//img.uscri.be/pth/76789fe9953518ce16dd860d31fc6ef1bffcdd58
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les incivilités du trapèze volant

De
108 pages
« Si vous ne voulez pas attendre si longtemps, restez humain, choisissez les chemins non balisés ». Charlie, tour à tour vicomte de Valmont, Don Juan, Don Quichotte, ne se laisse pas enfermer, il voit grand, à voix haute et le dit fort. Il avance tête baissée, fonce sans se retourner. Même Gentiane, sa marquise de Merteuil ou Pedro, son Sancho Panza, ne sauront l'arrêter. Qui est vraiment Charlie ? Court, net, précis, le style de ce roman devient tranchant, abrupt quand il s'agit de dépeindre la société actuelle. Il se fait tendre, poétique quand l'homme semble pouvoir se redresser.
Voir plus Voir moins
Alain Rouet
Alain Rouet
Les incivilités du trapèze volant Roman
Les incivilités du trapèze volant
Les incivilités du trapèze volant
Écritures Collection fondée par Maguy Albet Tanguy Taddonio (Anne),Le mariage, 2016. