Le trou du margouillat

De
Publié par

Sur les hauteurs de Hadjer Marfa-Ine, la guerre ne fait que commencer! Ce que les médias appellent pudiquement la crise du Darfour, est en fait une campagne esclavagiste orchestrée depuis plus de mille ans! Aujourd'hui ce sont les Zoulous et les Gourmantché qui nous servent de boucliers humains et qui en font les frais. Mais demain, le jour où ces derniers péricliteront, ce sera notre tour !
Publié le : samedi 1 octobre 2011
Lecture(s) : 152
EAN13 : 9782296471528
Nombre de pages : 258
Prix de location à la page : 0,0135€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Le trou du margouillat
Isaac TEDAMBE
Le trou du margouiLLat
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56353-7 EAN : 9782296563537
A mes parents Godjé Lamtaye Panatao et Mandaré Wadou Et à toutes les victimes du 11 septembre 2001
Certes le Margouillat croit en Dieu Mais il ne s’éloigne jamais de son trou. Aussi… Il faut pardonner, Il faut toujours pardonner Pour ne jamais oublier. Je ne suis qu’un margouillat errant : Perdu dans le sable mouvant, De son orgueil débordant. Je suis un homme dans le tourment, Aux prises avec les vents Qui l’emportent au gré du temps. A bientôt soixante ans, Je suis sans projet probant, Sans quelconque parapluie, Sans revenu minimum garanti, Sans maison pour me mettre à l’abri, D’où je ne puisse être déguerpi. Jamais je n’ai vécu une vie paisible, Pas plus que je n’ai connu un amour véritable, Et pourtant, je suis resté affable, Toujours plein de ressources et toujours aimable. Aussi, voici un conseil d’ami : Que vous soyez grands ou petits, Vous pouvez être un bourreau à table, Mais la nuit soyez toujours capable. Parce qu’ici, dans tous les cas, Si vous ne faites pas l’amour, C’est l’amour Qui vous fera. L’auteur.
8
Chapitre I : Il était une fois au pays des dragonsC’est un livre qui aurait pu s’écrire en deux pages. Rien que deux et pas une ligne de plus. Et tout Homme qui prétend avoir quelque chose dans la culotte devrait pouvoir le savourer longuement ! Heureux, en effet, ceux qui ont la chance de finir leur existence comme rois des Moon, même si ce règne est souvent de courte durée. Ceux-là, connaissent une vie sans amertume et sans regret. Sans amertume ? Peut-être. Sans regret ? Pas si sûr. Car, c’est ici, sur cette terre jaune-ocre, sur ces collines tant redoutées parfois appelées ‘Terra Incognita’, que le destin du pays de Toumaï a failli un jour basculer dans le vide. Nous sommes en pays Moon, et le roi des Moon, du moins selon la légende, se transforme la nuit en un animal aquatique capable, à partir d’un passage souterrain entre son Palais et un lac voisin, de disparaître incognito pour se refaire une virginité dans la fosse de Dessing. Il s’agit, fallait-il encore le deviner, du sanctuaire des Teuré, là où toutes les espèces menacées de disparition se réfugient et se reproduisent, et notamment le fameux varan qu’on appelle aussi le Dragon. Le jour de son intronisation, le roi des Moon hérite de quatre-vingt-dix-neuf vierges prêtes à en découdre avec lui. Aussi, pour les besoins de la cause, cette créature mystique mi-homme mi-dieu reçoit-elle, au moins symboliquement, le plus gros, mais aussi le plus long phallus du monde. Avant les colons, le roi avait droit à tout, y compris le droit de s’accaparer les femmes et les filles qui avaient le malheur de lui plaire. Ses femmes devaient être des plus belles et sa table garnie des mets les plus succulents. C’était comme en Europe au Moyen Age. Toutes les têtes couronnées avaient alors le droit de cuissage sur les
9
épouses de leurs valets. Parce qu’il était roi et la Marquise de Montespan la plus belle femme connue d’Europe, Louis XIV s’était offert ses grâces, faisant de son mari le cocu le plus célèbre de son temps. Pour limiter les excès du roi, les Moon avaient fort heureusement inventé une forme de démocratie à eux, un septennat à eux, qui voulait qu’après sept ans révolus, de gré ou de force, qu’on mette fin à la ripaille. On dit que le roi est tombé malade. En fait, ses propres notables lui ont nuitamment tordu et brisé le cou pour laisser la place à une autre tête de turc. Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, les Moon admettaient que leur roi était immortel. On ne savait jamais à quel moment il avait rendu l’âme et où il avait été enterré, jusqu’à ce qu’un nouveau visage apparaisse au Palais. Et pour couronner le tout, à la mort de leur souverain, les Moon se faisaient le plaisir de traîner son corps par terre, jusqu’à sa tombe, pour signifier tout le bien qu’ils pensaient de lui. Gare à celui qui annonce prématurément la mort du roi. C’est celui-là qu’on accusera de meurtre avec toutes les conséquences que cela comporte. C’est en auscultant le ciel que ses sujets apprennent que le roi n’est plus. Quand un roi entre dans la phase de diagnostic réservé, toutes les hirondelles qui logent sous son toit s’envolent et ne reviennent qu’avec la nomination de son successeur. Les privilèges du monarque étaient énormes et la sévérité des critères de sélection, à la hauteur de l’enjeu. Il devait évidemment être un homme avec ce qu’il faut à la place qu’il faut, et ne devait souffrir d’aucune infirmité. De plus, chaque année, il devait subir une série de tests de validation de sa visibilité, de sa virilité et de ses capacités athlétiques. Au besoin, il était soumis à des courses de fond, à des courses de vitesse et à de très longues marches
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.