Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les femmes occidentales n'ont pas d'honneur

De
214 pages
Les femmes occidentales n'ont pas d'honneur raconte l'histoire d'amour d'une femme occidentale et d'un homme kabyle, menacée dès ses débuts parce que l'homme est promis à une autre femme, une vierge de son pays. Le roman parle aussi d'un monde pour lequel on sacrifie amour et bonheur et dont les fondements sont inébranlables. Solides. Il faut accepter leur logique pour pouvoir les comprendre. C'est ce que mon personnage féminin fait : elle accepte la cruauté, elle s'y expose afin de comprendre. Et surtout afin d'aimer.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

de son pays. Le roman parle aussI d’un monde pour lequel on sacrIie
ain de comprendre. Et surtout ain d’aImer. CeTe hIstoIre auraIt pu avoIr une autre in. MaIs la femme choIsIt, elle
J’aI voulu que ceTe femme soIt à l’écoute. Qu’elle aIlle jusqu’à « l’autre
à vIvre en paIx avec les autres. Les deux mondes quI s’aFrontent dans le roman n’ont pas de règles communes. Et le dIalogue s’y avère
Est L’HarmaTan, Paris, 2008), des études liTéraires et LITérature et scénarIos d’aveuglement – Orhan Pamuk, Ernesto Sábato, José Saramago, Honoré Champion, Paris, 2013 ; La fondaîon exIstenîelle de la connaIssance – Marîn , Idea, Cluj-Napoca, 2007) et des essais MédItaîons Inactuelles, Paideia, Bucarest, 2001).
liTérature comparée de l’Université de Montréal et aTachée de recherche à l’Université Concordia.
R
o
m
a
n
Les femmes occidentales n’ont pas d’honneur
Couverture : Corina Ilea, Ana Sophia Tusa, 2015 Photographie de l’auteure : Corina Ilea, 2015 Révision du texte : Sophie Jama Autres révisions : Suzanne Beth
Laura T. Ilea
Les femmes occidentales n’ont pas d’honneur R o m a n
Littérature
Du même auteur
Est. Nouvelles, L’Harmattan, Paris, 2008.
Études
Littérature et scénarios d’aveuglement – Orhan Pamuk, Ernesto Sábato, José Saramago, Éditions Honoré Champion, Paris, 2013.
La vie et son ombre. La fondation existentielle de la connaissance –Martin Heidegger, Éditions Idea, Cluj-Napoca, 2007.
Essais
Méditations 2001.
inactuelles,
Paideia
(épuisé),
© L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06187-0 EAN : 9782343061870
Bucarest,
Ce livre est dédié à mon amie R. Son histoire m’a tellement bouleversée qu’il m’a fallu la raconter.
Je sais que, elle aussi, elle aurait voulu la raconter comme je le fais ici. Mais peut-être aurait-elle aussi voulu éluder certains détails. Cette histoire est ma version à moi. Je suis convaincue qu’elle me comprendra.
Montréal
Je regarde la photo qu’il a préparée pour mon anniversaire. Trente-cinq ans. Plus immortelle que jamais.
Je n’avais pas le moindre soupçon de ce qui allait se passer. « Nous, amants au bonheur ne croyant… » « Je ne me laisserai jamais emporter par la tristesse, mon amour. On survivra à tout, quoi qu’il arrive. » « Il n’arrivera rien, ne t’inquiète pas. »
Ce mélange d’obéissance et de révolte. Cette croyance en Dieu, tellement sincère, que je n’ai jamais pu la retrouver ensuite. Et qui rendait obsolète toute recherche d’authenticité que j’avais pu pratiquer. La cruauté d’un homme qui quitte femme après femme pour pouvoir retrouver sa bien-aimée au bled, là où il a vu la lumière du jour. « L’homme est fait pour mourir là où il a grandi », m’avait-il dit avant de fermer l’ordinateur, avant de monter dans l’avion qui allait le conduire en Kabylie, son pays, lui qui parlait plutôt de Kabylie que d’Algérie, quand il se souvenait de son enfance.
L’image est là, devant moi, et elle me rappelle mon visage, après les jeudis d’amour. Mon visage que je n’ai pu reconstituer par la suite, qui a perdu trait après trait comme si, après son départ, il s’était décomposé manifestement, laissant place à un faciès bizarre qui ne rappelle que vaguement l’intensité qui le traversait lors de son passage dans ma vie.
Ce jour de pluie, fin avril, où j’avais enfilé à l’improviste une paire de pantalons usés, les bottes dernier cri et un manteau noir qui couvrait ma tenue
9