctions dès l'origine des êtres et des choses ; elles sont aussi vieilles que la Nuit, que la Terre et le Ciel. Elles se nomment Clotho, Lachésis et Atropos. Elles habitent dans les régions olympiques d’où elles veillent non seulement sur le sort des mortels, mais encore sur le mouvement des sphères célestes, et l'harmonie du monde. Immuables dans leurs desseins, elles tiennent ce fil mystérieux, symbole du cours de la vie, et rien ne peut les fléchir et les empêcher d’en couper la trame. CLOTHO,« fileuse », tient le fil des destinées la humaines. LACHESIS, la « fatidique » enroule le fil sur le fuseau.ATROPOSl’inflexible », coupe impitoyablement le fil, « qui mesure la durée de la vie de chaque mortel. Les Grecs et les Romains ont rendu de grands honneurs aux Parques, car elles présidaient à la naissance des hommes et décidaient de leur avenir.
"Parques infinies, filles de la nuit obscure, je vous implore…soyeznous favorables soyeznous bienveillantes ; Atropos, Lachésis, Clothos, déesses invisibles, redoutables… car tout ce que vous donnez aux mortels c'est vousmêmes qui le leur enlevez ; ô Parques, écoutez les prières des prêtres, écartez de l'âme d'Orphée tous les chagrins terribles." (Fragment d’un hymne orphique)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.