//img.uscri.be/pth/e7e3709acdedf41ff4c850e1a9dae14da7bcb2f9
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le nain amoureux, etc.

190 pages
Il était et il n'était pas..., ainsi commence souvent les histoires orientales d'autant plus abracadabrantes qu'elles sont vraies ou presque. En tout cas, absolument pas fausses, plus que pas absolument fausses. En voilà six.
Voir plus Voir moins
 
 
 
 
 
LE NAIN A
 
 
 
MOUREUX, ETC.
 
Lettres du monde arabe Collection dirigée par Maguy Albet et Emmanuelle Moysan   Sami AL NASRAWI, La récompense , 2012. Mokhtar SAKHRI, Lillusion dun espoir romain , 2012. Ahcène AZZOUG, Le destin sans frontière , 2012. Gérard BEJJANI, La parenthèse , 2011. Abdelkader BENARAB, La bataille de Sétif , 2011. Mohamed ARHAB, Les Aumônières de Dieu , 2011.  Ridha SMINE, Tout lecteur est un ennemi , 2011. Sami AL NASRAWI, Fissures dans les murailles de Bagdad , 2011. Fouzia OUKAZI, L'Âge de la Révélation, 2011. Rachida NACIRI, Nanna ou les racines , 2011. Abdelaaziz BEHRI, Moha en couleurs, couscous light et autres récits , 2011. Myriam JEBBOR, Des histoires de grands , 2011. Moustapha BOUCHAREB, La troisième moitié de soi , 2011. Ahmed-Habib LARABA, LAnge de feu , 2011. Mohamed DIOURI, Chroniques du quartier , 2011. Nadia BEDOREH FAR, Les aléas de ma destinée , 2010. Sami Al Nasrawi, L'autre rive , 2010. Lahsen BOUGDAL, La petite bonne de Casablanca , 2010. El Hassane AÏT MOH, Le Captif de Mabrouka, 2010. Wajih RAYYAN, De Jordanie en Flandre. Ombres et lumières d'une vie ailleurs , 2010. Mustapha KHARMOUDI, La Saison des Figues , 2010. Haytam ANDALOUSSY, Le pain de lamertume , 2010. Halima BEN HADDOU, LOrgueil du père , 2010. Amir TAGELSIR, Le Parfum français , 2010. Ahmed ISMAÏLI, Dialogue au bout de la nuit , 2010. Mohamed BOUKACI, Le Transfuge , 2009. Hocéïn FARAJ, Les dauphins jouent et gagnent , 2009. Mohammed TALBI, Rêves brûlés , 2009. Karim JAAFAR, Le calame et lesprit , 2009. Mustapha KHARMOUDI, Ô Besançon. Une jeunesse 70 , 2009. Abubaker BAGADER, Par-delà les dunes , 2009. Mounir FERRAM, Les Racines de lespoir , 2009.   
 
 
Vladimir
LE NAIN AMOUREUX, ETC.
 
Nouvelles
            LH ARMATTAN
                              
  
© L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96389-4 EAN : 9782296963894  
 
 
 
 
 
 
 
À mon petit-fils Ilya, dit Mouftich.
 
 
 
LE NAIN AMOUREUX
1. Les bleus
Imagine un matin chaud en Alger et le soleil qui tape fort sur la place darmes dune morne caserne héritée des français. Les grandes pièces en rez-de-chaussée sont bondées de centaines de jeunes depuis laube. Ils ont en commun davoir lâge du conseil de révision. Aujourdhui est un jour important qui décidera sils sont aptes ou non pour le service armé. Cest ce que diront les visites médicales et les tests dalphabétisation. Des centaines de gars à trier. Et le bordel, comme dhabitude.
Pour le moment ils sont encore des civils, donc il y en a de toutes sortes,
- des débrouillards et des malins qui dégottent en un clin dil  un banc ou un coin de table à côté dune fenêtre pour sasseoir et attendre au frais, probablement pendant des heures, dêtre appelés dans un bureau ou un autre, devant un officier ou un autre, pour un truc ou un autre.
- des élégants de bonne famille, étudiants ou fils à papa, habillés la marque, veston léger ou blouson de daim, plis impeccables, mocassins souples, foulards, cigarettes de tabac blond, transistors pour se distraire avec la musique et les infos.
- des jeunes des quartiers populaires, jeans, T-shirt, nippes molles. Il y en a qui sont en bandes, il y en a qui tapent la carte. il y en a qui jouent les durs et roulent des mécaniques. On fume beaucoup et on piétine son mégot sur le sol en grosses dalles. Ça sera bientôt la porcherie, des sous-offs courent partout, bousculent les types, gueulent et menacent déjà den envoyer au gnouf.
9
- et mêmes des fellahs en djellabas, chaussés de firestones 1 , lair paumé et taisant.
Des soldats bronzés et casqués surveillent ce monde, carabine à lépaule. De temps à autre, un officier en casquette raide, micro dans une main et liasse de papiers dans lautre, appelle une liste de noms. Il faut répondre « présent » et se ranger devant une porte numérotée ou sortir dans la cour et se ranger fissa derrière un gradé qui tient un fanion et qui gueule (pour pas changer). Les chefs sont harassés et vite aphones. Théoriquement, tous les appelés doivent être là, mais on dirait que ces salauds font exprès, ils ne veulent pas entendre ou pas comprendre. Il ny a pas la moitié qui répond à la première lecture. À la deuxième lecture, on en retrouve, mais il y a toujours le con qui répond présent à Khelif Abdelkrim, alors quil est en réalité Kemim Rabah ou Salif Mohammed. Un groupe de cinquante finit par se former, on lexpédie dehors à la visite médicale serré par deux caporaux et trois hommes. Mais le pavillon médical est embouteillé depuis longtemps, le médecin-major furieux fout tout le monde à la porte, les caporaux sont désespérés, ils ne doivent pas perdre un seul homme, car ces lascars prennent nimporte quel prétexte pour disparaître et emmerder le monde. Les caporaux emmènent leur troupeau au hangar du cinéma des armées. On leur projettera des films sur le close-combat, et aussi celui sur les maladies vénériennes, où plus dun se trouve mal à la vue de chancres horribles sur des verges et des vagins.
Après le cinéma, cest lheure de déjeuner. Toujours par sections de cinquante, les bleus sont expédiés aux réfectoires.
- Ah, ça pue ! dit un jeune-homme-de-bonne-famille à un autre jeune-homme-de-bonne-famille qui marche à ses côtés dans la poussière soulevée par des centaines de pieds. Ils vont nous faire bouffer de la merde, je te parie !
                                                                1  Firestones : sandales genre franciscaines à semelles récupérées sur de vieux pneus.
10