Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF

sans DRM

Les Enfants de Prométhée, T1 - Le Dragon blanc

De
476 pages
Les Piliers sont indispensables aux Nouvelles Villes. Ces individus bénis par Prométhée utilisent leurs pouvoirs hors du commun pour le bien de tous.
Enseignante à l’Académie pour Piliers, Olympe fait partie de cette élite respectée. Son frère Dimitri, lui, est né Blanc ; il est condamné à une vie de paria, courte et misérable. Mais lorsqu’une catastrophe sans précédent s’abat sur Primville, ils ne pourront compter que l’un sur l’autre.
Plongés au cœur des secrets de la Fédération, frère et sœur devront aller jusqu’au bout d’eux-mêmes pour découvrir la vérité. Et qu’est-il arrivé à Éric, l’ami d’enfance d’Olympe et ennemi juré de Dimitri ? Quel rôle joue-t-il dans ce qui pourrait bien devenir la fin de leur monde ?
Loin de là, au cœur de l’Extérieur, cet immense monde sauvage par-delà les frontières des Nouvelles Villes, Prométhée attend.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Sophie Renaudin LEDRAGON BLANC
Les Enfants de ProméthéeTome 1 www.dragonaplumes.fr
1
Copyright © Sophie Renaudin, 2014 Le téléchargement de cet ebook sur d’autressites que ceux autorisés par l’auteure est interdit, de même que son partage au-delà du cadre familial et privé. Je n’inclus pas de DRM sur mes ebooks. En contrepartie, je m’attends à ce que vous en fassiez un usage raisonnable.Si un·e ami·e vous a prêté ce livre, envisagez s’il vous plaît d’en acheter un exemplaireen vous rendant sur le site de l’auteure. Et si vous l’avez obtenu d’une source non autorisée par l’auteure, merci de lui signaler l’infraction: Site Internet :www.dragonaplumes.frE-mail :sophie.renaudin@dragonaplumes.frÉcrire est ma passion, mais c’est aussi mon travail! Si vous appréciez ce que j’écris, merci de m’aider à continuer à l’exercer.Illustration de couverture : Nadine Chirol ISBN : 978-2-9549087-1-7
2
Sommaire Chapitre 1............................................................................. 4Chapitre 2........................................................................... 32Chapitre 3........................................................................... 50Chapitre 4........................................................................... 70Chapitre 5........................................................................... 83Chapitre 6........................................................................... 94Chapitre 7......................................................................... 119Chapitre 8......................................................................... 134Chapitre 9......................................................................... 168Chapitre 10....................................................................... 190Chapitre 11....................................................................... 211Chapitre 12....................................................................... 218Chapitre 13....................................................................... 235Chapitre 14....................................................................... 249Chapitre 15....................................................................... 270Chapitre 16....................................................................... 287Chapitre 17....................................................................... 312Chapitre 18....................................................................... 327Chapitre 19....................................................................... 350Chapitre 20....................................................................... 364Chapitre 21....................................................................... 394Chapitre 22....................................................................... 414Chapitre 23....................................................................... 430Chapitre 24....................................................................... 440Chapitre 25....................................................................... 466Lecteur, merci................................................................... 474Et après ?......................................................................... 475
3
Chapitre 1 Dimitri arrêta sa brouette au milieu de lallée de gravier. Il plissa les yeux en direction du parterre quil avait presque dépassé : un pissenlit solitaire reposait tranquillement à la base dun magnolia. Il aurait juré quil avait désherbé ce coin de terrain pas plus tard que deux jours auparavant. Il jeta un regard méfiant autour de lui. Le jardin de lAcadémie était désert dans la lumière grise doctobre. La plupart des élèves assistaient à leurs cours de laprès-midi ou sétaient retranchés à lintérieur, loin des rafales de vent froid qui sévissaient depuis laube. Les arbres courbaient philosophiquement leurs cimes sous les bourrasques et les arbustes dépouillés de leurs fleurs faisaient triste mine à côté des haies bien taillées. Il ny avait guère que les employés sous-payés comme lui pour sattarder dehors par une journée aussi maussade. Soupirant comme si le poids du monde reposait sur ses épaules, Dimitri laissa tomber les bras de sa brouette de paille souillée et autres déjections équines. Il se pencha sur le parterre, sortit une petite pelle de sa poche et entreprit darracher jusquà la moindre trace de la plante malvenue. Il poussa un ricanement triomphant lorsquil put lextirper tout entière de terre. Il secoua les racines pour les débarrasser du terreau qui sy accrochait et jeta le pissenlit dans sa brouette. Il y avait un deuxième spécimen à moitié caché derrière le tronc du magnolia. Dimitri souleva le bord de son bonnet bleu pour se gratter le front, étonné de ne pas lavoir vu plus tôt. Il
4
larracha aussi, le lança dans la brouette, se retourna et trouva un troisième pissenlit. Cette fois, il vit rouge.
