//img.uscri.be/pth/46d3534a51bd63a4cb12fe5cb8c3d0135653ab6d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Les dauphins d'argent - tome 2

De
59 pages

Alerte ! Un cargo échoué a provoqué une mini marée noire. Mais la plage est fermée, et Léna ne sait pas comment prévenir les dauphins... Heureusement, elle peut compter sur son nouvel ami, Tino...



Voir plus Voir moins
:
:
À Lee, un ami magique
Prologue
lettrineAu large, un couple de dauphins nageait en silence. Le calme fut soudain interrompu par l’arrivée de deux petits qui se disputaient :
— Bulle, Rêve, qu’est-ce que c’est que ces cris ? siffla Spirit, le plus grand des deux adultes, un beau mâle avec une ligne jaune sur le flanc.
— C’est sa faute, cliqueta Bulle. Je lui ai dit un secret et elle veut le répéter à tout le monde.
— Est-ce vrai, Rêve ? demanda son père.
— C’était pour rire, répondit-elle. Je ne l’aurais jamais fait.
— J’espère bien. Partager un secret est une preuve de confiance qu’on ne doit jamais trahir.
Rêve baissa les yeux.
— Je sais, papa. Je ne l’aurais pas répété, je te le jure.
Spirit lui donna un petit coup de nageoire affectueux.
— C’est bien. Essayez de jouer gentiment maintenant, mes enfants. Faites un effort.
Alors que Bulle et Rêve s’éloignaient, Spirit se tourna vers sa femme.
— Ils pourraient s’amuser ensemble plutôt que de se chamailler sans cesse.
— Ils le comprendront en grandissant, répondit Étoile d’un air songeur.
— Oui, ils ont encore bien des choses à découvrir. Notre dauphin d’argent aussi.
— Nous avons beaucoup de chance de l’avoir trouvé.
Spirit hocha la tête.
— Il progresse vite. Mais ses pouvoirs s’accompagnent de grandes responsabilités. Et il lui reste tant à apprendre…
Chapitre 1
lettrineLe vent forcissait et la crête des vagues se couvrait d’écume. Léna dégagea ses cheveux de son visage et pesta de ne pas les avoir attachés.
— Dépêche-toi, Pieds Palmés, la pressa Bulle. Nous sommes presque arrivés.
Il sautait par-dessus les vagues avec une grâce stupéfiante. Léna le suivait, encore émerveillée de nager comme lui.
— Je n’arrive pas à croire que je suis dauphin d’argent depuis seulement quinze jours, siffla-t-elle.
— Moi non plus, répondit Bulle. Tu me rattrapes presque, depuis que tu utilises tes mains comme des nageoires au lieu de les bouger n’importe comment.
— Figure-toi que je faisais la brasse, une nage très appréciée des humains, expliqua-t-elle avec un sourire.
— Tu parles, si elle était aussi efficace que tu le dis, il y a longtemps que les dauphins l’auraient adoptée !
Comme tous les dauphins d’argent, Léna possédait des pouvoirs magiques. Ils lui permettaient de veiller sur la mer et sur toutes les créatures qui y vivent. Le petit dauphin qu’elle portait en pendentif autour du cou la prévenait chaque fois qu’on avait besoin d’elle. Dès qu’elle entrait dans l’eau, ses jambes se soudaient en une queue de poisson. Ainsi, elle pouvait se rendre rapidement à l’endroit où elle devait intervenir.
Les dauphins d’argent étaient rares. Pour le devenir, il fallait vivre en harmonie avec la nature et croire à la magie.
Léna sortait de l’école quand Spirit, le père de Bulle, l’avait appelée. Il était le chef d’un groupe de trente dauphins. Léna s’était empressée de les rejoindre mais, cette fois, il ne s’agissait pas d’une urgence. Spirit lui avait demandé de nettoyer des rochers couverts de détritus, une tâche déplaisante et pourtant fort utile. Sa mission accomplie, Léna jouait à présent avec Bulle.
— On y est, annonça-t-il après un dernier virage.
Léna poussa un cri de joie à la vue d’une minuscule crique nichée entre les rochers.
— Je ne connaissais pas cet endroit ! cliqueta-t-elle.
— C’est parce qu’on ne peut pas l’atteindre par la terre. Allez ! Le premier arrivé !
Bulle fendit l’eau comme une flèche d’argent. Léna s’élança à sa suite, bien décidée à le rattraper.
— Tricheur ! cria-t-elle quand il atteignit l’entrée de la crique, une fraction de seconde avant elle. Tu es parti avant moi.
Elle l’éclaboussa en riant. Il la submergea d’un coup de queue. Elle l’aspergea alors des deux mains et il riposta des nageoires.
— Pouce ! cria Léna, à moitié noyée sous ce déluge.
Bulle disparut sous la surface. Léna fit la planche et contempla le ciel gris. Après un week-end torride, la température avait brusquement chuté. Léna se raidit tout à coup en percevant des vibrations dans l’eau. Elle se retourna et scruta l’horizon. Un dauphin un peu plus grand que Bulle avec une ligne d’un jaune plus clair sur le flanc fonçait vers eux. Elle reconnut aussitôt la grande sœur de Bulle.
