//img.uscri.be/pth/0838e1a6907b017b4b76c000e91ef39396bad9fb
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les Faussaires Nouvelles

De
126 pages
Ils sont jeunes, ils sont beaux, la vie s'ouvre devant eux. Ils ont un point commun : des difficultés avec l'autorité. Musicien raté, étudiant travesti, amoureux sensuels, artistes fauchés, ils passent et dépassent les normes ; les bornes parfois. La société les étouffe. Ils réagissent avec fougue, violence, amour. Ils peignent, écrivent, lisent. Ils dénoncent, fuient, explosent. Six nouvelles en marge de la société, contre les codes bien-pensants, six nouvelles euphorisantes et régénérantes !
Voir plus Voir moins

,OV RQW XQ SRLQW HQ FRPPXQ GHV GLIÀFXOWpV DYHF O·DXWRULWp
0XVLFLHQ UDWp pWXGLDQW WUDYHVWL DPRXUHX[ VHQVXHOV DUWLVWHV
IDXFKpV LOV SDVVHQW HW GpSDVVHQW OHV QRUPHV OHV ERUQHV SDUIRLV

/D VRFLpWp OHV pWRXIIH ,OV UpDJLVVHQW DYHF IRXJXH YLROHQFH
DPRXU ,OV SHLJQHQW pFULYHQW OLVHQW ,OV GpQRQFHQW IXLHQW

8Q VW\OH pOpJDQW XQ U\WKPH HIIUpQp SRXU VL[ QRXYHOOHV
HQ PDUJH GH OD VRFLpWp VL[ QRXYHOOHV FRQWUH OHV FRGHV ELHQ
SHQVDQWV VL[ QRXYHOOHV HXSKRULVDQWHV HW UpJpQpUDQWHV

Alain Rouet

Les Faussaires
Nouvelles

ȱ

ȱ

LesȱFaussairesȱ
ȱ

ȱ
ȱ
ȱ

ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ

ȱ
ȱ
©ȱL’Harmattan,ȱ2015ȱ
5Ȭ7,ȱrueȱdeȱl’Ecoleȱpolytechnique,ȱ75005ȱParisȱ
ȱ
http://www.harmattan.frȱ
diffusion.harmattan@wanadoo.frȱ
harmattan1@wanadoo.frȱ
ISBNȱ:ȱ978Ȭ2Ȭ343Ȭ07082Ȭ7ȱ
ȱ
EANȱ:ȱ9782343070827

ȱ

AlainȱRouetȱ

LesȱFaussairesȱ
ȱ
Nouvellesȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ

ȱ
ȱ
L’Harmattanȱ

AuȱPanthéonȱ

1ȱȱ

ÀȱpeineȱapprenaisȬjeȱàȱlire,ȱjeȱdéchiffraisȱauȱfrontonȱduȱPanȬ
théon,ȱ«ȱAuxȱgrandsȱhommes,ȱlaȱpatrieȱreconnaissanteȱ».ȱ

J’adoraisȱmaȱnounouȱ!ȱTousȱlesȱjoursȱetȱparȱtousȱlesȱtempsȱ
elleȱm’amenaitȱauȱjardinȱduȱLuxembourg,ȱauȱretourȱnousȱ
remontionsȱlaȱrueȱSoufflotȱetȱpassionsȱdevantȱleȱPanthéonȱ
pourȱregagnerȱleȱgrandȱappartementȱfamilialȱrueȱDesȬ
cartes,ȱfaceȱàȱl’ÉcoleȱPolytechnique.ȱ

Maȱmèreȱs’occupaitȱdeȱmoiȱparȱlesȱordresȱqu’elleȱdonnaitȱ
pourȱmonȱéducationȱ;ȱjeȱdevaisȱapprendreȱàȱlireȱplusȱjeuneȱ
queȱtoutȱautreȱenfant,ȱmesȱjouetsȱdevaientȱmeȱfamiliariserȱ
avecȱlesȱlettresȱetȱlesȱmots,ȱauȱcoursȱdesȱpromenadesȱlaȱ
nounouȱdevaitȱmeȱfaireȱdéchiffrerȱlesȱinscriptionsȱquiȱseȱ
présentaient.ȱVoilàȱcomment,ȱdèsȱleȱplusȱjeuneȱâge,ȱjeȱfusȱ
bercéȱparȱlaȱpatrieȱreconnaissante,ȱmaȱmèreȱn’ayantȱaucunȱ
douteȱsurȱleȱfaitȱqueȱlaȱvieȱmeȱhisseraitȱauȱpremierȱrangȱdesȱ
grandsȱhommes.ȱ

Elleȱétaitȱuneȱcantatriceȱparmiȱlesȱplusȱcélèbresȱ;ȱàȱtroisȱansȱ
jeȱneȱsavaisȱpasȱceȱqu’étaientȱlesȱAlpes,ȱlesȱPyrénéesȱouȱ
l’OcéanȱAtlantiqueȱmaisȱlesȱnomsȱScala,ȱFenice,ȱMET,ȱCoȬ
ventȱGardenȱm’étaientȱfamiliers.ȱQuandȱelleȱpassaitȱàȱParis,ȱ

