Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le nègre comme il y a peu de blancs

De
344 pages
L'année 1789 a été caractérisée par un débat serré pour et contre la traite et l'esclavage des Noirs, et par la publication d'un grand nombre d'ouvrages les concernant. Le long roman de Lavallée a le mérite de plaider la cause antiesclavagiste en mettant en scène le drame déchirant -personnel, familial et social- des esclaves arrachés à leur pays, souvent par la ruse, et de nous les montrer comme des hommes nobles et généreux, en dépit de la condition humiliante qui voudrait en faire des animaux.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Joseph Lavallée
LE NÈGRE COMME IL Y A PEUDE BLANCS
Présentation de Carminella Biondi avec la collaboration de Roger Little
LE NÈGRE COMME IL Y A PEU DE BLANCS
COLLECTIONAUTREMENT MÊMES conçue et dirigée par Roger Little Professeur émérite de Trinity College Dublin, Chevalier dans l’ordre national du mérite, Prix de l’Académie française, Grand Prix de la Francophonie en Irlande etc. Cette collection présente en réédition des textes introuvables en dehors des bibliothèques spécialisées, tombés dans le domaine public et qui traitent, dans des écrits de tous genres normalement rédigés par un écrivain blanc, des Noirs ou, plus généralement, de l’Autre. Exceptionnellement, avec le gracieux accord des ayants droit, elle accueille des textes protégés par copyright, voire inédits. Des textes étrangers traduits en français ne sont évidemment pas exclus. Il s’agit donc de mettre à la disposition du public un volet plutôt négligé du discours postcolonial (au sens large de ce terme : celui qui recouvre la période depuis l’installation des établisse-ments d’outre-mer). Le choix des textes se fait d’abord selon les qualités intrinsèques et historiques de l’ouvrage, mais tient compte aussi de l’importance à lui accorder dans la perspective contem-poraine. Chaque volume est présenté par un spécialiste qui, tout en privilégiant une optique libérale, met en valeur l’intérêt historique, sociologique, psychologique et littéraire du texte. « Tout se passe dedans, les autres, c’est notre dedans extérieur,les autres, c’est la prolongation de notre intérieur.»Sony Labou TansiTitres parus et en préparation : voir en fin de volume
Joseph Lavallée LE NÈGRE COMME IL Y A PEU DE BLANCS Présentation de Carminella Biondi avec la collaboration de Roger Little L’HARMATTAN
En couverture : Détail du frontispice de l’édition originale.© L’Harmattan, 20145-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03184-2 EAN : 9782343031842
INTRODUCTION par Carminella Biondi
Du même auteur Lecointe-Marsillac (éd.),Le More-Lack, ou Essai sur les moyens les plus doux et les plus équitables d’abolir la traite et l’esclavage des Nègresd’Afrique en conservant aux colonies tous les avantages d’une population agricole, coll. Autrement Mêmes, Paris, L’Harmattan, 2010Rêver le monde. Écrire le monde. Théorie et narrationsd’Édouard Glissant,Bologne,CLUEB, 2004 (avec Elena Pessini) La Francia a Parma nel Secondo Settecento, Bologne,CLUEB,2003 Marguerite Yourcenar ou la quête de perfectionnement, Pise, Editrice libreria Goliardica, 1997 Ces esclaves sont des hommes. Lotta abolitionista e letteratura negrofila nella Francia del Settecento, Préface de Corrado Rosso, Pise, Editrice libreria Goliardica, 1979 Mon frère, tu es mon esclave! Teorie schiaviste e dibattiti antropologico-razziali nel Settecento francese,de Préface Corrado Rosso, Pise, Editrice libreria Goliardica, 1973
