Le gardien de la chute d'eau

De
Publié par

Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 102
Tags :
EAN13 : 9782296338944
Nombre de pages : 96
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

H'umberto AK'ABAL

LE GARDIEN DE LA CHUTE D'EAU

Traduit de lfe~pagnol par Yvan Avella

EditionsL 'Harmattan 5-7 ,rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

L'Harmattan INC 55, rue Saint Jacques Montréal (Qc) - Canada H2'{

"Humberto Ak'abal, la voix d'un peuple bâillonné" Le contexte L'être humain est né avec la sensibilité. Ildécouvrit, plus tard, l'art comme moyen d'expression de cette sensibilité. Bien après il créa la morale sociale qui permit la vie en tribu. Beaucoup plus tard vinrent la faison, et la civilisation. Si nous supposons que la matière première de la poésie est la sensibilité, l'art et la mOfale, nous pouvons aussi dire que la poésie est la première expression civilisée de l'homme ou

comme disait LuisCardoza y Aragon: It Laseule preuve concrète
de l'existence de l'homme". Quand nous parlons de l'homme nous supposons qu'il existe comme groupe, comme tribu, comme peuple. L'homme isolé n'existe pas et ne peut pas exister. Pourtant la création poétique est toujours un acte solitaire. Un acte solitaire mais solidaire, car le poète récite, chante ou écrit ses poèmes pourson propre peuple, avec la langue, les mots et les sentiments de sa propre culture. Le cas de Humberto Ak'abal est l'illustration même d'un poète qui exprime, dans une langue indigène, ses propres sentiments qui sont aussi ceux de son peuple. Francisco Morales Santos, dit que cette poésie Best forte, car entre elle et la vie il n'y a pas de frontière". Et elle est d"'autant plus forte qu'elle est la voix d'un peuple bâillonné depuis plus de 400aos par une colonisation brutale et inhumaine. Son histoire l'histoire de la vie de Ak' abal, né à Momostenango en 1952, est l'image des difficultés de survivance de son peuple. Berger, tisserand de ponchos, déchargeur de camions, ouvrier dans les HmaquilasU (manufactures); études sommaires, éducation autodidacte et à base de livres d'occasion achetés, encore aujourd'hui, avec d'énormes sacrifices; et comme aboutissement l'écriture, en langue quiché, de poèmes et leur traduction, par luimême, à l'espagnol.

5

Pendant quelque temps Humberto Ak' abal montra ses poèmes à des intellectuels de la ville de Guatemala; il est très discret sur cette époque d'humiliations: certains de ces intellectuels et professeurs affirmèrent même que ce qu'il écrivait n' était pas de la poésie ... Ce fut le poète Luis Alfredo Arango, prestigieux écrivain guatémaltèque, qui le poussa à continuer et lui donna la première opportunité d'être publié. Son livre IlElanimalero" (Le pâtre) publié en 1990, éveilla immédiatement l'intérêt d'écrivains et d' essayistes de plusieurs pays.

La reconnaissance
En 1992 Humberto Ak'abal publia "Poemas" (Poèmes) et en 1993 IIGuardian de la caida de aguall (Le gardien de la chute d'eau). De ce dernier livre, furent publiés 500 exemplaires; un mois plus tard il était épuisé. La deuxième édition de 1000 exemplai.res fut épuisée. dans l'année; en 1995 deux nouvelles éditions de 1000 exemplaires furent présentées, la première fut épuisée en une semaine. Ceci est extraordinaire pour le Guatemala et l'est même pour beaucoup de pays européens quand il s'agit de poésie. A partir de 1993 furent publiés de nombreux articles dans les journaux et revues du pays et à l'étranger; plusieurs essayistes ont écrit des articles et des thèses sur l'oeuvre de Ak' abal, oeuvre déjà traduite en français, en anglais et en allemand. Il est également invité par des universités et des institutions des EtatsUnis, du Mexique, de France, De Costa RicB, d'Autriche, de Suisse, d'Espagne, du Brésil, de Colombie pour parler de sa poésie. En 1995 il reçoit le prix IIEI quetzal de Oro" des journalistes guatémaltèques et l'Université de San Carlos le nomme Professeur Emérite avec le droit d'enseigner la littérature dans toute l'Amérique Centrale. Avec moins de 300 pages publiées en cinq ans, Humberto Ak'abal est aujourd'hui l'un des plus prestigieux poètes du Guatemala.