— Rêve ! s’exclama-t-elle. Regarde, Bulle, c’est ta s…
D’une poussée brutale dans le dos, il l’entraîna sous l’eau et engloutit la fin de sa phrase.
— Je t’ai eue ! gloussa-t-il quand elle remonta à la surface en toussant.
Et sans lui laisser le temps de reprendre son souffle, il se remit à l’arroser.
— Attends ! protesta Léna avec des gestes désespérés en direction de Rêve.
Mais Bulle, qui n’avait pas vu sa sœur, l’aspergea de plus belle.
— Bulle ! hurla alors Rêve en jaillissant entre eux deux. Arrête tout de suite ou je le dis à maman !
Bulle recula. Sa surprise passée, il éclaboussa sa sœur d’un coup de queue.
— Rabat-joie !
— Papa et maman te cherchent partout. Tu dois rejoindre le groupe. Il va y avoir une grosse tempête et nous devons gagner le large de toute urgence.
Léna essaya d’ignorer Bulle qui singeait sa sœur en prenant de grands airs. Quel dommage que Rêve ne supporte pas son petit frère ! Léna aurait tellement aimé l’avoir comme amie, elle aussi.
— Il va vraiment faire très mauvais ? demanda-t-elle.
— Le vent va souffler très fort, répondit Rêve. Tu n’as pas remarqué qu’il s’est déjà levé ?
Tout à coup, Léna s’aperçut que le temps se gâtait.
— Je ferais mieux de rentrer, frissonna-t-elle. D’ailleurs, c’est bientôt l’heure du dîner.
— Dommage que tu ne puisses pas venir avec nous, soupira Bulle.
— Moi aussi, j’aimerais bien vous accompagner. Fais attention à toi, ajouta-t-elle en frottant son nez contre le sien pour lui dire au revoir.
— Toi aussi, dauphin d’argent.
Léna quitta la crique avec eux, puis elle les regarda s’éloigner vers le large. Au bout d’un moment, ils se retournèrent. Bulle sauta en l’air et Rêve esquissa une petite révérence, puis les deux dauphins disparurent dans les flots. Le cœur serré, Léna continua à scruter la mer, avant de retrouver le sourire en pensant à sa famille qui l’attendait. Elle aurait bien aimé les suivre, mais elle manquerait terriblement à ses parents et à sa petite sœur Jessica si elle ne rentrait pas. Et ils lui manqueraient aussi !
Léna regagna donc l’anse aux Mouettes. Dès qu’elle eut pied, elle sentit ses jambes reprendre leur aspect normal. Le temps de retrouver l’endroit où elle avait laissé ses affaires, seuls ses cheveux encore un peu humides montraient qu’elle s’était baignée. Elle glissa les pieds dans ses sandales, fourra ses chaussettes dans son sac avant de le mettre sur son dos et prit le sentier qui conduisait chez elle.
Jessica lui sauta dessus dès qu’elle eut franchi la porte.
— J’ai cru que tu ne rentrerais jamais ! T’avais tant de choses à faire à Sauvons la mer ? Vivement que je sois plus grande pour aller les aider, moi aussi.
Sauvons la mer était une association de défense du milieu marin. Elle avait été fondée par Claudia Perle, une charmante vieille dame qui était aussi un ancien dauphin d’argent. Son âge ne lui permettant plus de répondre aux appels de détresse, elle avait choisi Léna pour la remplacer. Enchantée, Léna se rendait presque tous les jours après l’école à Sauvons la mer pour aider Claudia. Ce jour-là, elle avait répondu à l’appel de Spirit.
— Oui, on est toujours débordés, esquiva-t-elle pour ne pas mentir.
Bien que Claudia ne lui ait jamais interdit de dire qu’elle était un dauphin d’argent, Léna ne l’avait révélé à personne. Elle pensait que tout ce qui était magique devait rester secret.
Après un délicieux repas composé de macaronis au fromage et au bacon, de brocolis et d’une glace à la vanille, Jessica entraîna Léna dans sa chambre pour jouer au vétérinaire. Elle sortit toutes les peluches de son placard et les deux sœurs passèrent la soirée à bander des pattes et à soigner des bobos imaginaires. Enfin, Mme Robin libéra Léna en envoyant Jessica prendre son bain.
Elle regagna sa chambre sous les toits. Quelqu’un, sans doute sa mère, avait ouvert la fenêtre qui donnait sur l’anse aux Mouettes. Le vent agitait les pages du magazine d’écologie abandonné sur son bureau. Léna ferma la fenêtre et resta quelques instants à contempler la baie déserte. Où étaient passés les dauphins ? Spirit les avait-il entraînés très loin de la côte ? La tempête approchait : une forte odeur salée flottait dans l’air. Pensive, elle caressa son petit pendentif. Pourvu que ses amis soient en sûreté !