Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les Cases de Saint-Louis

De
143 pages
Babacar Diop est un enfant de Saint-Louis du Sénégal. A l'âge de dix ans, il perd ses parents dans un accident. Il mènera une existence chaotique et désorientée entre un oncle assoiffé de sexe et une tante atteinte de troubles de la personnalité. Ce roman est son histoire et celle de sa petite soeur Fafa. Mais aussi celle des milliers d'hommes et de femmes qui vivent à Saint-Louis, aux confins de l'océan, du Sahara et de la brousse.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Les Cases de Saint-Louis
© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-12772-2 EAN : 9782296127722
ROMUALD OLB Les Cases de Saint-Louis Roman
Écrire l’Afrique Collection dirigée par Denis Pryen Dernières parutions Benn PEPITO,Territoire des mémoires!, 2010. Bernard N'KALOULOU,La Ronde des polygames, 2010. Réjean CÔTE,La réconciliation des mondes, A la source du Nil, 2010. Thomas TCHATCHOUA,Voyage au pays de l'horreur,2010. Eric-Christian MOTA,Une Afrique entre parenthèses. L'impasse Saint-Bernard(théâtre), 2010. Mamady KOULIBALY,Mystère Sankolo, 2010. Maxime YANTEKWA,Survivre avec des bourreaux, 2010. Aboubacar Eros SISSOKO,Moriba-Yassa. Une incroyable histoire d'amour, 2010. Naïma BOUDA et Eric ROZET,Impressions et paroles d'Afriques. Le regard des Africains sur leur diaspora, 2010. Félix GNAYORO GRAH,Une main divine sur mon épaule, 2010. Philippe HEMERY,Cinquante ans d'amour de l'Afrique (1955-2005), 2010. Narcisse Tiburce ATSAIN,Le triomphe des sans voix, 2010. Hygin Didace AMBOULOU,Nostalgite. Roman, 2010. Mame Pierre KAMARA,Le festival des humeurs, 2010. Alex ONDO ELLA,Hawa... ou l'Afrique au quotidien, 2010. Arthur SCAMARI,Chroniques d’un pays improbable, 2010. Gilbert GBESSAYA,Voyage dans la société de Bougeotte,2010. Gaston LOTITO,Ciels brûlants. Sahel – 1985, 2010. Marouf Moudachirou,Une si éprouvante marche. Récit, 2010. Appolinaire ONANA AMBASSA,Les exilés de Miang-Bitola, 2010. Juliana DIALLO,Entrée dans la tribu, 2010. Abdoul Goudoussi DIALLO,Un Africain en Corée du Nord, 2010.
A la mémoire de mon oncle Akli et à mes parents.
Il y a une semaine, j’avais bonne mine et une allure paisible. Il y a une semaine, j’avais le cœur bien chaud, des jambes musclées et je ne craignais rien ni personne. Il y a une semaine, je respirais l’air pur de mes dix ans et je filais tranquillement vers ma onzième année. Et puis, badaboum ! La routine de vivre s’est arrêtée, tout net. Mamadou, mon maître d’école, est venu m’annoncer que mes parents venaient de mourir dans un accident de voiture à la sortie de Saint-Louis. Il m’a pris dans ses bras et sans détour, il m’a dit que j’étais orphelin. Je n’avais jamais entendu ce mot-là auparavant. Je suis donc allé consulter le dictionnaire de la classe, histoire de ne pas mourir idiot.Enfant qui a perdu son père et sa mère. Je n’ai pas bronché. J’ai relevé la tête, j’ai vu le beau soleil rouge de mon pays se coucher à l’horizon et j’ai senti le froid calamiteux de Saint-Louis se lever. Et puis, je suis allé faire un petit tour aux toilettes de mon école pour chialer toutes les larmes de mon corps. Quand je suis revenu en classe, mon copain Bouly a essayé de relativiser le drame en m’indiquant qu’il avait lui aussi perdu ses vieux le mois dernier dans les mêmes circonstances. On a chialé ensemble et on a maudit les routes du Sénégal. C’était quand même un grand malheur qui s’abattait sur ma minuscule fratrie. Il me restait ma sœur Fafa qui allait sur ses six ans. Elle n’a pas cherché à comprendre le sens du mot orphelin. Ne sachant ni lire ni écrire, elle a juste pleuré un bon coup dans les bras de notre tante maternelle Léna qui nous avait recueillis dans sa case. Après, elle m’a regardé longtemps et je n’ai pas su quoi lui dire.
9
Le lendemain, mon maître d’école m’a clairement dit qu’il fallait dorénavant faire avec parce que je n’avais pas le choix. Mamadou, c’est la première fois que je l’écoutais avec des larmes dans les yeux. Au début, je me pinçais les bras et les genoux au moins dix fois par jour en pensant très fort à mes parents. J’étais persuadé que j’étais dans un cauchemar de plus et que j’allais me réveiller dans les bras de ma mère. Mais à la fin de la journée, j’avais juste la peau criblée de bleus en plus de tout le reste, de la soif, de la faim, du soleil qui brûlait la peau toute la journée et des tonnes de souvenirs et d’odeurs en vrac qui ne voulaient pas déguerpir de mon petit cerveau. Un cauchemar à cause de mes problèmes de diarrhée sans fin… D’après le marabout du village, je déféquais trop à cause de l’ennui scolaire. Mais c’était rien qu’un escroc ce marabout parce que l’école de Mamadou, je l’adorais. J’adorais aussi l’équipe de football du Sénégal. Maintenant, je vais me contenter du petit coin et de ma petite sœur. Je n’ai plus le cœur à taper dans un ballon de football. Ma sœur Fafa n’arrêtait pas de chialer du matin jusqu’au soir. Elle errait dans les rues du quartier à la recherche de son cordon ombilical. Très jeune, elle est entrée dans les soucis de la vie sénégalaise, de plein fouet et l’âme percée de partout. Ma petite Fafa. Il faut que je plante un peu le décor autour des toilettes. Mes parents sont nés au milieu du siècle dernier aux confins de l’océan, du Sahara et de la brousse. A Saint-Louis. Une île située sur le delta du fleuve Sénégal et très loin de la capitale. Je suis allé une fois à Dakar avec mes parents. C’était l’an dernier. Je peux dire sans me tromper que Saint-Louis est tout le contraire de la capitale. Dakar est une ville surpeuplée, pleine d’orphelins, de pauvres et de voleurs à la sauvette. Les escrocs se comptent pas milliers et les prostituées aussi. Un vrai cauchemar sans la
10