9

ȱ

elleȱseȱlevaitȱversȱmidi,ȱs’enfermaitȱdansȱleȱsalonȱdeȱmuȬ
siqueȱpourȱyȱtravailler,ȱsortaitȱenȱfinȱd’aprèsȬmidiȱetȱrenȬ
traitȱtardȱdansȱlaȱnuit.ȱDeȱmaȱmèreȱjeȱneȱconnaissaisȱqueȱlaȱ
voix,ȱleȱgrainȱdeȱsaȱpeauȱm’étaitȱétranger,ȱj’auraisȱdéfaitȱsonȱ
maquillage.ȱQuandȱjeȱvoulaisȱfourrerȱmonȱnezȱcontreȱunȱ
corpsȱmaternel,ȱc’étaitȱceluiȱdeȱmaȱnounou,ȱsonȱodeurȱmeȱ
tranquillisait,ȱsaȱpeauȱétaitȱdouceȱ;ȱj’avaisȱdeuxȱmamans,ȱ
l’uneȱpourȱleȱquotidien,ȱlesȱcaresses,ȱlesȱsoins,ȱuneȱmamanȱ
commeȱcelleȱdesȱautresȱenfants,ȱetȱl’autre,ȱuneȱvoix,ȱunȱ
mythe,ȱl’étoileȱquiȱmontraitȱmonȱavenirȱauȱfirmament.ȱ

J’étaisȱvouéȱàȱneȱpasȱm’éloignerȱduȱPanthéonȱpuisqueȱj’alȬ
laisȱfaireȱl’ÉcoleȱPolytechnique,ȱjusteȱenȱbasȱdeȱchezȬnous,ȱ
écoleȱdontȱjeȱsortiraisȱmajor.ȱAvezȬvousȱremarquéȱqueȱdansȱ
lesȱsalonsȱcommeȱilȱfautȱonȱneȱparleȱjamaisȱd’unȱpolytechȬ
nicien,ȱmaisȱd’unȱmajorȱdeȱPolytechniqueȱ?ȱC’estȱlaȱseuleȱ
écoleȱquiȱneȱformeȱqueȱdesȱmajors,ȱd’oùȱsaȱréputation.ȱDèsȱ
l’âgeȱdeȱtroisȱansȱj’étaisȱunȱmajorȱdeȱPolytechniqueȱenȱdeȬ
venir.ȱ

Ensuiteȱ?ȱEnsuite,ȱmaȱcarrièreȱdevraitȱêtreȱàȱceȱpointȱbrilȬ
lanteȱqueȱjeȱseraisȱcertainementȱpanthéoniséȱavantȱmêmeȱ
deȱprendreȱmaȱretraite,ȱencoreȱdansȱlaȱforceȱdeȱl’âge,ȱetȱsansȱ
mêmeȱavoirȱterminéȱlesȱexploitsȱquiȱmarqueraientȱmaȱvie.ȱ

Toutȱavaitȱbienȱcommencé.ȱJeȱsavaisȱlireȱetȱcompterȱbienȱ
avantȱl’âgeȱnormal,ȱàȱsixȱansȱjeȱmeȱdébrouillaisȱpasȱmalȱauȱ
piano,ȱj’avaisȱuneȱbonneȱsantéȱetȱunȱcaractèreȱfacile.ȱMesȱ
relationsȱavecȱlesȱautresȱenfantsȱauraientȱpuȱposerȱproȬ
blème,ȱj’auraisȱpuȱdevenirȱleurȱsouffreȬdouleur,ȱmaisȱjeȱ
n’avaisȱaucunȱcontactȱavecȱeux.ȱMesȱétudesȱprimairesȱontȱ
étéȱassuréesȱparȱdesȱprécepteursȱprivés,ȱjeȱsuisȱensuiteȱenȬ
tréȱauȱcollègeȱpuisȱauȱlycéeȱHenriȱIVȱavecȱdeuxȱannéesȱ

10ȱ

d’avance,ȱmonȱjeuneȱâgeȱetȱleȱstandingȱdeȱl’établissementȱ
meȱprotégeaient.ȱ

Àȱlaȱsurpriseȱdeȱmaȱmère,ȱjeȱn’aiȱjamaisȱétéȱprésentéȱauȱconȬ
coursȱgénéralȱ;ȱj’avaisȱdesȱrésultatsȱfortȱhonorables,ȱmaisȱ
jamaisȱpremierȱdeȱlaȱclasse.ȱIlȱyȱavaitȱunȱnuageȱentreȱlàȱoùȱ
j’étaisȱetȱl’étoileȱdeȱmaȱprédestination.ȱUneȱmentionȱassezȬ
bienȱauȱbacȱauȱlieuȱdeȱlaȱmentionȱtrèsȬbienȱattendueȱm’aȱ
chasséȱdesȱcieux,ȱsansȱqueȱj’enȱprenneȱconscience.ȱMêmeȱ
avecȱdeuxȱansȱd’avanceȱj’avaisȱl’âgeȱdeȱcomprendreȱl’inaȬ
nitéȱduȱpanthéon,ȱjeȱn’étaisȱpasȱunȱenfantȱsurdoué.ȱPourȱ
monȱmalheurȱlaȱdeviseȱauxȱgrandsȱhommesȱneȱm’avaitȱpasȱ
quitté,ȱmonȱdestinȱétaitȱsurȱleȱpiédestalȱoùȱm’avaitȱplacéȱ
maȱmère.ȱJ’avaisȱdeuxȱviesȱcommeȱj’avaisȱeuȱdeuxȱmères,ȱ
l’uneȱnormale,ȱéquilibrée,ȱl’autreȱauȱfrontonȱduȱtemple.ȱȱ

11ȱ