7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Publications similaires

LesFaméliquesInet1r842x01A_ocirhéatreât/006203/7121P:1ega
eLéliqsFamnteruesI12_041x8aihtcAro6/e0tréâ2101/203egaP:72
LseaFémter148x2liquesInéhtaertâA_01iroc1712P:/006203/
al
L
ga3e
ntsI14erélamueiqFseL/201217:tre06/03roaihtâéx812_0cA
Tous droits de traduction, de reproduction, d’adaptation et de représentation réservés pour tous pays.
© Acoria 2011 ISBN : 978-2-35572-060-4 Email : contact@acoria.fr Site Web : www.acoria.fr
4egaP
8x14erntorAc0_21rtâéhtai2/30/60eAFsmaeLeuIsléqi01217:Page5
Albt Kab Bthèn
méLiques
Nouvelles
L
esf
0//3er60éhtâirtae6Pag17:2012LFaesliméesquetnI841r012xocA_
7e
Sylvain BEMBA Sony LABOU TANSI J.B. TATI LOUTARD et Tonton Arsène Sylvère SAMBA
Pga
En mémoire de :
/03/re0617:2012ocA_012xtâéhtairesqulimé48r1teInLFaes
amsFLe
PréfAce
gePa
9
Si l’on demandait à Albert Kambi-Bitchène de composer une bibliothèque idéale, nul doute qu’il rangerait en bonne place des œuvres de l’écrivain égyptien Cossery, auteur de récits poignants sur les pauvres gens de la vallée du Nil. Nous évoquerons notamment des titres comme « Mendiants et orgueilleux » et surtout « Les Hommes oubliés de Dieu », cet ouvrage paru vers 1945, qui va plus loin que les mots en donnant l’impression qu’un livre unique est capable, selon son contenu, de subvertir le destin d’un peuple. On se surprend à rêver d’un scénario idéal : les jeunes officiers égyptiens qui, dans les années 1950, mirent fin à la dynastie de Farouck, montèrent peut-être à l’assaut du ciel en tenant d’une main le fusil et de l’autre l’ouvrage le plus célèbre d’Albert Cossery. C’est trop beau sans doute pour être vrai, car la vérité de l’art n’est pas la vérité de la vie, même si celle-là peut parfois indiquer l’avènement de celle-ci. En effet, il arrive (lorsque les circonstances le permettent) que les deux vérités se rencontrent, portées sur les ailes d’une fulguration qui dévoile aux hommes éblouis ce monde renversé dont parle le Talmud « les plus hauts en bas, les plus bas en haut ». On aimerait alors que la littérature fût, plus qu’une simple annonciatrice des changements sociaux, l’un des facteurs déterminants de ceux-ci. Il ne faut pas se leurrer cependant, tout en reconnaissant qu’une certaine production littéraire peut aider à renouveler la vie, ne serait-ce qu’en contribuant à modifier dans l’œil du plus grand nombre la perspective de l’avenir, la dimension et la signification des choses, le sens des valeurs sociales nouvelles. On sait depuis longtemps (les albums de Henri Cartier-Bresson l’ont confirmé) que la photographie n’a jamais été neutre. Le monde prétendument objectif qu’elle nous présente est chargé d’un fort coefficient de subjectivité. Ce n’est pas un objet innocent que nous
91210:7/60e2/30iathéâtr210_Acortnre41x8léqieuIs
LFaeslimé_Acoriathéâtre06uqsenIet1r842x01
voyons, mais l’image de cet objet à travers le regard de l’opérateur. Jean-Paul Sartre a pu dire à ce propos, commentant certaines photos représentant les hommes dits de couleur que l’Occident avait remisé ses canons pour utiliser à la place le mépris « la forme moderne du massacre ». En lisant ce premier recueil de nouvelles d’Albert Kambi-Bitchène, j’ai été frappé par l’acuité de son regard d’opérateur. Malgré ses déclarations d’intention, ce jeune auteur qui croit seulement verbaliser laisse transparaître en réalité une profonde sympathie pour les pauvres gens, un mal-être pour les misères sociales que sa plume nous révèle avec la rigueur d’un scalpel. Ce témoin ou cet observateur se contente de laisser parler les faits, et cet effacement volontaire donne à son écriture une retenue de ton qui polit mieux les personnages, fait ressortir les situations avec la netteté d’un bas-relief. Cette économie de moyens nous a fait penser un moment que Bitchène prenait probablement appui sur un éminent prosateur russe, Tchéchov, auquel il aurait tout au moins emprunté le titre d’une de ses nouvelles « Salle 6 » pour titrer la sienne « Salle 121 ». Il nous a dit ne pas avoir encore lu l’auteur de « La Mouette », « La Cerise », et tant d’autres œuvres. Quoi qu’il en soit, la résolution de notre nouvelliste congolais est manifestement de « peindre des vies moyennes dans une vérité sans fard », comme le recommandait Joyce pour qui l’artiste doit prendre des distances par rapport à ses créatures. Pourtant, il ne viendrait certainement pas à l’idée de Bitchène d’aller aussi loin que l’illustre Irlandais détaché de la morale et de la société planant comme Dieu le Père « … ou derrière ou au-delà, ou au-dessus de son œuvre, invisible, subtilisé, hors de l’existence, indifférent, en train de se curer les ongles ». Il suffit de lire le poème intitulé « Les Faméliques » mis en exergue, poème qui a d’ailleurs donné son nom à l’ensemble du recueil des nouvelles, pour savoir que Bitchène n’est pas insensible à ce qui se passe autour de lui.
10
01eagP:1712203//0