//img.uscri.be/pth/000880ff41183327fd3e73ced8f8631abd9f5a87
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le Pays de demain

De
240 pages
Ce livre suit la double trace d'un écrivain de notre époque, entrecroisée avec celle de deux de ses ancêtres dans la Franche-Comté dévastée par la guerre de Sept Ans, des séquelles de deux siècles de tumultes qui auront conduit un jeune couple à délaisser la ferme familiale pour participer à l'aventure de l'industrie charbonnière naissante à la fin du XVIIIe siècle. Une histoire picaresque, un road movie depuis les mines de houille et d'argent des Vosges comtoises jusqu'à celles des Appalaches en passant par l'immense bassin minier des Cévennes alésiennes. Le bisaïeul du narrateur poussera même jusqu'au versant ouest des montagnes Rocheuses à la poursuite de ses chimères américaines avant de revenir terminer son existence sur la terre de ses pères.

Voir plus Voir moins
Michel BERNARDOT
Le Pays de deRmomanain
LePays de demain
Michel BERNARDOTLEPAYS DE DEMAINRoman L’Harmattan
Du même auteur, chez L’Harmattan Sentiers botaniques. Chroniques, 2011 Carnets d’Alpille. Chroniques, 2012 Travelling arrière. Un photoroman algérien, 2012 Le voleur de pénombre, roman, 2013 Une histoire d’aulx, roman, 2013 Gigéri, roman, 2014 Pas d’organdi pour miss Blandice, roman, 2015 © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10175-0 EAN : 9782343101750
Pour ce cher vieux Bob disparu si prématurément. Pour Blaise B., dit Boillot (1597 / 1657)
Avertissement Ce livre est une œuvre d’imagination : si Gensanne, Tubeuf et le duc de Castries sont des personnages historiques, tous les protagonistes de cette saga américano-franc-comtoise sont inventés.
 « Curieux comme la vie pour moi aura toujours été une attente […] et à force de tout attendre, la mort des autres vient, et la mienne, et j’ai le sentiment que je n’aurai jamais rien fait. Une fois transmis les fantasmes, oui, mais si bien transmis qu’ils ne sont plus à moi, et d’ailleurs ils ont toujours été à tout le monde, je n’ai fait que traduire. »  Dominique Aury ;Une histoire d’O