6

le contenu
La poésie de Ak'abal, dit Jorge A. Rogachevski, est "comme une force naturelle qui, comme toute force naturelle, est chargée d'une vitalité primordiale qui èst, en même temps, éblouissante, directe et simple. n Ce qui surprend et plus tard subjugue dans sa poésie c'est la simplicité et l'authenticité des images. C'est comme s'il nous racontait, assis près du feu, l'odeur de fumée qui imprègne les murs de sa maison. Nous voyons, les yeux fermés, son grandpère sommeiUantsur un vieux fauteuil, les poules dans la cour grattent le sol du patio et, de l'extérieur, nous vient le chant des oiseaux, du vent dans les arbres et de la rivière dans son lit. Nous U Il sentons aussi, dans notre dos, le fluide glacial des e.sprits qui rodent les nuits de lune, pendant que les incantations des vieilles et leurs mystérieuses tisanes luttent contre la maladie de l'enfant ou de l'ancêtre. Toute la poésie de Ak'abal est 18 simplicité et la complexité de la vie quotidienne. Il n'explique pas la vie, la maladie ou la mort; simplement il les montre. Sa réalité poétique vit et palpite comme la vie même. Rogachevski nous dit aussi que pour comprendre la poésie de Ak'abal ce n'est pas nécessaire d'être un érudit; NCe que le lecteur nécessite e' est de pénétrer mentalement dans le texte et laisser que la cadence de la langue et les connotations sémantiques résonnent dans l'inconscient et dans la conscience; et de cette façon laisser au texte la liberté de nous faire vivre une réalité dans laquelle le langage, au lieu de servir comme instrument aliénant, sert pour pénétrer le naturel vivant du

langage humain. Le langage

H

Ak'abal explique que uLa langue quiché est une langue... poétique, gutturale et très riche en onomatopées. Elle intercale de la musique entre ses mots. Le nom des oiseaux, nous dit Ak'abal, nous le prenons de leur chant, donc nommer un oiseau c'est chanter comme lui. N

7

C'est la parole et l'homme comme partie de la nature et centre du monde. Donc, l'apparente simp.licité du lengagede Ak'abal n'est pas si simple. Il utilise avec talent le
non pas comme

langage qu'il considère

le plus apte, le plus authentique, pour

exprimer sa volonté philosophique et théologique Mays, qui, nous pourrons le constater, est différente de 18culture judéo-chrétienne occidentale. Nous ne devons pas oublier que les Mayes ont eu et ont encore leur propre cosmogon.ie,leur propre concept du temps, leur propre mythologie, leur propre science. Ak' abal connaît très bien sa culture ancestrale sans ignorer l'autre. Il a lu attentivement le "Popol Vuh8 (en quiché et en espagnol) le livre sacré des mayas-quichés. Mais il 8 aussi lu diverses versions de la bible et l'essentiel de la littérature universelle. Même s'il est autodidacte sa rigueur intellectuelle n'a rien à envier à celle des universitaires. Elle est peut-être différente, mais n'est ni moins profonde ni moins créative. Ak' abal est un authentique poète et, sans doute, un homme exceptionnel. Mario M.onteforte Toledo dit que .'e cas Ak'abal est le plus grand événement de la littérature nationale (guatémaltèque) des derniers temps. C'est le premier poète qui surgit d'un peuple qui avala ses mots car après quatre siècles de

domination de sabre et de croix, on leur a volé la voix.Il
Ak' abal est la résurrection bâillonnée de ce peuple. éblouissante de la voix

Yvan Avena (Guatemala 1996)

