Le métal du Diable

De
Publié par

Bernard Moulènes remet en scène Jean Massenaud ( le personnage de son roman Carnaval à Mindelo, 2012) débutant dans la carrière. Il nous entraîne dans une enquête haletante au Niger, en Turquie, puis en Nouvelle-Calédonie. Sa mission est de faire respecter le droit international dans la recherche et l'exploitation des ressources minières. Réfléchi et prompt à l'action, l'agent Massenaud ne devrait pas décevoir, mais serait-il sensible à l'odeur de parfum lègèrement musqué que laisse derrière elle une jeune femme au charme énigmatique.
Publié le : mardi 5 mai 2015
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782336382005
Nombre de pages : 170
Prix de location à la page : 0,0097€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Bernard Moulènes
Le métal du Diable Roman
/ Littérature
Rue des Écoles
6/05/15 16:17:45
LE MÉTAL DU DIABLE
Rue des Écoles
Le secteur « Rue des Écoles » est dédié à l’édition de travaux personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique, politique, etc. Il accueille également des œuvres de fiction (romans) et des textes autobiographiques.
Déjà parus
Durand (Anne),À travers une meurtrière, 2015. Gauthier (Marie-Véronique),Chopin, les Civils et moi, 2015. Loozen (Jean-Luc),Campo Grande, 2015.
Alcaraz (Nadia),La rage fut mon pays d’accueil, 2015.
Berkowitz (Nadine),Les vingt vies de Mathilde, 2015.
Cerasi (Claire),Identité, identités, 2015.
Ferrier-Mayen (Andrée),La terrasse, 2015.
Télégat (Constantin),La star et les pantins, 2015.
Philippart (André),Un milieu social face à la pauvreté, 2015.
Ducrocq (François),Théorie du stock froid, 2015.
Jacques-Yahiel (Simone),Ma raison d’être(réédition), 2015.
Albert (Thierry),Quel est votre nom ?, 2015.
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06293-8EAN : 9782343062938
Bernard MoulènesLe métal du Diable * roman
DU MÊME AUTEUR
Le Temps d’Écrire, Chroniques de Murgat en Xaintrie, Éditions Cadratin, Tulle 2005.
Au torrent il boit en chemin, Récits, Éditions de la Rue Mémoire, Tulle 2006.
Un billet d’Ispahan, nouvelle publiée par les Éditions L’iroli dans le cadre du prix L’iroli 2008 de la micronouvelle.
Du pétrole à la solidarité, un itinéraire africain, Collection Écrire l’Afrique, Éditions L’Harmattan, Paris 2009.
Les Cahiers de La Roque, Collection Tremplin,Ėditions Edilivre Aparis, Saint-Denis 2011.
Carnaval à Mindelo, Ethno-polar, Collection Amarante, Ėditions L’Harmattan, Paris 2012.
La Grande Guerre de Léon Moulènes, Carnets d’un paysan de Xaintrie mobilisé dans la Territoriale, Editions Anovi, Chinon 2014.
AVANT-PROPOS Habitants d’un monde souterrain, les Nibelungen, nains de la mythologie germanique, étaient réputés bons mineurs, mais aussi lutins malicieux, parfois malfaisants. On les décrit bossus, la tête large et la barbe fournie. Ils étaient censés garder des métaux précieux, enfouis en des endroits connus d’eux seuls, cachés à la convoitise de l’espèce humaine en qui ils n’avaient aucune confi-ance. Une autre de leurs activités était d’extraire des profondeurs de la terre toutes sortes de minerais, transformés dans leurs forges installées dans des cavernes aux flancs des montagnes. Leurs poi-gnards, épées, lances, étaient dotés d’une résistance légendaire. Sans nul doute, l’art des alliages, que les hommes ont mis si long-temps à acquérir, n’avait aucun secret pour eux. e Démons, suppôts du diable, ils entravaient au XIX siècle le travail des mineurs allemands, provoquant feux follets, éboule-ments, coups de chaleur. Les métallurgistes, confrontés à la diffi-culté d’identifier le nickel dont certains minerais ressemblent beau-coup à des minerais de cuivre, l’ont appelé, dans un premier temps, en référence à ces créatures, Kupfernickel, c’est-à-dire le « cuivre du diable ». Par la suite, la référence à Nikolaus, un des sobriquets du diable en Allemagne, a été seule conservée, donnant nickel et, après cuivre du diable, c’est métal du diable qui est resté. De nos jours, alors que l’activité minière est de plus en plus importante de par le monde et les minerais de nickel des plus con-voités, on est sans nouvelles de ces gnomes. Aucune manifestation de leur part n’est signalée, aucune catastrophe ne leur est attribuée. Se sont-ils retranchés dans les entrailles de gîtes métallifères inex-plorés, ou ont-ils quitté leur habitat souterrain et, génies invisibles, sont-ils à nos côtés, tels des anges gardiens, tantôt bienfaisants, tantôt maléfiques, déjouant avec facétie les plans des uns puis ceux
5
des autres, tentant de préserver un certain équilibre dans l’exploitation de nos ressources naturelles ?
L’histoire qui suit apportera-t-elle la réponse ?
6
I
NIGER 1977 L’ILLUSION
1
 Niamey, 10 mai 1977
Première grosse pluie de l’année qui crépite sur les toits de tôle. Le ventilateur tourne à pleine puissance, grinçant furtivement à chaque tour. Il est difficile, dans ces conditions, de se faire entendre sans crier. C’est ce que sont amenées à faire les quatre personnes réunies autour de la table du salon de l’hôtel Sahel. Face à face, deux femmes et deux hommes. L’obligation de parler fort anime leur visage, on pourrait penser qu’ils s’af-frontent alors qu’il n’en est rien. L’entretien est des plus courtois. Côté femmes, Clotilde de La Ferrière et sa fille Anne, propriétaires de FORFER, société créée voici plus de trente ans par Hubert de La Ferrière, entrepre-neur de forage installé au Niger à la fin de la deuxième guerre mondiale, décédé voici à peine un mois. De l’autre côté de la table se tiennent Maître Diallo, chargé par Madame de La Ferrière de la liquidation de la société et Jean Massenaud, détaché par l’ambassadeur de France auprès de Madame de La Ferrière, à titre amical, pour l’assurer du soutien des autorités françaises dans les épreuves qu’elle traverse.
Jean Massenaud est tout frais émoulu de l’École Nationale des Officiers de Police. Il est sorti dans les premiers de sa promotion avec le grade de lieutenant et s’est vu confier, au démarrage de sa carrière, une courte mission d’observation au Niger. Il a déjà fait deux brefs
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.