Le jardinier d'Arboras

De
Publié par

Boustani quitte clandestinement son pays pour gagner la France dont il a gardé la vision idéalisée de son enfance. D'étape en étape, de rencontre en rencontre, il découvre des réalités qui le surprennent, le déçoivent ou l'enchantent. A travers ce récit aux accents picaresques, remuant et riche, Abelkader El Yacoubi nous entraîne aussi dans un émouvant voyage intérieur.
Publié le : dimanche 1 septembre 2013
Lecture(s) : 132
EAN13 : 9782336320854
Nombre de pages : 266
Prix de location à la page : 0,0129€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
«rlIirpeastteplenessirogreovnodenetiruonrgoufse,ttnetnadiagiopsedproitrèénsedsesrétrovesoudeenUérriuesi.sreneeviesprblsiolbreluossedtucheecoàsigeaàteerretrapreslerrtvoartio.enilIsuérpasessmedpsareenuli.Asitmêmeàtoussasedti.ehcuobonsunucrtsoenrurpelssa.tipexpCetneloitedyavostnutatuqtoseslIiavaentersoaitalimgélaallegruillsesuttoneiervusedtcnitsninses.eruetdiestagésrtsedroetponsnturposayrengagcnarFaloust»BquitanialdnetcenemseitsélideeonsnfeecnaD.paténeeedontilagardéalvsioindiaédervuocédli,eiqustéliéaresneocedrep,éatontrrencenntretnetÀ.nelnahcrceitécavtrserneentn,elsrurpventouledéçoireEkldaocbulaYrictetAbdehe,seuqseranaumer,ccauxaicptsenétirue.rvuirreouvantvoyageinssuaadiusnménnoieusranteînnnaîruteulaer,selttdeesruesofprrnivedeedtnavaenisudu.Sonpestdnotligiaritnoldemmimoeendemetltnaptiafrnfroecoigréimmrbsesuoaxutneéesquminocoétsaudseuqitilopsinguliearcoursmrtederuliepoderbsvrvieteidnnoitreval.noramrasueconrturouvenaeJ:eerreiP-.IelssAu97: N SBuenscoéiétencrise.LeJardinreirAdarobsestqunriateèm
Lejardinier d Arboras
Abdelkader El Yacoubi
Roman
Lettres du monde Arabe
as 36700021-2-8-3-34dAbrroraidinreLej
 
 
       
    
L E
 
J
ARDINIE
    
 R
 
D
A RB
ORAS
 
Lettres du monde arabe Collection fondée par Maguy Albet et Emmanuelle Moysan   Mustapha BOUCHAREB, Les transformations du verbe être par temps de pluie , 2013. Mahmoud Turki KHEDHER, Tarbouch, foulard et casquettes , 2013. Raja SAKKA, Un arbre attaché sur le dos , 2012. Naaghi REMACHE, Square des pas perdus , 2012. Bouchra Belhaj BOURARA, À la lisière de soi , 2012. Hocéïn FARAJ, Instants de voix , 2012. VLADIMIR, Le Nain amoureux, etc., Nouvelles , 2012. Sami AL NASRAWI, La récompense , 2012. Mokhtar SAKHRI, Lillusion dun espoir romain , 2012. Ahcène AZZOUG, Le destin sans frontière , 2012. Gérard BEJJANI, La parenthèse , 2011. Abdelkader BENARAB, La bataille de Sétif , 2011. Mohamed ARHAB, Les Aumônières de Dieu , 2011.  Ridha SMINE, Tout lecteur est un ennemi , 2011. Sami AL NASRAWI, Fissures dans les murailles de Bagdad , 2011. Fouzia OUKAZI, L'Âge de la Révélation, 2011. Rachida NACIRI, Nanna ou les racines , 2011. Abdelaaziz BEHRI, Moha en couleurs, couscous light et autres récits , 2011. Myriam JEBBOR, Des histoires de grands , 2011. Moustapha BOUCHAREB, La troisième moitié de soi , 2011. Ahmed-Habib LARABA, LAnge de feu , 2011. Mohamed DIOURI, Chroniques du quartier , 2011. Nadia BEDOREH FAR, Les aléas de ma destinée , 2010. Sami Al Nasrawi, L'autre rive , 2010. Lahsen BOUGDAL, La petite bonne de Casablanca , 2010. El Hassane AÏT MOH, Le Captif de Mabrouka, 2010. Wajih RAYYAN, De Jordanie en Flandre. Ombres et lumières d'une vie ailleurs , 2010. Mustapha KHARMOUDI, La Saison des Figues , 2010. Haytam ANDALOUSSY, Le pain de lamertume , 2010. Halima BEN HADDOU, L Orgueil du père , 2010. Amir TAGELSIR, Le Parfum français , 2010. Ahmed ISMAÏLI, Dialogue au bout de la nuit , 2010. Mohamed BOUKACI, Le Transfuge , 2009. Hocéïn FARAJ, Les dauphins jouent et gagnent , 2009. Mohammed TALBI, Rêves brûlés , 2009. Karim JAAFAR, Le calame et lesprit , 2009. Mustapha KHARMOUDI, Ô Besançon. Une jeunesse 70 , 2009. Abubaker BAGADER, Par-delà les dunes , 2009. Mounir FERRAM, Les Racines de lespoir , 2009.  
 
