7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Partagez cette publication

Publications similaires

Faralako

de harmattan

L'If de Moone

de harmattan

Pierre Gerhart

Le Jardin de la Sagesse

Conte philosophique et initiatique
































© L’Harmattan, 2014
5Ȭ7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978Ȭ2Ȭ343Ȭ02984Ȭ9

EAN : 9782343029849








Le Jardin de la Sagesse
Conte philosophique et initiatique

Pierre Gerhart

Le Jardin de la Sagesse

Conte philosophique et initiatique


















L’Harmattan



A nos enfants,

Plus particulièrement à Sarah,

A tous ceux qui ont oublié l’enfant qu’ils étaient…

LIVRE I
NATHANAËL LE BIENȬAIME

PROLOGUE

Comme à l’accoutumée Nathanaël rentra chez lui après
une dure journée de labeur. Depuis l’aube beaucoup de
monde l’avait salué. Il était aimé de tous pour sa gentilȬ
lesse, sa manière d’écouter ou de servir chacun. A celle qui
lui annonçait la naissance de son enfant, il donnait de quoi
l’aider. A celui qui manquait de pain, il laissait sa part. Et
à celui qui voulait bien l’écouter, les yeux pleins de lumière
il disait : « Ce qui n’est pas donné est perdu ». Ses conseils
étaient si avisés qu’il en venait de partout pour l’entendre.
C’est ainsi qu’il acquit auȬdelà des frontières une réputaȬ
tion d’homme juste qui lui valut le surnom de Nathanaël
le BienȬaimé.
Ce jourȬlà le ciel était plus clément qu’aucun homme ne
l’avait jamais été. Le soleil brillait si fort que les ombres de
toutes choses disparaissaient. C’était le Grand midi dans le
Jardin de Nathanaël le BienȬaimé. Personne ne prêta attenȬ
tion à cette étrange luminosité.
L’heure est venue, songeaȬtȬil, pour que les hommes se
rassemblent car l’hiver est proche où sa froidure givrera les
sources et les enfants manqueront de lait.
Il les appela. Seul un mendiant se présenta.

11

— Quel est ton nom ? lui demanda Nathanaël le BienȬ
aimé.
Le mendiant lui laissa sa chaussure trouée en guise de
réponse.
— Soit ! Nous ferons le chemin ensemble, lui dit
Nathanaël le BienȬaimé.
Des semaines passèrent. Nathanaël le BienȬaimé contiȬ
nuait de se rendre à son lieu de travail. Un matin où la
rosée finissait de jeter ses diamants dans l’éclat du jour
naissant, un enfant le regarda passer.
— Quel est ton nom ? lui demanda Nathanaël le BienȬ
aimé.
L’enfant lui laissa son ardoise et sa craie en guise de réȬ
ponse.
— Soit ! Nous apprendrons ensemble, lui confia
Nathanaël le BienȬaimé.
C’est ainsi que Nathanaël le BienȬaimé avait fait la
connaissance de ses nouveaux amis le Mendiant et
l’Enfant.
Ce soirȬlà, des ombres silencieuses dessinaient dans les
fougères les silhouettes de lutins endormis. La lune croisȬ
sante éclairait le doux visage de Nathanaël le BienȬaimé
assis sur le gros rocher qui dominait toute la vallée.
Il était songeur.
Demain dès l’aube il lui faudrait une nouvelle fois reȬ
joindre la Ville des hommes avec ses cris, ses bruits de fer
et ses fumées noires d’usine, làȬbas de l’autre côté de la riȬ
vière, loin de ses arbres et leur brillante couronne d’émeȬ
raude. Il lui faudrait aussi abandonner les caresses du vent
qui lui parlait de ses désirs et lui apportait les messages du
Ciel.
Non, demain ne devait pas être comme hier. A ce prix il
ne reprendrait pas, cette fois, la direction de la Ville des

12