//img.uscri.be/pth/376d80a09c13aa923b6f06cd370fe63e35ebea84
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le petit mousse d'Aboukir

De
112 pages
La bataille d'Aboukir a opposé les flottes britannique et française près d'Alexandrie, entre le 1er et le 2 août 1798. Juin 1798, L'amiral Nelson sillonne la Méditerranée à la recherche de la flotte de Bonaparte partie à la conquête de l'Egypte, le 1er août il engage le combat. Luce de Casabianca, capitaine du navire français L'Orient, subit l'attaque anglaise. Son fils Giocante, moussaillon de 12 ans, choisit d'accompagner son père dans la mort.
Voir plus Voir moins

Juin 1798, L’amiral Nelson sillonnait la Méditerranée Petru ANTONI
à la recherche de la flotte de Bonaparte partie à
la conquête de l’Égypte. Le général débarqua son
armée le 29 juin au soir près d’Alexandrie. Le 4 juillet,
plutôt que de les mettre à la voile en haute mer, le
vice-amiral Brueys estima qu’il su rait d’abouquer
les navires en fi le, à l’ancre le long des côtes de la
baie d’Aboukir. Le petit mousse
erLe 1 août vers 14 heures, Nelson apparut en vue
de la fl otte française dont la moitié des équipages
vaquait à terre, en quête d’eau et de vivres. À 17 d’Aboukir
heures, L’amiral Nelson, en ordre de bataille, engagea
le combat. Dans l’impossibilité de manœuvrer, des
Giocante de Casabianca navires français furent aussitôt démâtés ou coulés.
Enfant de 12 ans, fils de Luc de Casabianca, face à l’amiral Nelson
commandant du navire-amiral L’Orient, Giocante,
fidèle à son poste de mousse-vigie, observait la
bataille. Vers 22 heures, le navire L’Orient s’enfl amma
sous les boulets rouges de Nelson. Giocante, qui
depuis sa plus tendre enfance rêvait de devenir
capitaine de frégate, refusa sa propre évacuation
alors que le commandant, un bras arraché, ordonnait
le sauve-qui-peut. L’enfant supplia son père d’être le
dernier à quitter le navire en fl ammes, avec lui grand
capitaine.
Petru Antoni est né le 23 septembre 1930 à Salice
en Corse du Sud. Le petit mousse d’Aboukir est
son quatrième livre.
Couverture : Gérald Antoni.
ISBN : 978-2-343-06533-5
13 €
Rue des Écoles / Littérature
Le petit mousse d’Aboukir Petru ANTONI
Rue des Écoles / LittératureRue des Écoles

Le secteur « » est dédié à l’édition de travaux
personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique,
politique, etc. Il accueille également des œuvres de fiction
(romans) et des textes autobiographiques.


Déjà parus

Thurmel (Thierry), La distance du corbeau, roman, 2015.
Isabelle Guyon, Le Grain du Temps, récit, 2015.
De Beaucoudrey (Olivier), Hippo Valley, récit, 2015.
Bestard (Gérard), Les tribulations d’un petit prof d’allemand, récit,
2015.
Sezionale Basilicato (Isabelle), L’égide du papillon, roman, 2015
Wasselin (Julie), Couleur sépia, récits, 2015.
Bekaert (Jacques), Le Vieux Marx, roman, 2015.
Favret (René), Les années d’études, récit, 2015.
Valland (André), Le désir d’un bonheur inconnu, essai, 2015.
Guillaume (Hélène), Une saga familiale, récit, 2015.
Rigolo (Isabelle), Quand on embrasse, on ne met pas les mains,
chroniques, 2015.
Moulènes (Bernard), Le métal du Diable, roman, 2015.





Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre
chronologique en commençant par le plus récent.
La liste complète des parutions, avec une courte présentation
du contenu des ouvrages, peut être consultée
sur le site www.harmattan.fr
^^





LE PETIT MOUSSE
D’ABOUKIR



















/?+DUPQ
UXHG O?eFROH3RO\WHFKQLTXH 3DULV
ZZZKDU DWW DQFRP
GLIIXVLR QKDUPDWWDQ# ZDQDGRRIU
DWWDQKDUP DQDGRRIU
%1
$1
?DWWZD,H#6P(Petru Antoni
Le petit mousse
d’Aboukir
Giocante de Casabianca
face à l’amiral Nelson Detti è Fatti édition bilingue, (corse-français), Paroles et Actions.
La marge édition 2000.
L’ùltimu Paciaghju, édition bilingue Le dernier diseur de Paix,
La marge édition 2002.
Par forza o par Amore, édition en langue corse, CCU-Albiana 2007.
Traduction française sous le titre :
De la pax romana à Pascal Paoli : L’Harmattan 2009
2XYUDJHVGXPrPHDXWHXU?? PRQPRQ?? PRQPRQpSRXVH ULHULHULHULH RsOOH 1RsOOH
j j P PHVHQI QWV pUDOG$QWRLQH *p UDOG$QWRLQHQWVQWV *p *p
(PPDQXH 3LH3LH3LH3LHUUHUUHUUHUUH)UDQoRLV
O0ODHQWjj0DWDDHVDDW1ODWH*0HWDO0HQIHV