Abdelkader El Yacoubi         L E J ARDINIER D A RBORAS     Roman              
 
 D U MÊME AUTEUR  AUX ÉDITIONS LH ARMATTAN     
Les Nuits doranaises , 1999 Gelème , 2001 Le B@nquet de Bounite , 2004
  
    
                © LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-343-00671-0 EAN : 97823430 0 6710
 
 A VANT -PROPOS     Lécriture de ce récit entamée en 2005 ne sest achevée quau printemps 2013. Huit ans se sont écoulés au cours desquels ma vie a été parcourue de profonds bouleversements, heureux et malheureux.  Ainsi, trente ans après avoir été poussé par la nécessité à vivre sur les terres chaleureuses du Nord-Pas-de-Calais, je regagnai enfin les rives de la Méditerranée dont je nai jamais cessé de rêver tout au long de ma longue et passionnante parenthèse nordiste. Ce retour aux sources saccompagna de retrouvailles inespérées. Les plantes de mon enfance oranaise me rappelèrent à leur bon souvenir et cest avec le zèle et lenthousiasme dun néophyte que je me suis lancé à corps perdu dans leur culture et surtout un hasardeux entretien de leur bonne santé. Le terrain sur lequel je venais de faire construire ma demeure occitane minvitait à tous les rêves et surtout à toutes les maladresses. Ma mère que javais recueillie sous mon toit à la mort de mon père, mobservait de sa chambre en se délectant de remarques et de critiques péremptoires. Pour elle et comme pour beaucoup de mes proches, je ne faisais que mamuser comme un gamin et tout ce que je plantais finirait bien par mourir de je ne sais quelle maladie ou geste inapproprié Cest quil ne se passait pas un seul jour sans que je plante un ou plusieurs arbres au grand dam de ma mère qui finit cependant, devant mon entêtement par abdiquer et par me reconnaître quelques lointaines compétences horticoles lorsque je lui présentai mes premières tomates quoique minuscules à son goût. Des tomates de farceur, avait-elle dit. Ah ! Comme jaimerais tant mexaspérer encore et encore de ses moqueries et de sa touchante condescendance ! Ma pauvre mère sen est allée au premier jour du printemps 2009, la fenêtre de sa chambre ouverte sur mon jardin. Au dernier souffle de sa vie, elle a posé sur moi un regard douloureux et ma
7  
demandé dune voix finissante  de lemmener voir le jardin dont elle sétait tant amusée. Je nai pas exaucé son vu. Avec la perte insurmontable de ma mère, jai pris conscience que ce jardin était le sien mais aussi celui de mon père. Jy ai planté les arbres quils aimaient et chaque fois que je my promène, je les vois sourire et ne puis mempêcher de pleurer dans ce cimetière verdoyant où je mefforce de retrouver leur présence et cette gigantesque part denfance qui leur est associée. Ce récit que je dédie à ma mère et à mes petits-enfants montpelliérains, Yanis et Souleimane, sest promené dans ce jardin, il sen est nourri. Il sachève enfin. Jai appris en jardinant à être très patient. Puisse-t-il maider à comprendre et à surmonter la douleur dêtre à la fois un orphelin, un déraciné de toutes choses dans ce pays que jai fait mien malgré les rictus qui déforment son si beau visage. Cette France où je puise et pose une partie de mes racines. Celles de mon enfance mais aussi celles de ma descendance.     
8  
           Aux « voleurs » de petits pains au chocolat.    
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.