Je sais que tu es là, sale gosse, rugit-il. Montre-toi !
Des murmures scandalisés derrière lui attirèrent son attention. Trois adolescents en uniforme de lAcadémie lui adressaient des mines outrées. Difficile de dire ce qui les vexait le plus : le fait quun simple employé manuel crie devant eux ou la brouette au contenu malodorant immobilisée au beau milieu du chemin. Dimitri détourna aussitôt les yeux et grinça des dents. Il tira sur son bonnet pour sassurer quil couvrait bien ses sourcils et sa nuque. Si ces mioches simaginaient que tous les jardiniers sarrêtaient de bosser dès quun élève mettait le nez dehors, il allait être temps que quelquun leur apprenne la vie !
Il ne fit pas un geste pour déplacer la brouette et les laissa la contourner avec des grimaces de chochottes. Dès quils eurent disparu derrière une haie, il remonta ses manches, enjamba la petite barrière blanche du parterre et sattaqua comme une furie à la mauvaise herbe qui le narguait. Le quatrième pissenlit neut même pas la décence dattendre quil ait fini. Il émergea de terre juste sous son nez, déploya ses feuilles et sinstalla confortablement. Il eut carrément le culot de développer une longue tige qui se chargea bientôt dun bourdon. Quand la fleur souvrit, Dimitri bondit sur ses pieds et la piétina de rage. Aucune plante nétait censée bouger comme ça, Prométhée !
Un rire enfantin lui parvint de derrière un thuya taillé en cône. Dimitri se rua vers lui, furieux. Il ne se souciait plus de savoir quil navait pas le droit de porter la main sur un élève. Il y avait des limites à ce quil acceptait de subir.
5
Je vais te décoller la tête, sale petit…
Une racine surgit sous ses pieds. Il trébucha dessus et sétala de tout son long, pendant quun petit garçon qui ne lui était pas inconnu émergeait en riant de sa cachette. Charles lui tira la langue et senfuit en courant. Dimitri ne put que vomir un torrent dinsultes et donner des coups de pied à la racine qui sétait enroulée autour de sa cheville.
Une soudaine bourrasque porta à ses oreilles un concert de cris lointains. Dimitri se figea, une main sur son bonnet qui menaçait de senvoler. On aurait dit que ça venait de la piste dentraînement des aérokinésistes… Au moment où il jetait un coup d’œil dans cette direction, il vit une forme grise jaillir entre les toits de deux bâtiments. Le bulbe transparent de lhabitacle dominant la silhouette métallique taillée en pointe de flèche était caractéristique des planeurs, et le profil effilé des deux ailes et du fuselage le trahissait comme lun des modèles allégés que lAcadémie utilisait pour la formation des futurs pilotes. Quest-ce qu? sil vient fabriquer par ici, celui-làexclama Dimitri. Laérokinésiste aux commandes ne devait pas être très brillant, sil fallait en juger par la façon dont lengin était ballotté par les vents. Une demi-douzaine de personnes apparurent dans les jardins à la suite de lintrus, criant des recommandations sans queue ni tête. Ah, bon sang, non! Si ce truc sécrasait ici, il y en aurait pour des jours de boulot à réparer les dégâts ! Attention, Mathias, le sapin ! Cette voix… Olympe! Dimitri se décrocha le cou pour
6
chercher sa sœur, mais, affalé par terrecomme il létait, il ne voyait rien du tout. Il se remit à batailler avec la racine. Il tentait de faire levier avec le bout de sa pelle quand il entendit à nouveau Olympe, beaucoup plus proche quavant :
