Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 7,90 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Le Fils du Démon
Kelynn S
Le Fils du Démon
SCIENCE-FICTIONÉditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com communication@manuscrit.com ISBN : 2-7481-6359-1 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748163599 (livre numérique) ISBN : 2-7481-6358-3 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748163582 (livre imprimé)
1 – Messieurs, si nous voulons enfin accomplir ce que nos ancêtres n’ont jamais réussit à faire, c’est maintenant ou jamais. Depuis que le Phoenix a disparu de La Cité, nous avons le champ libre pour asservir ces Amazones. Elles nous narguent depuis trop longtemps. Il faut que cela cesse, et ce sera le cas dans peu de temps. L’un des officiers rassemblés sous la tente de commandement se dressa pour prendre la parole en réponse à celles du commandant Srin : – Même sans le Phoenix, elles restent intouchables. Elles ont une puissance militaire importante, sans compter lesDasdürsles soutiennent et qui ne qui manqueront pas d’intervenir. – Erreur, objecta un autre officier. Les deux pays sont brouillés. La reine a reproché à leurs hommes de trop intervenir. Il ne faut pas oublier le caractère du Semeur de Mort. Elle l’a vexé : il ne bougera pas pour la sauver, c’est certain. – Mais le Semeur de Mort gère son armée avec l’aide du Fils du Démon, reprit le premier officier. Lui, il ne laissera jamais les Amazones sans défense. Même si
9
l’attaque commence sans eux, ils arriveront forcément en cour de bataille. Et là, nous serons tous perdus. – Laissez-moi vous rappeler que le Fils du Démon ne s’occupe que des relations avec les autres pays. Il n’a jamais pris les armes, répliqua le second. – Il ne prend plus les armes, mais il l'a déjà fait par le passé. Et si l’on en croit les histoires, c’était terrible pour ses adversaires. Il a une grande influence sur les Dasdürs. On dit que c’est lui le véritable maître de Cabal. S’il décide de faire marcher ses armées sur nous, nous n’avons aucune chance, reprit le premier officier. – Vous vous emportez, lieutenant Vhan. On dirait presque que vous connaissez déjà ce qu’il va se passer. De toute façon, si nous ne tentons rien maintenant alors que le Phoenix n’est plus, nous ne les aurons jamais. Notre but a toujours été d’arriver à avoir les Amazones. N’est-ce pas, Messieurs ? Il prit le commandant Srin à partie. C’était un homme d’âge mûr, au visage tiré par l’anxiété. Il arborait constamment une expression de dureté. – Il nous faudra une semaine pour arriver à La Cité. Prévenez nos hommes, nous partons dans deux jours, déclara le commandant en regardant Vhan du coin de l’œil, attendant sa réaction. Et je n’accepterais plus que quiconque s’oppose à cette bataille. Les Amazones et La Cité seront à nous bientôt. Vhan se détourna et sortit de la tente dans un mouvement de colère, sans attendre la fin du conseil. Ce n’était pas très diplomatique, mais il s’en moquait. Il en avait assez entendu pour le moment. Il ne supportait plus d’entendre le commandant parler ainsi, comme si l’affaire était déjà réglée, comme s’il n’y avait pas à s’inquiéter de la finalité de leur entreprise.
10