Le mystère de Nguema

De
Publié par

Voici un ensemble de textes qui nous plonge dans une atmosphère de mystère, pour les uns, dans la vie quotidienne de Libreville, pour les autres. A l'exemple du Mystère de Nguema, la nouvelle qui donne son titre au livre, les dimensions du réel et de l'irréel se confondent et nous entraînent dans une confusion à nous faire sombrer dans la démence. En effet, comment savoir de Nguema, l'époux exemplaire, ou de Rose, l'épouse contrariée, qui est le Revenant ou pas?
Publié le : jeudi 1 septembre 2005
Lecture(s) : 235
EAN13 : 9782336275840
Nombre de pages : 119
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Le mystère de Nguema

Encres Noires Collection dirigée par Maguy Albet
N°264, BathieNgoye TIllAM, Nouvellesfantastiquessénégalaises,2005. N°263, Marcel KEMADJOU NJANKE,La chambrede Crayonne,2005. N°262, BathieNGOYE TlllAM, Leparricide,2005. N°261, Guy V. AMOU, Murmuresdu Mono, 2005. N° 260, AlexisALLAH,L'oeil du Marigot,2005. N° 259, SylvestreSimon SAMB,Dièse à la clef,2005. N° 258 SemaanKFOURY, L'Egyptien blanc,2004. N° 257 EmmanuelMATATEYOU,Dans les couloirsdu labyrinthe,2004. N° 256 Yacoub OuId Mohamed KHATARI, Les résignés, 2004. N°255 Dakoumi SIANGOU, La République des chiens. Roman, 2004. N°254 Adama Coumba CISSE, La grande mutation. Roman, 2004. N° 253 Armand Joseph KABORE, Le pari de la nuit, 2004. N° 252 Babba NOUHOU, Les trois cousines, 2004. N° 251 CalixteBANIAFOUNA,Matalena ou La colombeendiablée,2004. N° 250 Samba DIOP, À Bandowé, les lueurs de l'aube, 2004. N° 249 Auguy MAKEY, Brazza, capitale de la Force libre, 2004. N° 248 Christian MAMBOU, La gazelle et les exciseuses, 2004. N° 247 Régine NGUINI DANG, L'envers du décor, 2004. N° 246 Gideon PRINSLER OMOLU, Deux Gorée, une île, 2004. N° 245 Abdoulaye Garmbo TAPO, L 'héritage empoisonné, 2003. N° 244 Justine MINTSA, Un seul tournant Makôsu, 2003. N° 243 Jean ELOKA, Iny, 2003. N° 242 Césaire GBAGUIDI, Le rhume de la moralisation, 2003. N° 241 Daouda NDIAYE, L'exil, 2003. N° 240 Richard M. KEUKO, Une vie pour rien, 2003. N° 239 Benoît KONGBO, Balenguidi, 2003. N° 238 Amadou DIAO NDIAYE, Le diableest-ilnoir ou blanc ?, 2003. N°237 Georges NGAL, Giambatista Viko ou Le viol du discours africain, 2003. N° 236 Marie-Ange SOMDAH, Un soleil de plomb, 2003. N° 235 Justin Kpakpo AKUE, John Tula, le magnifique, 2003. N° 234 Auguy MAKEY, Tiroir 45, 2003. N° 233 Jean-JusteNGOMO, Nouvellesd'ivoire et d'outre-tombe,2003. N° 232 Nestor SIANHODE, Embuscades, 2003. N° 231 FidèlePAWINDBE ROUAMBA,Pouvoir deplume, 2003. N° 230 J.HonoréWOUGLY, Unevie de chien à SAMVILLE,2003. N°229 Oumaou SANDARYALBETI,Agagar, ange ou démon ?, 2002. N°228 Adelaïde FASSINOU, Toute une vie ne suffirait pas pour en parler, 2002. N°227 Fanga-Taga TEMBELY, Dakan, 2002.

