Le continuum humain

De
Publié par

Seize astronautes entreprennent une expédition aux confins de la galaxie. « Messager » est un vaisseau spatial propulsé dans un champ d'atomes froids. Rien ne se passe comme prévu. La destination ne correspond en rien à la programmation. Ils viennent de la Terre « nom commun d'une planète habitée » et découvrent une autre terre en proie aux guerres coloniales : Erdanna (Terre en langage andani) est un monde où la diversité crée parfois de surprenantes rencontres. La beauté et la cruauté avoisinent. Les rapports sont dépendants des situations, chaleureux, tendus et parfois extrêmes. Le caractère dramatique de la situation laisse cependant une place à l'humour et quelquefois à la dérision. L'incertitude, résultante de toutes les vérités, est en fait la trame maîtresse de ce r
Publié le : vendredi 17 juin 2011
Lecture(s) : 149
EAN13 : 9782304011265
Nombre de pages : 371
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Le continuum humain
3
Titre Jean Marie Warny
Le continuum humain
Le point zéro
Roman de science-fiction
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01126-5 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304011265 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01127-2 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304011272 (livre numérique)
6
Dans l’imaginaire, la spécification et l’ensemble sont des notions sans signification, l’arbitraire n’existe pas. Cela pourrait être un compromis cosmique entre ce qui a été, ce qui est et ce qui sera, entre ici, ailleurs et partout. Un infini limité, l’image du miroir dans un autre miroir, qui se reflète indéfiniment, profondeur vertigi-neuse d’une surface plane.
8
PREMIÈRE PARTIE:UN BOND TROP LOIN
Après trente et un ans de son temps propre, le « navire » spatial « Messager I » se place sur orbite, autour d’un soleil inconnu. L’ordinateur MAG 88.0 déclenche, pour l’équipage, la procédure de réanimation. Le re-tour à la vie active est progressif : de faibles perceptions, des sensations confuses, puis sous l’action de rayons régénérateurs, la prise de conscience avec la terrible réalité. Dans la première cellule ou compartiment, le commandant Gédéron retrouve ses trois équi-piers et amis, le professeur Bérandis, chef de l’expédition, Jimmy Andyson, opérateur média et Samson T. Baxel le gestionnaire des ressour-ces vitales. Il ne s’agit pas, en fait, de véritables retrou-vailles. Bien que le temps écoulé soit considéra-ble, l’hibernation ne laisse aucun souvenir. En-tre la confusion occasionnée par la perte pro-gressive de conscience et la reprise d’une vie active, il n’y a aucune perception. Il reste néan-moins la perspective d’un choc psychologique
9
Le continuum humain
important, mais à cela, ils ont été conditionnés soigneusement. Après quelques minutes, la porte s’ouvre. C’est Patric Tevens qui vient les saluer joyeu-sement… Pat est chargé du guidage et du pilo-tage des navettes d’exploration. Soudain ! Un appel au secours retentit dans la coursive prin-cipale… C’est Liluane Dreyfis ! Tout le monde se précipite. Liluane est poursuivie par Lioney Espar, docteur en info cybernétique. Il est en fureur. Pat veut s’interposer, mais il est mis au sol d’un magistral coup de poing. Le professeur Bérandis est balayé d’un coup de pied. Gédéron est un véritable athlète, il n’a au-cune peine à esquiver le coup, que lui adresse le forcené et à le mettre aussitôt hors de combat. C’est alors, que surgissant de la cellule « 4 », les trois autres occupants, en pleine euphorie, ten-tent à leur tour de malmener le chef de l’expédition. Pat s’est relevé. Excédé, il met un terme brutal à cette situation. Il est vrai qu’il n’a rien à envier, physiquement, au commandant Gédéron. Les occupants du compartiment « 4 » sont transportés, à peu près inconscients, dans la salle médicale. Bérandis est inquiet ; il pense à des lésions importantes, l’hibernation à beau être une technique bien maîtrisée, elle n’en reste pas moins une opération à risques. Tandis qu’il s’occupe des patients, il charge Gédéron de se
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.