Dimitri !Attention !Il leva la tête pour la voir courir vers lui, ses yeux verts agrandis par la panique. Une large ombre passa sur elle. Le planeur hors de contrôle la dépassa et piqua droit sur Dimitri. Il eut juste le temps de croiser le regard écarquillé de ladolescent boutonneux dans le cockpit et de penser que cétait une façon parfaitement stupide de mourir…Avec un grincement déchirant, le planeur simmobilisa à moins dun mètre de sa poitrine. Lespace dun instant, laéronef tout entier resta suspendu dans les airs, la queue vers le ciel et le nez pointé sur le jardinier. Puis, comme si quelquun avait coupé les fils qui le retenaient, lengin sabattit au sol avec une secousse qui fit vibrer tous les os de Dimitri. Lune des ailes renversa la brouette qui déversa son contenu sur lui. Il était tellement sous le choc quil ne réagit même pas. Le nez du planeur lui frôlait la jambe. Olympe atteignit le site du crash, hors dhaleine. Au lieu de se précipiter pour sassurer quil allait bien, elle resta captivée par quelque chose derrière lui. Éric, sexclama-t-elle, des trésors de soulagement dans la voix. Prométhée soit loué. Tu es arrivé juste à temps ! Dimitri tiqua. En entendant ce nom honni, il se remit assez pour jeter un coup d’œil par-dessus son épaule. Un beau cheval bai remontait lallée de gravier dun pas tranquille. Les cheveux blond vénitien de son cavalier reflétaient les quelques rayons du soleil qui parvenaient à échapper aux épais nuages pour venir  7
se glisser dans le jardin. Sa silhouette élancée arborait luniforme noir et or dun officier de la garde et sur sa poitrine brillaient les insignes de son grade.  Cest ce quil me semble, en effet, ma chère, dit-il en souriant. Enfin, Olympe daigna se pencher sur Dimitri et lui demander sil était blessé. Il lignora, trop occupé à fusiller le lieutenant du regard. chevaux ne sont pas autorisés dans les jardins, Les gronda-t-il. ! s Dimitrioffusqua Olympe. Tu pourrais montrer un peu de gratitude. Excédée, elle lui tourna le dos pour se préoccuper de ladolescent pâle et tremblant qui sextirpait du cockpit. Le sourire dÉric disparut et il gratifia Dimitri dun regard généralement réservé aux cadavres de rats. Il descendit de son cheval et en profita pour lui glisser, trop bas pour quOlympe lentende :  Charmant,ton nouveau parfum, Diminué. Cet arôme de fumier et de déjections, quel délice ! Dimitri serra les poings et grinça des dents. Il aurait voulu bondir sur ses pieds et lui en coller une. Éric était un sidérokinésiste, un manipulateur de métal hors pair. Sil avait pu arrêter la chute du planeur, le décaler dun mètre sur le côté pour éviter la brouette ne lui aurait causé aucun problème. Mais Éric lavait déjà dépassé et serrait la main dun des instructeurs qui sétaient rassemblés autour de la carcasse de laéronef.
8
Side, s Lieutenantécria lhomme. Cest toujours un honneur de vous revoir ici. Vous restez lun des meilleurs diplômés de cette Académie, et quelle prestigieuse carrière vous vivez depuis !
maître instructeur, répondit Éric avec un de ses Merci, habituels sourires mielleux. Puis-je demander ce qui sest passé ?
 Oh,juste un accident, dit le maître instructeur avec un rire bon enfant. Mathias ici présent nous a fait une petite frayeur, il faut bien lavouer. Il sest éloigné tellement vite de la piste dentraînement que je nai pas eu le temps de rediriger les vents pour le ramener à bon port.
Ladolescent en question commençait à peine à se remettre. Son teint bilieux s: il avait les yeux sombres etavéra naturel bridés des gens des villes de lEst.
Je suis absolument confus, balbutia-t-il. Je ne sais pas ce qui mest arrivé, jai perdu le contrôle des vents pendant un instant. Je vous remercie infiniment de votre assistance, monsieur ! Vraiment, je mexcuse, maître instructeur.
Oui, eh bien, ce nest pas très grave. Plus de peur que de mal. Les planeurs dentraînement sont après tout pourvus dassez de systèmes de sécurité pour que vous nayez rien eu à craindre, jeune homme.
 Certes,dit Mathias avec un regard en biais pour Dimitri, mais c’est que…
Dimitri sétait relevé et sépoussetait avec un dégoût provoqué autant par les matières fécales qui saccrochaient à ses vêtements que par la conversation à laquelle il assistait. Il se figea quand lattention des trois hommes se porta sur lui.
9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin