Les ambitions de Monsieur Wotoubié, un maire caméléon

De
Publié par

Assoiffé de pouvoir, le maire d'Aloko, Wotoubié, n'hésite pas à tremper dans les basses manoeuvres pour assouvir ses ambitions politiques. Son obsession le conduira à la création d'un parti politique pour briguer la magistrature suprême. Rattrapé par ses agissements sordides, le Maire Wotoubié est écroué à la maison d'arrêt d'Aloko...
Publié le : mercredi 1 février 2012
Lecture(s) : 40
EAN13 : 9782296480964
Nombre de pages : 146
Prix de location à la page : 0,0084€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
        Les Ambitions de Monsieur Wotoubié, un maire caméléon            
                                           © L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.f  ISBN : 978-2-296-56442-8 EAN : 9782296564428
Sylvain OPPERI        Les Ambitions de Monsieur Wotoubié, un maire caméléon   Récit      Préface de Flaubert Koukougnon AKA           
 
 
Je dédie cet ouvrage à OPPERI Gnahoué Lazare, mon père Sidibé Mahamadou Bencheriff, mon ami rappelés à Dieu.
Mes sincères remerciements à Monsieur AKA Flaubert Koukougnon Monsieur TIDJANE Gbané Madame AKOMIAN Monique Madame AKOUBE Léa Monsieur KOUAME Kouassi Monsieur YOBOUE Kouamé Roger Monsieur TOURE Amidou Mademoiselle KANGA Lydie pour leur soutien inestimable dans la réalisation de cette uvre.
PREFACE
Monsieur Wotoubié, quelle bête sauvage !, devrait-on sécrier à la lecture de ce livre. Un animal politique de premier ordre dévoré par le plus politique des animaux.Pourtant, il est appelé « wotou », le père, par ses administrés qui semblent conscients de sa sagesse oh combien malicieuse puisquils nhésitent pas à lui attribuer le superlatif « bié ». La cosmogonie « Alokotoise » attribue à « wotou » des qualités affectives et prévenantes lorsquil est qualifié de « bié ». De là à penser que notre wotoubié agit avec la complicité de ses ouailles, il ny a quun pas. Quelle histoire ! Quand la misère des masses laborieuses nourrit les actes pervers des riches, les politiciens véreux sen donnent à cur joie : achat des consciences, des libertés, prostitution, trahison, etc. Ils paient tout ou presque cash. Les ministres de Dieu ne sont pas épargnés. La liste des péchés est ajustée au goût de ces personnages ignobles qui quelquefois rares, séveillent à lhumanité. Dieu est-il en danger ? Le modèle divin semble sortir à présent du moule de limposture. Le politicien mû par livresse de lintérêt personnel affine diaboliquement ses méthodes sous lil approbateur des ministres de Dieu. « Le mélange du vrai et du faux est plus faux que le faux » a dit Paul Valery. Faut-il alors saccorder sur lhypocrisie de la vie ? Définitivement ? Non, la politique peut se faire autrement. Lhomme dont la probité morale est reconnue de tous, qui met son intellect au service de la politique dans le but délever le débat démocratique et de contribuer à sortir la société de lobscurantisme devrait bien exister quelque part dans Aloko. La démarche dun tel homme annihile la barbarie et la pensée
7
unique. Il ne se bat jamais ni pour des postes ni pour des honneurs. Il ne vient pas à la politique pour devenir quelquun. Quelquun, il lest déjà. Guidé par la recherche du bien-être de la population grâce à un constant plaidoyer en faveur de la liberté de parole, de pensée et daction, le panthéon souvre à lui et grave ses mémoires de sa devise : « servir ». Imaginons, dans un épisode dune série de politique fiction cet honnête citoyen adversaire de Wotoubié. La guerre des contraires en perspectives : le mensonge contre la vérité, le rêve contre lobjectivité, la démagogie contre le réalisme, la peur contre lespérance La corruption morale contre lhonnêteté.Wotoubié a écrit et mis en scène sa propre tragédie en naccordant aucune limite à son ambition. Lauteur témoin oculaire de cette tragédie décrit de sa plume hyperactive et curieuse qui, tantôt épit les corps déformés par les ondes dun plaisir insoutenable, tantôt se transforme en aiguillon achevant les contours dune apparence sculpturale, tantôt peignant le paysage aux milles contrastes.Cette plume inconsolable de créativité réhabilite la force de limagination au service de la réalité quotidienne et la lecture devient un plaisir.
Docteur AKA Flaubert Koukougnon
8
CHAPITRE 1
Comme une sentinelle, Monsieur le Maire allait et venait dans chaque coin de sa résidence. Il passait en revue les différents objets de ce décor, admirant, touchant, palpant ça et là, donnant limpression de visiter ces lieux pour la première fois. Il sarrêta dans un coin pour caresser les feuilles dune plante ornementale. Construire requiert de la patience, de la persévérance et il faut compter avec des épreuves éventuelles et tout ce qui peut rendre difficile la tâche de construction, se dit-il. On peut la comparer à la naissance dune vie. Que de douleurs endurées par la femme en travail avant les premiers vagissements du nouveau-né. Les ambitions égoïstes des hommes provoquent, malheureusement souvent, la destruction physique de milliers de vies même dans le combat didées. La vie humaine nest plus hélas sacrée aux yeux des hommes. Nous confondons vitesse et précipitation dans toues nos entreprises parce que nous avons perdu le sens de la patience. Nous sommes friands de plaisirs cependant nous refusons de souffrir. Il faut que tous mes administrés, sympathisants et détracteurs sachent que je suis le père de cette ville. Où étaient-ils quand elle nétait quun modeste village ? Cest bien grâce à ma détermination et à mon abnégation que tous ces immeubles ont poussé. Aujourdhui, tous les chefs de quartiers réclament la paternité de la création de cette ville et patati et patata. Je suis celui qui fait et fera leur bonheur en leur garantissant un avenir radieux. Maintenant, il faut que je sorte. Il faut que je rencontre quelquun ou quelque chose qui puisse me donner limpression dexister, despérer. Il pensa ainsi, parce quil sétait tissé entre Monsieur le Maire et les habitants dAloko (en majorité de Gnégnidou) des noces perpétuelles. Il était leur berger charmeur.
9
Pour lui témoigner leur soutien indéfectible, ses partisans lassociaient souvent aux différentes manifestations quils organisaient. Il devait soit les parrainer, soit les présider. La présélection régionale de lélection miss Aloko constituait sa première sortie de lannée. Il lavait préférée à la finale dun tournoi de football (pourtant sport roi dans la région) qui portait son nom. De toutes façons, les rois et reines, on en trouvait un peu partout dans le pays et il avait choisi de participer à la célébration de la reine de beauté, la finale provinciale baptisée MISS ALOKO 2002. De toutes les étapes des concours de beauté, la dernière était celle quil aimait le plus, parce quelle représentait selon lui, le dernier acte. Lacte dhystérie avec ses scènes alléchantes, sur les planches de vérité dramatique. Ce jour-là, vingt et une candidates étaient en compétition. Comme une poignée de pilules aphrodisiaques, elles faisaient virevolter le public dans la salle des fêtes qui ressemblait à une cathédrale de tous les charmes. Elles étaient devenues les célébrants dune messe de beauté où tous les spectateurs, les ouailles dun soir, se laissaient embarquer dans une transe sans nom. Telle une balle de ping pong échangée par des joueurs talentueux, des commentaires de tout genre fusaient de part et dautre de la salle. -« Djo », regarde ! Cest quel squelette vivant ça ? Elle na pas pitié delle même. Toi aussi tu veux devenir miss. Chez nous, au pays ya pas famine. Matin, midi, soir onpoto1. Faut pas gâter notre nom à létranger. Si tu ne veux paspoto, ne tombe pas sur le podiumdeh! fit remarquer un spectateur. - « Bras » (mon ami), dis à lapetit go2quelle nest pas obligée de se présenter, renchérit un autre. Affaire de miss là, ce nest pas forcé. 1Manger en Nouchi(langue populaire ivoirienne). 2 Petite fille en Nouchi.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.