//img.uscri.be/pth/076e5b78b0296458ec2dc11cc50583de756d0155
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Les enfants d'Erebus (Tome 3) - Imago

De
544 pages
Les événements terribles qui se sont déroulés en Égypte ont marqué Jade et ébranlé ses certitudes. Peut-elle encore se fier aux Chevaliers de Saint-Michel pour vaincre les enfants d’Erebus ? Et a-t-elle le choix ?
Jusqu’aux confins de l’Antarctique et de ses effroyables secrets, tous les moyens sont bons pour être victorieux.
Voir plus Voir moins
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
LES ENFANTS D’EREBUS – 1
LES ENFANTS D’EREBUS – 2 – NYMPHOSE
© Éditions J’ai lu, 2015
Pour toi, Stéphanie, ma belle, mon rêve, ma femme… Ce ne sont certes que des mots, mais ils montent du cœur, et de tous ceux qu’a écrits ou écrira jamais l’homme de toute éternité, ceuxlà sont pour toi.
Chapitre 1
La lourde porte rivetée, qui devait pourtant peser son poids de chêne et compter en siècles les usagers plus ou moins brutaux qui l’avaient ouverte et fermée à la volée, pivota sur ses gonds sous une poussée magistrale et vint heurter le mur avec un bruit sourd. Les ombres de la grande salle, jusqu’à présent alan-guies dans la chaleur feutrée à l’odeur de bois prodi-guée par la flambée qui ronflait dans la grande cheminée, parurent se réfugier dans les angles des murs. Et pour l’heure, elles avaient certainement raison d’ainsi battre en retraite. On aurait pu s’attendre à voir surgir dans la pièce un colosse furieux, voire un rustre à la carrure d’ours, mais celle qui fit irruption, d’un pas qu’à défaut d’adjectif assez fort on qualifiera de « décidé », n’était ni l’un ni l’autre. Petite tanagra exotique, à la beauté délicate que seule sait enfanter l’Orient, aux longs cheveux de soie noire, aux yeux délicatement bridés, elle était de ces filles à faire tourner les têtes, à redonner des élans de verdeur jusqu’aux bois les plus secs.
9
Pour l’heure cependant, rien, dans son attitude ou son expression, n’invitait à la douceur ou à la volupté… À voir l’expression de son visage de porce-laine chinoise, et le feu dangereux qui couvait dans ses yeux, on aurait plutôt eu envie de se faire souris et de décamper dans quelque trou profond, loin de la colère qu’on sentait couver sous ces traits délicats. Les deux occupants de la pièce, un colosse aux che-veux grisonnants et une belle Orientale aux yeux de miel brûlé, assis dans un grand canapé de cuir guère éloigné de l’âtre, la regardèrent pourtant approcher, si ce n’est avec sérénité, du moins sans faire montre d’inquiétude. Parvenue tout près de la table, elle stoppa son avance, et, dressée telle une vivante incarnation de la colère, son petit corps rigidifié de fureur, toisa ses deux vis-à-vis. On la devinait vibrante d’une énergie terrible, se contenant à grand-peine pour ne pas éclater. Ses yeux, d’un brun chaud, semblaient se troubler d’une encre noire qui les envahissait peu à peu… Attendait-elle une réaction, un éclat, une parole ? Ce fut le géant, qui, assis avec cette fausse langueur qu’on prête aux fauves, s’adressa à elle, de sa voix à faire vibrer jusqu’aux pierres des murs : — Bonjour, Jade. Heureux de vous savoir de nou-veau parmi nous. Celle à qui il s’adressait demeura un instant muette, comme si elle digérait ses paroles, les tournait et les retournait, les soupesait… enfin, elle répéta : Heureux de vous savoir de nouveau parmi nous(Elle secoua la tête.) C’est tout ce que vous trouvez à dire ? On devinait, dans chacune de ses syllabes, les efforts terribles qu’elle faisait pour contenir sa colère, cette
10