Le Mulâtre suivi de La Tireuse de cartes

De
Publié par

Les deux textes réédités ici représentent des moments particulièrement marquants du parcours de Victor Séjour, né homme de couleur libre à la Nouvelle-Orléans. Avec en toile de fond l'univers de la plantation à Saint-Domingue, "Le Mulâtre" dresse un tableau sans complaisance des relations maître-esclave. "La Tireuse de cartes" est, quant à elle, la seule version littéraire française d'une des affaires judiciaires et religieuses les plus retentissantes de la fin du dix-neuvième siècle, l'affaire Mortara.
Publié le : dimanche 1 juin 2014
Lecture(s) : 22
EAN13 : 9782336348940
Nombre de pages : 232
Prix de location à la page : 0,0129€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Victor Séjour LE MULÂTRE suivi de LA TIREUSEDE CARTES
Présentation de Lydi
e Moudileno
LE MULÂTRE suivi de LA TIREUSE DE CARTES
COLLECTIONAUTREMENT MÊMES conçue et dirigée par Roger Little Professeur émérite de Trinity College Dublin, Chevalier dans lordre national du mérite, Prix de lAcadémie française, Grand Prix de la Francophonie en Irlande etc. Cette collection présente en réédition des textes introuvables en dehors des bibliothèques spécialisées, tombés dans le domaine public et qui traitent, dans des écrits de tous genres normalement rédigés par un écrivain blanc, des Noirs ou, plus généralement, de lAutre. Exceptionnellement, avec le gracieux accord des ayants droit, elle accueille des textes protégés par copyright, voire inédits. Des textes étrangers traduits en français ne sont évidemment pas exclus. Il sagit donc de mettre à la disposition du public un volet plutôt négligé du discours postcolonial (au sens large de ce terme : celui qui recouvre la période depuis linstallation des établisse-ments doutre-mer). Le choix des textes se fait dabord selon les qualités intrinsèques et historiques de louvrage, mais tient compte aussi de limportance à lui accorder dans la perspective contem-poraine. Chaque volume est présenté par un spécialiste qui, tout en privilégiant une optique libérale, met en valeur lintérêt historique, sociologique, psychologique et littéraire du texte. « Tout se passe dedans, les autres, cest notre dedans extérieur, les autres, cest la prolongation de notre intérieur.» Sony Labou TansiTitres parus et en préparation : voir en fin de volume
Victor Séjour LE MULÂTRE suivi de LA TIREUSE DE CARTES Présentation de Lydie Moudileno LHARMATTAN
En couverture : Caricature de Victor Séjour Eugène Carjat,Diogène, 8 mars 1857© LHarmattan, 2014 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03636-6 EAN : 9782343036366
INTRODUCTION par Lydie Moudileno
Du même auteur L’Esprit Créateur,53 :Marie NDiaye’s Worlds/Mondes de Marie NDiaye,2013 (co-dir. Warren Motte) Présence Francophone,66 :L’Exposition postcoloniale. Nouvelles représentations du corps africain, 2006 Parades postcoloniales. La fabrication des identités dans le roman congolais,Paris : Karthala, 2006 Littératures africaines des années 1980-1990,Dakar : Codesria Publications, 2003 Maryse Condé : une nomade inconvenante,Guadeloupe : Ibis Rouge Editions, 2002 (co-dir. Madeleine Cottenet-Hage) L’Écrivain antillais au miroir de sa littérature, Paris : Karthala, 1997
INTRODUCTION Un pionnier de lAtlantique noir Arrière-petit-ls dAfricains,ls dun mulâtre de Saint-Domingue, né et élevé à la Nouvelle-Orléans, expatrié à Paris où il devient un célèbre dramaturge, la vie de Victor Séjour est marquée de traver-sées transatlantiques: de lAfrique aux Antilles, des Antilles à la Louisiane, de lAmérique à lEurope. Pour le dire en termes contemporains : la trajectoire de Séjour sinscrit dans deux espaces culturels essentiels à la formation des identités noires modernes: 1 lAtlantique noir, et le Paris noir . Comme la montré Paul Gilroy dans son ouvrage de 1995, « lAtlantique noir » constitue un espace historique dessiné par une constellation de trajets, entre les pôles continentaux et les îles de lEurope, dAfrique et des Amériques. Si le commerce triangulaire, avec à sa base le « passage du milieu » et la déportation des Africains vers le Nouveau-Monde, en est le parcours fondateur et le plus tristement célèbre, dautres migrations (volontaires, plus individuelles et moins tragiques) ont contribué, au cours des siècles, à faire de lAtlantique noir un lieu privilégié de transformations identitaires. Ainsi, les exemples ne manquent pas, au vingtième siècle, dauteurs noirs américains dont lexpérience professionnelle fut déterminée par un exil outre-Atlantique. La France, qui symbolise le pays des droits de tous les hommes, y compris ceux de couleur (même si lon en a longtemps douté), en est une des destinations majeures.Dans son étudeFrom Harlem to Paris, Michel Fabre avait déjà démontré limportance de Paris pour les expatriés noirs américains, dont W.E.B. DuBois, Richard Wright, Countee Cullen ou Chester Himes. En fait, Fabre date des années 1840 le début historique des liens culturels entre les Africains-Américains et la France, avec le départ des Louisianais de couleur pour Paris. Victor Séjour est de ceux-là, parmi les premiers. 1 Cf. Paul Gilroy,LAtlantique noir : modernité et double conscience, trad. Char-lotte Nordmann, Paris : Éditions Amsterdam, coll. «Histoires Atlantiques», 2010.
vii
Si Victor Séjour se distingue en tant que pionnier de lAt-lantique noir du dix-neuvième siècle, sa qualité dAméricain francophone le rend plus exceptionnel encore que ses célèbres 1 compatriotes du vingtième . Né en 1817, dans une Louisiane récemment rattachée aux États-Unis, Séjour est éduqué, écrit et publie exclusivement en français. Excepté la publication dun poème (repris dans le collectif louisianaisLes Cenelles), toute sa carrière littéraire sest faite à Paris, à travers des circuits éditoriaux, médiatiques français. Le public quit le succès de ses pièces et les critiques qui les ont commentées furent exclusivement parisiens. Si quelques-unes de ses pièces ont été représentées en Louisiane, elles lont été sur la base de leur succès initial en France. Contrairement donc à la majorité des autres Noirs américains en France, Victor Séjour a produit un corpus qui trouvede factoplace dans la sa littérature française du dix-neuvième siècle. Cela dit, sa naissance et son éducation en Amérique fût-cedans une enclave franco-phone fontde lui, tout aussi légitimement, un auteur américain. Cest bien au croisement des deux traditions littéraires quil faut le situer. En France, le monde littéraire a oublié Victor Séjour : une partie de ses textes est disponible sur le site de la Bibliothèque nationale de France, dautres dans les bibliothèques dinstitutions améri-caines. Tous ne sont pas toujours autorisés à circuler. L’œuvre de Séjour, aujourd’hui, est donc une œuvre archivée.À notre con-naissance il nexiste aucune réédition de ses textes ni aucune représentation de ses pièces depuis lan du dix-neuvième siècle. Paradoxalement, cest dans son pays natal (où il na publié quun seul poème) et par le biais de la littérature (africaine-)américaine 2 que son œuvrerefait surface au vingtième siècle . Les premiers a travaux américains qui mentionnent Séjour le présentent sous des étiquettes variées. Ainsi, dès les années trente, il est inclus dans Afro-French Poetry in Louisianalouisianaise afro- [Poésie française] ;dans un article de 1983 cest en tant que «Black French Playwright from Louisiana» [dramaturge noir français de 1 Voir, pour le vingtième siècle, louvrage de Tyler Stovall,Paris Noir : African-Americans in the City of Lights, University Park : Penn State University Press, 1999. 2 Noter que Fabre, bien que français et professeur en France, est un américaniste et que son livre est publié en anglais. viii
Louisiane] quil apparaît ; lauteur de la seule biographie publiée à ce jour, E. ONeill, choisit, lui, de présenter Séjour comme un 1 « dramaturge parisien originaire de Louisiane » . Avec lessor ins-titutionnel des « African-American Studies » dans les années 1990, de prestigieuses anthologiesnissent par rapatrier Victor Séjour aux États-Unis, comme auteur africain-américain. On le reven-dique depuis comme lauteur du premier texte dection écrit par 2 un Africain-Américain. Autrement dit, comme ancêtre littéraire . Pour autant, cest dans la langue et la culture françaises que sest déployée son œuvre, et cesont des espaces francophones qui sont en jeu. De Port-au-Prince à la Nouvelle-Orléans à Paris, le parcours de Victor Séjour relie les pôles historiques dun Atlantique pro-fondément francophone, celui-là même que (re)traverseront plus tard les grandesgures antillaises du vingtième siècle, des sœurs Nardal à René Ménil, Jacques Roumain, Aimé Césaire, à René Depestre, Maryse Condé ou Dany Laferrière. Entre deux continents, deux nations, entre deux langues et deux traditions littéraires, Victor Séjour se trouve aussi sur la ligne de partage de deux groupes: les maîtres blancs et les esclaves noirs. Séjour est lels dun homme de couleur libre arrivé à la Nouvelle-Orléans vers 1809, fuyant linstabilité dHaïti, et dune Louisia-naise, femme de couleur libre elle aussi. Victor Séjour passe ses premiers dix-neuf ans en Louisiane, de sa naissance en 1816 (ou 1817) à son départ pour la France. Le fait quil ait été un homme de couleur dans lAmérique du début du dix-neuvième siècle évoque évidemment le contexte de racisme, dexploitation éco-nomique et de violence institutionnelle caractéristique de telles sociétés esclavagistes. En revanche, dans le cas précis de Séjour, le statut dhomme de couleur nimplique ni le dénuement matériel ni la pauvreté intellectuelle. En effet, le jeune Séjour appartient à une classe particulière, distincte des esclaves noirs et des maîtres
1 Voir ces titres dans la bibliographie. Létude de ONeill, issue dun considérable travail darchive, constitue une source précieuse de renseignements tant pour les années louisianaises de lauteur que pour la réception critique de son œuvre par ses contemporains entre 1844 et 1874. Elle nous a été d’une aide précieuse dans la préparation de cette introduction. 2 Voir Henri Louis Gates (Norton Anthology, 1995), James Hatch (Black Theatre, vol. 1, 1996), et Marc Shellet al (Multilingual Anthology of American Literature, 2000).
ix
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.