INTRODUCTION Joseph Lavallée, un polygraphe à la plume facile « Notrevénérable Lavallée a sur nous lempire des affections durables. Il nous conduit au bien avec les rênes de lamitié. Son sourire inspire la gaîté et la conance, son regard invite à la politesse et à lobligeance, son sérieux commande le travail, en imposant le respect […]. Ce n’est point par des lois pénales quil règne sur cette colonie, mais par la crainte que nous avons de déplaire à un bon chef […]. S’il nous parle des arts il nous transporte dans leur temple ; sil chante lamitié, cest un barde ; la 1 vertu cest un sage ; lhonneur cest un Français » . Ce portrait très élogieux de Joseph Lavallée a été brossé dans un discours tenu à loccasion de linauguration de la loge maçonnique des « Commandeurs du Mont-Thabor, rite écossais philosophique » (la date la plus probable de la création de cette loge est le 11 mars 1807), dont Lavallée était Maître Vénérable. Il faut donc tenir compte de loccasion solennelle et de la tendance à lexagération (et peut-être à laatterie) qui caractérise tous les éloges publics, mais il nempêche que cest le portrait de quelquun qui a su 2 gagner le respect et lestime de ses confrères . Nous ne savons que peu de choses de la vie de Joseph Lavallée, du moins avant la Révolution. Il est né près de Dieppe le 23 août 1747 et est mort à Londres le 28 février 1816. Les notices des dictionnaires biographiques sont toutes très succinctes, répétitives 3 et, souvent, erronées . La biographie la plusable, puisquil a été 1 Installation de la L. des Commandeurs du Temple du Mont Thabor, rite écossais philosophique à lO. de Paris, dans Annalesmaçonniques dédiées à Son Altesse Sérénissime le Prince de Combacérès, par Caillot R. C., Paris, Caillot, 1810, VIII, p. 14-15. 2  Lemême tome VIII desAnnales maçonniques de1810 chante la joie ressentie par les « frères », qui ont vu « rentrer dans ce temple le R. maître quune trop longue maladie en avait vu éloigné » (ibid., p. 91). DesCoupletssont chantés à loccasion de lheureux retour du vénérable Lavallée (ibid., pp. 112-113) et le commandeur Bazaine loue en lui lSait unir lécrivain qui «esprit de Voltaire / Et les grâces dAnacréon » (ibid., p. 96-100). 3  Onlit, par exemple, dans John Gorton,General Biographical Dictionary, Londres, Whittakerand Co., 1833, II, article Lavallée John : « He […] wrote  vii
maçon, devrait être celle que lon trouve dans lePrécis historique de lordre de la Franc-maçonnerie […]. Suivi dune biographie des membres les plus célèbres et dun choix de discours et de 1 poésies, où lon peut lireAncien marquis de Bois-Robert,: « capitaine dinfanterie au régiment de Champagne, [en réalité de 2 Bretagne] dutà la révolution sa sortie de la Bastille, où à cause 3 des écarts de sa jeunesse, il avait été enfermé par lettre de cachet sur les instances de la famille ». Dautres biographies précisent la nature de ces «écarts » :un pudique «amour grec» dans les e biographies duXIXsiècle, homosexualité dans un article de Gérard 4 Oberlé,Un Noir, héros de roman en 1789. Il est peut-être intéressant de noter quaucune biographie parue du vivant de lauteur ne fait allusion ni à son origine noble, ni à ses écarts et 5 donc à son emprisonnement à la Bastille . Aucune référence non plus dans laBiographie universelle ancienne et moderne de
many comic pieces […]. Among his miscellaneous works may be noticed “Le nègre comme il y a peu de Blancs” ».Ou encore : « Ce littérateur français est auteur douvrages spirituels et légers, parmi lesquels on peut citerLe Nègre comme il y a peu de blancs(1789) » (Dominique Massonaud,Le Nu moderne au Salon (1789-1853), Grenoble, Ellug, 2005, p. 20. La notice accompagne la citation dun « Poème à Guérin » de Lavallée, paru dansJournal des Arts, de Littérature et de Commerce, n° 4, 10 Vendémiaire, an VII, p. 11-12). 1 Paris, Rapilly, 1829, II, p. 168-169. 