8

Biographie Humberto Ak'abal, indien maya-kiché, est né en 1952 à Momostenango, province de Totonicapân, au Guatemala. Berger, tisseur de ponchos, débardeur, ouvrier et tailleur des ateliers de confection de la capitale il connaÎt la dure vie des indiens du Guatemala (Voir le livre" Atanasio" Parole d'indien du Guatemala par Catherine Vigor -1993- Ed. L'Harmattan). Bien qu'autodidacte, la Faculté des Humanités de l'Université de San Carlos, à Guatemala-Vine, le nomme Professeur Emérite en Septembre 1995, ce qui lui donne la possibilité d'enseigner les Lettres dans n'importe quelle université d'Amérique Centrale. Prix le Quetzal d'Or en 1995. Il a publié les recueils suivants: "El animalero" - Ed. Cultura (1990) / Ed. Cholsamaj (1995)

- Poemas
Il

l' {Poèmes} - Ed..Artesanal (1992) - "El guardian de la caida de sguaD - Ed. Serviprensa

Centroamericana (1993 et 1994)

- "Paris
Il

.. "Uuvia de luna en la cipresalada .. Ed. Artemis Edinter (1996)
- IITejedor de palabras" - Ed. Fondation Carlos F. Novela (1996) Humberto Ak'abal écrit ses poèmes en langue quiché et les traduit ensuite en Espagnol. Plusieurs recueils de ses poèmes sont en cours d'édition ou de réédition en aux Etats-Unis, au Mexique, au Costa Rica, en Italie, en Suisse, au Brésil, etc. Ses poèmes sont publiés dans des revues françaises (Vericuetos, Florilège, la Revue de l'Ecole de Langues Orientales et L'Arme de l'Ecriture) et des revues d'Autriche, d'Allemagne, d'Espagne, des Etats-Unis, du Mexique, du Venezuela, et de

Hojas del arbol pajarero H .. Ed. Praxis.. Méxique .. (1995)

viejo" - Ed. Ventana( 1995)

divers pays d'Amérique Centrale.

Essai: "Humberto Ak'abal Breve antologfa poética" par Yvan Avena y Félix Alonso y Royano. Ed. Poesia Toda (Bilbao 1995). Il a fait plusieurs voyages en Europe (France, Autriche, Allemagne, Espagne et Suisse), aux Etats-Unis ainsi que dans plusieurs pays d'Amérique latine, invité par des universités et des institutions culturelles pour donner des conférences sur sa poésie et la culture traditionnelle quiché. 9

-

.

Auteurs cités

Luis Cardoza y Arag6n : né au Guatemala en 1904 et mort au Mexique en 1992. Ecrivain, exilé, de grand prestige régional. Auteur de ilLefleuve., "Guatemala les lignes de sa main-, de livres de poésie et de nombreux essais sur l'art etls littérature.
..

.. Francisco Morales Santos: né it Antigua Guatemala en 1940. Il 8 publié une douzaine de livres de poésie. Ilest journaliste culturel à IICrbnics" et l'auteur de la meilleure et plus complète anthologie de la poésie du Guatemala aLes noms qui nous nomment. (de 1782 à 1982). .. Alfredo Arango: né à Totonicapén en 1935. Poète, auteur de nouvelles et peintre de renom. Il 8 publié une douzaine de livres de poésie et de nouvelles. Ami et promoteur de la poésie de Ak'abal. .. Jorge R. Rogachevsky : Professeur d'Etudes latina-américaines aux Etats-Unis. Il a publié en 1994 dans -Encuentroll (numéro de mai-aoQt), revue de l'Institut Guatémaltèque de Culture Hispanique, un article :8La voix de la nature dans la poésie de Humberto Ak'abaIB. .. Mario Monteforte Toledo: né 8U Guatemala en 1911. Célèbre romancier et homme politique guatémaltèque. Ila vécu de longues années d'exil pour ses opinions politiques de gauche. Il a publié plusieurs articles importants sur la poésie de Ak'abal. .. Yvan Avena: né à Marseille en 1930. Traducteur de nombreux poètes guatémaltèques et argentins. A publié une douzaine de recueils de poésie en français et en espagnol. Directeur de la revue bilingue "Dialoguer en Poésie8.

ID

DEDICACE

A MOMOSTENANGO

Village tisserand de ponchos je te porte dans mes yeux.

AU POETE LUIS ALFREDO ARANGO

Un ami. Un grand ami.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.