Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les Contes d'Élise

De
106 pages
Pour ce sixième livre, l'auteur donne de nouveau libre cours à son sens de l'imagination à travers ces courtes histoires, que ce soit pour évoquer l'albinos de « L'Oiseau blanc », l'autiste du « Criquet », ou les petites pensionnaires dont on fait la connaissance dans « Les Yeux de la nuit ». L'amour et la mort s'entremêlent, ne font même parfois qu'un, dans ce bel ensemble de récits brefs marqués par la diversité des thèmes et l'unité de ton.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

NadIné Berkowitz
Les Contes d’Élise
Préface de BernardMarie Garreau
Les Contes d’Élise
Nadine BERKOWITZ
Les Contes d’Élise
Préface de Bernard-Marie Garreau
Du même auteur Desfrontières et des rêves, Amalthée, 2009 Les tribulations d’une Parisienne, L’Harmattan, 2012 Retour à Louveciennes, L’Harmattan, 2014 Chronique du chatjaune, L’Harmattan, 2014 Les vingts vies de Mathilde, L’Harmattan, 2015 © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11098-1 EAN : 9782343110981
Il y a toujours un fond de vérité dans la fiction…Nadine Berkowitz
PRÉFACE Pour son sixième livre,Les Contes d’Élise(et son second recueil de « short stories », aprèsLes Vingt Vies de Mathilde), Nadine Berkowitz manifeste de nouveau son sens de l’observation. Un œil acéré qui se penche en particulier sur le monde clos de l’enfance, qu’il s’agisse de celle d’un albinos (L’Oiseau blanc), d’un autiste (Le Criquet), d’un laissé-pour-compte (Mademoiselle Mafoy), ou encore des petites pensionnaires des années cinquante, avec Les Yeux de la nuit, qui inaugure la série comme elle la clôt, c’est-à-dire avec nostalgie.Mimi» qui« tranche de vie , la dernière nous est offerte, nous ouvre en effet une fenêtre sur un vieux quartier d’Asnières où, en ces temps heureux des Trente Glorieuses, les petites ouvrières avaient le rêve facile et se contentaient de distractions modestes. Cette évocation, rythmée par une chanson de Fréhel et de Vincent Scotto, contraste avec ce qu’est devenu aujourd’hui ce paysage urbain où la vie a mis une sourdine à la voix du peuple et à la gouaille des marchés… Mais l’enfance et les méfaits de la vie moderne ne sont pas les seuls sujets traités par Nadine – je veux direÉlise-, qui place ce recueil sous le signe de la diversité. Diversité de thèmes, puisque la mort y est omniprésente et que l’amour, souvent déçu, montre aussi le bout de son cœur.KermesseetVengeancesont de cette veine, avec en plus une variation dans le ton. Nous avons
9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin