Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le cri du coeur

De
240 pages
L'auteur, à travers ce roman, montre que la seule issue pour l'Afrique est la rupture totale sous-tendue par une autonomie militaire, économique et politique absolue. Voilà le combat d'une organisation secrète qui, depuis des décennies, oeuvre pour l'avènement d'une époque où l'Afrique gouvernera le monde et sera le miroir de toutes les populations éprises de paix, de justice et de fraternité.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

PaPa Ndéla Samb
le cri du cœur roMàn
eCRIRE L’afRIqUE eCRIRE L’afRIqUE
Le cri du cœur roman
PAPANDELASAMBLe cri du cœur roman
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-30461-8 EAN : 9782336304618
REMERCIEMENTS
À Racine Diaw (mécanicien à la retraite) pour ses encouragements et son soutien indéfectible À tous les enseignants des années soixante de l’école élémentaire Pikine 4 (Dakar) À M. Mamadou Faye, ancien directeur de l’Office du Baccalauréat à l’UCAD pour avoir relu et corrigé ce présent livre.
7
CHAPITREI LA TOILE
Le baobab géant se dressait majestueusement au milieu de la vaste plaine de Khoury Mbouki. Des silhouettes diffuses occupaient son flanc nord du côté de la Route nationale 1. Elles étaient au nombre de douze et semblaient se dissoudre dans la pénombre opaque de ce crépuscule de mai. On entendait au loin les échos feutrés et intermittents des appels à la prière. Une ombre rouge brique enveloppait les dunes de poussière de minerais laissées par les anciennes sociétés d'exploitation de carrières. Ces sites, abandonnés depuis des années ressemblaient à des ouvrages archéologiques du temps des pharaons. La crise financière des années deux mille avait beaucoup fragilisé l’économie des pays pauvres, dont le Sénégal. Son PNB chutait progressivement de soixante à trente pour cent avec son corollaire d’entreprises en faillite, de chômage, de sous-emplois, de revendications sociales… L’endroit était paisible. Les oiseaux qui revenaient d’un pénible périple pour leur pitance quotidienne piaillaient hardiment, fiers de se retrouver tous ensemble une nuit de plus. Les participants à la réunion secrète étaient tous drapés du bélat réglementaire et coiffés d’une cagoule noire frappée au front d’un dessin symbolisant un masque balante, avec deux petits trous rectangulaires au niveau des yeux. Chacun d’eux dirigeait une branche stratégique de l'Organisation. Sans les connaître, on pouvait supposer qu’il y avait le commissaire chargé des finances, le chef du département des ressources humaines, le responsable des actions subversives, le directeur de la section d'investigations... L’endroit était inaccessible, lugubre, entouré d’arbustes et de hautes herbes sèches. Six heures étaient nécessaires pour rallier Dakar et Pout et une heure pour atteindre le centre de la plainepar des chemins
9