(Q FH GLPQFKH LQDW H OD LQ X LV H UV
$QJHOR (VWFH XQH PDLQ LY LQH TXL DoRQQp FHV LHX[ "
(Q FH GLPDQFKH DWLQ OH ROHLO DMRXWH HXU EHDXWp D
/H ORFKHU H 6DQ? DUWLQR YLEUH HW DQFH VRQ DSSHO
SRXU O?RIILFH GH RQ]H KHXUHV &KHPLQ QWDLV OD LOOH DP H
&DVDELDQFD VDOXpH GHFL GHOj QWUH YHF XQ pJHU DUG
GDQV HOLV?pJ ?DUULYpH DX LOODJ X GpSXW H RQXO
XQ YqQHPHQW /H qUH MpVXLWH QH DQTXH DV H OXL
VGSV
XQ HXSOH j VH OLEpUHU H OD \UDQQLH Q HPSOR\DQW GHV
G QSS5
DLQVL OH RXUDJ X FDSLWLQH GH UpJ /XF 4XLOLFX
-RVHSK GH DVDELDQFD TXL DUWLFLSD D OLEpUDWLRQ G?XQ
SHXSOH HV PpULTXHV O pYRTXH QVXLW ?LPSRUWQFH GH
XQH ERQQH GXFDWLRQ IDPLOLDOH GDQV D IRL FKUpWLHQQH &H
SqUH pVXLWH GpWDFKp GX ROOqJH H %DVWLD DSSRUWH X[
XOLHUUpJQHPHQW LJHQV
OOH?KOFjPVDPHOGIVSIUD&DHGFSGWDPUUIHGHVG?0QHDIJVHG?D?GLDOH/GUHHDWVUQRQVHUYHWOFHOD?jD/p?DWWDFKHQWVDYOPPLWRXIOpVHFGGHHDHUWVIp,$GYG7LRFKrQHV?F>H@V$WGUO?pp?OMG3WPJPUPHS?RGW?HU?DXGUUVHDVPVVHFUHWXDQ/?FDpOXWSOHLDVWFDUHOW?HDQOGGDWQHWGGRPQQSKjROPPpORH
HQIDQWVGH9HVFRYDWRXQ
HQFRPSOpKpPDWLTXHV PHQWj DW HV HW ODQJXHV GHV O?pWXGH
SURIXVLRQG?RUGHVHVUD\RQV
6DQW? X VRPPHWV OHV VXU ULPSH HW V?pWHQG EODQFKHXU
HV TXH DQGLV EODQFKH RQRWRQLH OD RPSUH GH WHQWHQW
pQXGpV I?WV XUV H KkWDLQHUDLV HV 9HVFRYDWR
GH XHV HV HW WRLWV OHV JpQpUHXVHPHQW SRXGUH HLJH OD
??????????

?????? ?Le petit mousse d’Aboukir
Giocante de Casabianca.face à l’Amiral Nelson
IUpJDWH /XF GH DVDELDQFD HW H 0DULD VRQ pSRXVH /H
DW G HUX
FODLUV XQH GRXFHXU HW QH RUFH GpWHUPLQpH QYLWHQW j OD
FRQILDQFH HW ?DPLW p HV QFLHQV X YLOODJ XL HQWLV
TX?LO pWDLW HQIDQW? 2K O
ELHQHWM?HQVXLVILHU?
R LO D FUpp ORW H QDYLUHV GH QHOLJ &H LQDW U OH
SDUYLV H O?pJOLVH LO H[WH GHYDQW FH SD\VDJH KLYHUQDO /D
HV HUWV WRXIIXHV QW SOLH
YRLOHVEODQFKHVJRQIOpHVSDUOHYHQW
?*LRFDQWH *LRFDQW DXGUDWLO TXH H DSSHOOH
WRXMRXUVSOXVLHXUVIRLV
?0qUH -?DUULY DUGRQQH]PRL G?rWUH Q UHWDUG DLV
M?DLPH DQW OHV QDYLUHV TXH RUV H OHV LQHLPDJ U OH RQGHV
GH D PHU SURIRQGH RPPH RQ SqUH MH HUDL IILFLHU GH
0DULQH H GRLV H SUpSDUHU WUH ERQ PDULQ qUH WUH
PDULQ/HY RLFLPRQUrY PRQUrY SRXUWRXMRXUV
DLQVLSRXUOHVpOqYHVGXSqUH-pVXLWH
/?HQIDQW PHLOOHXUV FDPDUDGHV HSKRV RLQHQW
0DUF W $OH[DQGUH H UH
SUHVE\WqUHSRXUVXLY UHO?HQV
10
,GOODYG?\PSDWKLHWPF-UODUDQVSLUHH$PHX?OVVY?HPEOpHVOHWLW%LHQ?DLYFD0QWOjHPSHWLWMGpMHXQHUH*LRFDQWHIHQLERQPDULQPHJYOPV'DQVVVrGqHIGUHQVVGIHVHVQOHR5HGHX[rrGO/\EWDMVWUULXH/3RVQLLPG&YOGHXpHG)MTXLLERQWpD?H[VHDJDIHGYWGHWGUOjLVDHQXPDHWVOXVD&
HLJQHPHQWGXSqUH-pVXLWH
X TXRWLGLHQQHPHQW QGHQW
WUH HQ RLW ,O UHWDUG Q MDPDLV Q?HVW PDULQ ERQ Q ?8
HV RLOHV HV VRQW FH HLJH GH KDUJH OHXU SDU DUURQGLHV
FKrQ GHV UDQFKHV HV HVFDGUH
LPPHQVH G?XQH kWV GH IRUrW D GUHVVH FKkWDLJQHUDLH
j RJQRORVVL %HO H VVHDXXL GX ERUG DX HQWVRXY D HQ V?
FURLV RXV -H ORUV pSRQG ,O qUH? VD H DXVVL WLHQW
ORUV SqUH WRQ UDSSHOOHV H ?WX
GH FDSLWDLQH X ILOV H VW DQV GRX]H ELHQW{W *LRFDQWH