2 Ce sont les indications que Lavallée a données dans le frontispice de ses œuvres, aussi bien que dans sonHistoire de lorigine, des progrès, et de la décadence des diverses factions qui ont agité la France depuis le 14 Juillet 1789, jusquà labdication de Napoléon, Londres, John Murray, 1816, 3 vol., I, p. 291 : « Le régiment de Bretagne infanterie dans lequel j’avais l’honneur de servir». Louvrage, publié après la mort de lauteur souffre de la présence de nombreuses fautes de frappe. Selon Quérard (La France littéraire, éd. 1830, t. IV, p. 630), mais lindication est évidemment inexacte, il aurait été capitaine au régiment de Champagne avant la Révolution et de Bretagne après. Par la suite louvrage sera indiqué commeHistoire des factions. 3 On trouve souvent dans ses œuvres la condamnation de l’usage des lettres de cachet. 4 LExpress culture, 25 mai 2011.5  Voir :N.-L.-M. Dessesartset alii,Les Siècles littéraires de la France ou Nouveau dictionnaire, historique, critique et bibliographique, Paris, Chez l120-121 ;Auteur, 1801, t. IV, p.Biographie moderne, ou Dictionnaire biographique de tous les hommes morts et vivants, seconde édition, Leipzig, Besson, 1806, t.III, p.103 ;M. Weisset alii,Biographie universelle ou ie Dictionnaire historique, Paris, Furne et CLibraires-Éditeurs, 1812, t. VI, p. 222-223. viii
1 Michaud, dans son édition de 1827suivant donc de onze ans la mort de lauteurest pourtant l quiune des plus détaillées sur sa vie et sur ses œuvres. On trouve par contre des références à son origine noble et à son emprisonnement dansLa France littérairede Quérard, publiée un an après lePrécis historique de la Franc-maçonnerie: ce dernier semble donc être la source de la notice. La question la plus difcile à éclairer est celle de son emprisonnement à la Bastille: on ne connaît pas la date de sa détention (a-t-il 2 vraiment été emprisonné?) ni la durée de son incarcération. Mais il est certain que la notice concernant sa libération ne correspond pas à la vérité des faits: lors de la prise, la Bastille ne contenait, 3 comme lon sait, que sept prisonnierset Joseph Lavallée, ou le marquis de Bois-Robert, nétait pas du nombre. Il avait dailleurs publié précédemment au moins un ouvrage de succès, le roman Cécile,lle dAchmet III, empereur des Turcs. Née en 1710, édité une première fois en 1787 et réédité lannée suivante. On peut présumer quil disposait de sa liberté. À la veille de la réunion des États-généraux, il avait adressé unDiscours dun philosophe à la 4 nation française, qui ne semble pas se concilier avec la condition de prisonnier et qui ne porte pas la marque de la haine pour la classe dont il est issu, ainsi que le disent quelques-uns de ses biographes. En 1786 il avait publié une sorte dapologie de son e temps,Les Bas-reliefs du XVIIIsiècleoù, à côté des écrivains, des musiciens, des peintres et des hommes de sciences, il avait tissé léloge des rois, même de ce Louis XIV, quil devait juger quel-1 Biographie universelle ancienne et moderne, par une Société de gens de lettres, Paris, Michaud, tome 47, 1827, p.363-365. Selon Pierre Mollier, Michaud avait connu Lavallée: «Les notices […] sont particulièrement intéressantes en ce quelles font état dappréciations dénotant une connaissance person-nelle »(« Lesdébuts de la Légion d»,honneur et la Franc-maçonnerie Chroniques dHistoire Maçonnique59, 2006, <http://pierre.mollier.perso., n° sfr.fr/articles/PM-84-D%C3%A9buts-L%C3%A9gion-d-honneur.pdf>, note 45). 2  Danslarticle Lavallée deLa France savante. Dictionnaire prosopographiquede Martine François (quelques lignes biographiques suivies de lindication de quelques œuvres), on lit: «Il avait passé sept ans à la Bastille pour avoir demandé labolition de lesclavage ».Mais on sait que son ouvrage sur le sujet,Le Nègre comme il y a peu de blancs, est de 1789. <http://cths.fr/ an/prosopo.php?id=106342>. 3  Cf.Frantz Funck-Brentano,Légendes et archives de la Bastille. Avec une e préface de Victorien Sardou, 7édition, Paris, Hachette, 1904, p. 266. 4 Discours dun philosophe à la nation française, la veille de louverture des États-généraux ; ou le ralliement des trois ordres, s. l., s. n., 1789, p. 8.  ix