Le secret d'Agnès

De
Publié par

Cela peut sembler la rencontre d'une jeune femme et d'un homme plus âgé, plus rangé : Agnès et Fabrice. Mais Agnès n'est pas seulement prête à découvrir la vie, et l'amour surtout. Tournée vers l'avenir, elle n'en est pas moins rongée d'un secret, une sourde hantise, qui pourrait faire songer aux affres de la dépression. Le passé semble rattraper et happer le présent. L'ombre de la mort saisira-t-elle la vivante ?
Publié le : lundi 1 novembre 2010
Lecture(s) : 52
EAN13 : 9782296706071
Nombre de pages : 195
Prix de location à la page : 0,0107€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Le secret d’Agnès
Voix d'Europe Déjà parusEdith HABERSAAT,La Toile d’arachné. Edith HABERSAAT,Gérontocide. Edith HABERSAAT,L’envers de la vague. Edith HABERSAAT,La main de l’ange. Edith HABERSAAT,L’ombre fauve. Edith HABERSAAT,La femme dévisagée. Edith HABERSAAT,Les chevaux du crépuscule. Jean-Luc ISTACE-YACINE,Amghrar, la vérité voilée.Pierre JEROSME,Le paria. Armel JOB,La Reine des Espagnes.Joseph KURTZ,Chronique d'une jeune fille sage, 1944-1945.Jean-Pierre LUCIONI,Nouvelles d'autrefois. Jean-François MENARD,De l'autre bord de l'eauDorita NOUHAUD,Du cruel au chaste.Marie O'NORD,Sans maudire ? Pilar PEDRAZA,Le jardin du faune et autres nouvelles.Yoland SIMON,Hier chantaient les lendemains.Francis SIMONINI,Il était une fois Strappona.Edith HABERSAAT,La femme dévisagée. Edith HABERSAAT,Les chevaux du crépuscule. Francis SIMONINI,Tu reviendras dans la vallée.Francis SIMONINI,Oublier Dresde et mourir.Jean-Luc YACINE,Derrière les murs, l’oubli. Edith HABERSAAT,Boulevard des Invalides. Edith HABERSAAT,Les cendres d’un été. Jacqueline BALDRAN & Claude BOCHURBERG,A l'écoute infinie de la nuit. HENKP BREUKER,M. Dril ou les nuits d'Amsterdam. Marie-Chantal FAU,L'île d'Héphaïstos. Edith HABERSAAT,Au pays des enfants nus. Edith HABERSAAT,Les oiseaux de la nuit.
Francis Simonini Le secret d’AgnèsL’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2010 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-12724-1 EAN : 9782296127241
Chapitre I
Elle avait posé cette question comme si elle n'attendait pas de réponse, sur un ton désintéressé, ne montrant à Fabrice que sa nuque recouverte d'une épaisse chevelure brune coupée court qui descendait à mi-cou : «Crois-tu que la liberté existe ? ». Puis brutalement, elle détourna la tête pour faire face à l'homme allongé à ses côtés et plongea son regard pétillant dans celui de son partenaire. Fabrice contempla longuement la mer avant de répondre. Au loin, elle était bleue et au fur et à mesure qu'on se rapprochait du rivage, elle changeait de couleur pour devenir grise près du bord, souillée par un fond remué de la présence de nombreux enfants et d'adultes jouant avec elle comme avec une vieille amie. Il détourna la tête et observa les traits fins de son visage, elle ne souriait que rarement ce qui lui donnait toujours un air grave où se mêlaient parfois des signes d'ennuis et de tristesse, le tout laissant supposer qu’elle était prisonnière d’un secret. Mais comment le percer si ce n’était que de laisser au temps le soin de le faire remonter à la surface mais pour l’heure il ne restait qu’à respecter son silence.
- Et toi reprit-il cherchant à comprendre es tu libre avec les deux professions que tu pratiques n’y a t’il pas de contraintes ? Puis sans attendre de réponse il poursuivit - Ne dois-tu pas présenter un visage gracieux le matin lorsque tu fais la classe face aux petites têtes qui ne comprendraient pas ce manque perpétuel de sourire allant jusqu'à penser que leur "prof" de français est un être dépourvu de sensibilité. Et le soir, oui le soir quand tu
9
apparais sur les écrans de télévision pour annoncer les programmes régionaux, ne crois-tu pas que si le sourire n'est pas présent là aussi tu manques à ton devoir, tu prives des tas de gens d'un rayon de soleil, du seul rayon qu'ils n'auront pas eu durant une journée de pluie. La pluie qui est malheureusement le lot quotidien de cette région qui est devenue la tienne. Elle lui répondit d'un ton agacé : - Ma région, c'est ici la Provence. Un ballon lancé par des enfants jouant à proximité était venu s'interposer entre leurs corps ramenant Fabrice à la réalité. Il avait quitté la jeune fille du regard pour renvoyer le ballon à ses propriétaires qui au loin, lui faisaient de grands gestes les bras tendus au-dessus de leur tête pour attirer son attention. Pendant ce temps, sa compagne s'était agenouillée sur sa rabane et tout en faisant tomber de son corps le sable qui était resté collé, murmura : - Le soleil frappe trop fort, je vais aller me mouiller. Viens-tu avec moi ? Le contact avec l'eau les surprit, le contraste de température les obligea à se mouiller la nuque avant de se glisser dans le liquide avec un rire crispé. Quelques brasses les mirent en harmonie et maintenant ils riaient détendus se laissant porter au gré de la Méditerranée, goûtant le bien-être de l'eau salée sur leur peau. Evitant une planche à voile dont le pilote avait perdu le contrôle, ils nageaient en silence côte à côte et s'éloignaient vers le large. Lorsqu'ils furent lassés de la baignade, ils regagnèrent la plage en riant, se laissant remorquer par un pédalo de passage. Ils avaient retrouvé leurs rabanes et le sable chaud. Elle avait repris sa position favorite et allongée sur le ventre, la joue gauche reposant sur ses avant-bras repliés, elle regardait Fabrice en souriant. Lui, étendu sur le dos, prenant appui sur ses coudes, observait le spectacle naïf que la plage lui offrait. Là, une grosse femme hurlait après
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.