Le regard aquarel III

De
Publié par

Publié le : mercredi 1 janvier 1992
Lecture(s) : 80
Tags :
EAN13 : 9782296269415
Nombre de pages : 80
Prix de location à la page : 0,0051€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

LE REGARD AQUAREL

3

ECRITURES ARABES Collection dirigée par Marc Gontard Derniers titres parus dans la collection
N° 40 Rezzoug Leila, Apprivoiser l'insolence. N° 41 Haddadi Mohamed, La malédiction. N° 42 Berezak Fatiha, Le regard Aquarel II. N° 43 Benkerroum-Covlet Antoinette, Gardien du seuil. N° 44 Moulessehoul Mohamed, De l'autre côté de la ville. N° 45 Ghachem Moncef, Cap Africa. N° 46 Al Hamdani Salah, Au-dessus de la table, un ciel. N° 47 Bensoussan Albert, Mirage à trois. N° 48 Koroghli Ammar, Les menottes au quotidien. N° 49 Zennou Gilles, Les Nuits. N° 50 Fares Tewfik, Empreintes de silences. N° 51 Tamza Arriz, Ombres. N° 52 Bouissef-Rekab Driss, A l'ombre de Lalla Cha(ia. N° 53 Kessas Ferrudja, Beur's story. N° 54 Bourkhis Ridha, Un retour au pays du bon Dieu. N° 55 Nouzha Fassi,Le ressac. N° 56 HelIal Abderrezac, Place de la régence. N° 57 Karou Mohd,Les enfants de l'ogresse. N° 58 Nabulsi Layla, Terrain vague. N° 59 Saouni Brahim, Le drapeau. N° 60 Sefouane Fatiha,L'enfant de la haine. N° 61 El Moubaradi,Zakaria, premier voyage. N° 62 Bensoussan Albert, Visage de ton absence. N° 63 Guedj Max, L'homme au basilic N° 64 Bensoussan Albert, La marranne. N° 65 Falaki Reda, La ballade du berbère. Un exilé et l'Algérie d'autrefois. N° 66 Bahgat Ahmad, Mémoires de Ramadan, Egypte. N° 67 Sami al Sharif,Les rêves fous d'un lanceur de pierres. N° 68 Koroghli Ammar, Sous l'exil, l'espoir. N° 69 Koroghli Ammar, Mémoires d'immigré.

Fatiha BEREZAK

LE REGARD AQUAREL

3

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole Polytechnique 75005PARIS

N° N° N° N° N°

70 Saaf Abdallah, Chroniques des jours de reflux. 71 Aba Noureddine, Et l'Algérie des rois, Sire? 72 Hassina, Ame des fleurs, ma soeur. 73 Charaf Dounia, Le retour au Soudan 74 Fawzia Assaad, La Grande Maison de Louxor

@ CHarmattan, 1992 ISBN: 2-7384-1434-6

INTRODUCTION

Si la poésie consiste à rendre aux mots la plénitude de leur sens, j'entends leur signification vitale, Fatiha Berezak se situe parmi les plus grands poètes contemporains. Que ce soit pour l'indignation, "N ous sommes les enfants que la violence a mordus au coeur de l'élan", la tendresse, la misère ou la beauté, cette poétesse de sable et de feu sculpte les phrases brûlures à la quête de valeurs premières où l'homme tente de se retrouver. "Il habite le temps perdu qui ronge la semence." Fatiha Berezak redonne à la langue française, abâtardie depuis longtemps par la "médiacrité" ses lettres de noblesse et de puissance. "Les douleurs s'amoncellent sur le pari des rois."

Par de fulgurants éclairs de vérité, "Notre père qui êtes aux cieux, ne leur pardonnez pas: parce qu'ils savent ce qu'ils font." Elle restitue à l'homme, avili par "l'odieux-visuel" pillé et outragé, par la "vétocratie" la première raison de l'existence: l'espoir. Qui de l'homme ou du langage redevable à Fatiha Berezak ? est le plus

"Je me lève, égarée, entre le pain et l'étoile." Peu importe. Chez elle, l'homme et le langage entrent en symbiose au coeur de la création.

Felix GARONNAIRE

A Samira Farid A Nour -Eddine A ma famille.

.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.