Eric Joël Bekale

Le mystère de Nguema
Nouvelles

Du même auteur : Le Chant de ma mère (poésie), Edit. La Pensée Universelle, Paris, 1993. Cris et Passions (Poésie), Edit. Bajag-Méri, Paris, 1996. Au pays de Mbandong (Nouvelles), Edit. L'Harmattan, Paris, 2001, Le voleur de rêves (Contes), Edit. L'Harmattan, Paris, 2003. Un étrange week-end à Genève (Roman), Edit. Société des Ecrivains, Paris, 2005. Elévations poétiques (Poésie), Edit. L'Harmattan, Paris, 2005.

@

L'HARMATTAN,

2005

5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris
L'HARMATTAN, ITALIA s.r.1.

Via Degli Artisti 15 ; 10124 Torino Kônyvesbolt L'HARMATTAN HONGRIE ; Kossuth L. u. 14-16 ; 1053 Budapest

L'HARMATTAN BURKINA FASO 1200 logements villa 96 ; 12B2260 ; Ouagadougou 12 ESPACE L'HARMATTAN KINSHASA Faculté des Sciences Sociales, Politiques et Administratives BP243, KIN XI; Université de Kinshasa - RDC

http://www.librairieharmattan.com harmattan 1@\vanadoo.fr

ISBN: 2-7475-8915-3 EAN : 9782747589154

Je dédie cet ouvrage à Libreville, A tous les endroits qui m'ont vu grandir, A mes amis d'enfance et à ceux d'aujourd'hui.
Pour que notre ville soit plus belle, Libre de tout lien assujettissant, Accueillante, conviviale et fraternelle!

A Libreville!!!

Je voudrais, ici, remercier mon Oncle bien aimé, Henri BEI<ALLE-AIZWE, pour m'avoir inspiré un métier et un style. .. de vie. Grand H, Bobo BEI<ALLE « Beau Gosse! ».
Mes remerciements vont à :

ONDO-MIIZO Marcus, ANGONE-ABENA Marion, PASEA Yolande, BOIZOIZO Edgar. A tous les compagnons de la Fondation Mgr. RAPONDA-WALIŒR, de l'Union Gabonaise des Enseignants pour la Culture Francophone (UGECF) et de l'Union des Ecrivains Gabonais (UDEG). « On déroule une vie comme on écrit un livre. Pour que notre passage sur terre soit une belle œuvre, écrivons-le avec des lettres de sagesse ». Eric Joël HEKALE

LE MYSTERE

DE NGUEMA

Ce jour-là, il avait régné une chaleur torride sur Libreville. Le thermomètre marquait trente degrés à l'ombre. Les rues et les immeubles semblaient être en ébullition à cause des évaporations qui montaient vers le ciel. Heureusement, la température, élevée dans la journée, était descendue en même temps que le soleil, tout doucement, avec lourdeur sur l'océan. C'est pourquoi, tout le long du boulevard du bord de mer, de l'hôtel Ré-Ndama à l'aéroport, de nombreux piétons s'étaient pratiquement dévêtus pour se promener. Les hommes portaient des tee-shirts sur leurs shorts et pantalons. Les femmes les plus osées avaient des mini-jupes qui laissaient entrevoir leurs dessous. Celles qui portaient des cabas sentaient passer l'air sous leurs robes. Il faisait vraiment chaud. La plage, habituellement vide en semaine, était bondée de monde. A l'instar des autres fonctionnaires, Nguema quittait son bureau à dix-sept heures trente. Pour rentrer chez lui, au quartier Lalala, il empruntait habituellement le boulevard du bord de mer plutôt que de passer par la voie-express. Celle-ci était plus bruyante et dangereuse. Tandis que, sur le bord de mer, les voitures roulaient avec plus de prudence. Les nombreux feux, qui le jalonnaient, faisaient en sorte que les automobiles avancent à vitesse de tortue. Cela ne plaisait pas aux chauffeurs des grosses cylindrées. Mais, ce que Nguema aimait par-dessus tout, en parcourant le boulevard du bord de

11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.