Le dessein d'un peuple

De
Publié par

Barkbiiga, président de la République de Ghomo meurt subitement dans un attentat après un passage éclair à la tête de l'état. Une fois de plus, le continent farafinais a assisté à l'assassinat d'un de ses leaders, alors même qu'il commençait à être un messie aux yeux du peuple. Mais même mort, il aura réussi à poser les jalons de l'unité réelle du continent et laissé un modèle de développement à tous les pays du Farafina à travers les réformes économiques, sociales et énergétiques qui ont transformé son pays.
Publié le : mercredi 2 septembre 2015
Lecture(s) : 13
EAN13 : 9782336389196
Nombre de pages : 114
Prix de location à la page : 0,0071€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Mathieu OUÉDSON
LEDESSEIND’UN PEUPLE Roman
D’UN PEUPLE
LE DESSEIN
Le dessein d’un peuple Roman
MathieuOUEDSONLe dessein d’un peuple RomanL’Harmattan
© L'Harmattan, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02677-0 EAN : 9782343026770
PréfaceLa jeunesse de la littérature africaine se confirme davantage à travers l’apparition de jeunes écrivains sur la scène littéraire, contrairement à sa naissance au début des années 60 où les écrivains étaient à un âge avancé lorsqu’ils publiaient leurs premières œuvres littéraires. Ainsi, OUEDSON vient allonger cette liste des écrivains par une œuvre romanesqueLe dessein d’un peuple. En effet, ce récit fustige sans ambages les maux de l’Afrique indépendante. Ces maux ont pour nom : l’incompétence des dirigeants, l’égoïsme, le manque de transparence lors des élections, le simulacre de démocratie, la dictature, etc. Autant le personnage Zougoumbila symbolise la dictature, creuset de tous les vices ; autant Barkbiiga, ce leader de parti politique d’opposition élu président
de la République de Ghomo incarne fortement l’alternance et l’espoir. L’auteur, ce jeune ingénieur d’agriculture, est optimiste quant à l’avenir du continent de Farafina avec des propositions fort pertinentes de ce leader charismatique arrivé à la tête de Ghomo. Sans doute, ce roman de belle facture se révélera-t-il aux yeux des lecteurs comme un récit particulièrement riche d’aventures et d’émotions. En somme, il cloue au pilori la gouvernance politique de nos États. Grâce à différents procédés tels que les descriptions pointues, les références à des lieux réels ou à des faits historiques, les détours, et les subterfuges, l’auteur cherche à créer « un effet de réel » selon l’expression de Roland Barthes, afin que l’histoire racontée soit ancrée dans la réalité et que le lecteur y adhère pleinement.
Jean SAWADOGO Professeur certifié de Lettres Lycée départemental de Lâ-Toden (PASSORE) 8
L’avènement d’un sauveur La sirène de la ville de Lekunkani venait une fois de plus comme à l’accoutumée d’émettre son cri assourdissant de sept heures du matin annonçant le début des activités journalières. Les commerçants ouvrent leurs boutiques, les fonctionnaires vont à leurs bureaux ; la vieille Poko quant à elle ramassait et entassait toujours le gravillon malgré sa grossesse. Elle se nourrit des revenus de cette activité pénible comme bon nombre de femmes de Lekunkani qui n’ont pas eu la chance d’avoir un métier décent. Mais, pour Poko c’est pire à cause des malheurs qu’elle vit voilà bientôt trois mois ; elle a perdu son mari et ses deux enfants dans ce tragique accident sur la route de Tiou. En effet, son mari et ses deux enfants se rendaient à Tiou, leur village natal, dans un véhicule de transport quand un camion-citerne percuta et renversa le véhicule. Le bilan de l’accident était
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.