Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Le Portrait de Dorian Gray

De
0 page

Le Portrait de Dorian Gray, c’est une sorte de Dracula, mais sans hémoglobine. Un « roman d’horreur » que le chef d’œuvre de Bram Stoker rejouera à sa manière, quelques sept ans plus tard, en 1897, comme finale d’une époque, celle de la reine Victoria. Si les auteurs se connaissent bien, tous deux irlandais, il faut souligner que la femme dont il est amoureux, Florence Malcombe, lui préférera Stoker... Voilà le genre d’hapax existentiel qui vous donne à écrire un roman.

Ainsi, pourrait-on comprendre que Wilde, blessé par cette déception amoureuse, se soit alors tourné vers une sorte de dandysme hédoniste, tout en solipsisme, dont Le Portrait de Dorian Gray se fait l’écho. Et ce n’est pas à Lord Henri que Wilde ressemble - il lui sert à exposer ses réflexions sur l’esthétisme - mais plutôt à Dorian lui-même, obsédé par sa propre personne, dévoré par sa beauté physique. A tel point que le réel s’en trouve bouleversé, que les lois de notre monde se transforment peu à peu, à l’insu de tous. Dorian est une beauté éternelle (comme Dracula) qui prend des vies pour survivre.

Et Wilde de se servir de ce monstre pour donner au lecteur de brillantes saillies d’observation sur l’être et l’apparence. L’impossibilité absolue pour Gray de se dissocier de Dorian, l’être en chair de l’être de peinture, réactive le débat antique où Platon et les Sophistes se livreront des guerres sans merci. Pour Wilde, comme pour Gorgias de Léontium, l’être n’est que l’apparence et réciproquement. La volonté de cacher ce que l’on est se trouve vaine et absurde, puisqu’elle finira toujours par éclater au grand jour.

Cette critique de l’idéalisme, assez conventionnelle, s’accompagne d’une distance prise avec l’hédonisme, si fashion aujourd’hui en France : la recherche du plaisir n’est pas une mince affaire et les abîmes qui le bornent, une véritable ruine. Reste à l’individu, pour se construire, à faire de sa vie une œuvre d’art, sans démesure et prétention.

Cette traduction est celle de la version traditionnelle, quelque peu censurée, du Lippincott’s Monthly Magazine en 1890 : Craig Lippincott, l’édtieur de Wilde, avait en effet supprimé toute allusion à la « décadence » des personnages... Kinoscript & Stvpress prépare une traduction inédite à partir de l’édition anglaise non-censurée, parue aux Presses Universitaires de Harvard en 2011.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le Portrait de Dorian Gray
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin