LE MERLE BLANC DE LA MONACO DU NORD

De
Publié par

Tout visiteur du Musée Anacréon de Granville ne peut que se poser des questions sur l'étrange collectionneur qui partant de rien a accumulé ces trésors. Il n'est pas commun d'assembler de telles collections et de son vivant de se faire bâtir par sa ville natale un musée à son nom. A tous les points de vue, Richard Anacréon, personnalité hors normes, a été un homme exceptionnel.
Publié le : samedi 1 septembre 2001
Lecture(s) : 23
Tags :
EAN13 : 9782296252226
Nombre de pages : 78
Prix de location à la page : 0,0056€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Richard Anacréon
1907

- 1992

Du même auteur.
JOSÉPHINE,ed. Charlot, épuisé.
touchante histoire d'une petite mulâtresse au temps de la colonisation, roman nominé au Prix des Deux- Magots.

Un meurtre au studio, ed. S.A.E.T.L.,épuisé
roman policier, sous d'Alphonse de Brectouville. la signature

Le Honfleurais

aux sept naufrages,

ed.

l'Harmattan, vie aventureuse de Jean Doublet, (1655-1728) tour à tour terre-neuvier, capitaine marchand, corsaire lieutenant de Jean Bart et négrier.

La Libération

de Pont-l'Évêque,

Ed. Corlet,

sous la signature dIE. MARIE, recueil de souvenirs des bonnes gens pris dans la bataille, les 22,23 et 24 août 1944.

Malice et sagesse, Ed. L'Harmattan contes africains ayant pour protagonistes le rusé Leuckle Lièvre qui tient le rôle du Goupil dans notre Roman de Renard et Boucki-Ia-Hyène le stupide,
h0ll101ogue d'Ysengrin.

NOËL

LE COUTOUR

Le merle blanc de la Monaco du Nord

Richard

Anacréon
L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) CANADA H2Y 1K9

1907 - 1992

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

@L'Hannatlan,2001 ISBN: 2-7475-1147-2

Deux musées

sur le Roc

Depuis quelques années le Roc de Granville s'enorgueillit d'un riche musée artistique, dans des locaux construits spécialell1ent pour abriter les collections d'un de ses enfants, Richard Anacréon qui fit de sa ville natale son légataire: deux cents toiles signées des plus grands noms de 11entre-deux-guerres, vingt-trois tapis de Perse anciens en bon état, une cinquantaine de faïences en vieux Jersey, du ll10bilier signé et une fantastique collection d'éditions originales, sous reliure pleine peau et mosaïquées à l'or par les plus grands relieurs contemporains, truffées de documents autographes et de dessins ou aquarelles inédits. Non loin de là, se trouve un musée Christian Dior, autre rejeton célèbre de la cité, issu d'une famille enrichie dans le commerce du guano et des engrais fabriqués avec des têtes de morues concassées.

Ces deux autochtones originaux étaient nés à l'époque où Granville sur son Roc, menait la mâle vie des Terre-neuviers, et n'était pas cette bourgade émasculée aux l11aisons à vendre, à la voirie filaI entretenue. "La Monaco du Nord", coml11e la surnoll1maient les esthètes, n'était pas une station à l'agonie, Inais une villégiature élégante, avec Casino prospère, géré par une Société appartenant au trust de Florence Gould. Ces dernières décennies, le port de plaisance survivait seul, et l'ex-grand palace transformé en excellente lTIaison de Rééducation postostéotomies, animait la plage du Plat-Gousset, de ses pensionnaires claudiquants ou des plus récents, poussés encore dans de petites chaises roulantes. Des marins-pêcheurs, descendants des l11atelots hauturiers de jadis, anil11aient la "une" de la presse locale, de leurs dél11êlés avec leurs homologues "jerriais", de l'île anglo-normande d'en face, qui prétendent se réserver le poisson, pour eux seuls. La récente accession "aux m.achines à sous", ainsi que l'ouverture des deux musées, redonnera vitalité à ce lieu si beau, ancré sur la mer émeraude. Tout le lTIond,e connaît l'épopée de Christian Dior, couturier créateur de la révolution du "New look" et de la "ligne haricot" qui changèrent la silhouette féminine, au lendemain de la dernière guerre. 2

Plus secret est Richard Anacréon et pourtant quel homme! Tour à tour ouvrier chez Citroën, tireur de cartes, danseur mondain, chanteur de bastringue, puis comptable au "Petit Parisien", qui n'était pas encore "Libéré". Pour échapper au travail obligatoire en Allemagne, il ouvrit une librairie d'art cOlTIl11anditée par la grande Colette, Paul Valéry et Claude Farrère. Excusez du peu. Il fit retraite prématurée à Juan-les-Pins, avec la clique de Florence Gould, puis à Spéracedès dont il est citoyen d'honneur. La mort de son frère adoptif lui ayant fait prendre la Côte d'Azur en horreur, en 1983 Richard Anacréon revint à ses bases, Granville-la-Victoire, où il était né et avait passé sa jeunesse. Les honneurs lui avaient été ouverts par des promotions au grade il11médiat de Commandeur avec enjambement du titre de simple Chevalier, dans les ordres des Arts et des Lettres en 1974, du Mérite en 1975, de la Légion d'Honneur en 1978. Richard Anacréon ne portait pas un pseudonyme. Il tenait ce nom de ses ancêtres, en toute légalité. - J'ai toujours dû avoir l11a carte d'identité à la m.ain pour prouver que c'était bien mon vrai nOll1, se plaisait à répéter cet original, devenu. le plus Parisien des Parisiens, ami des plus grands de la création artistique et littéraire.

3

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.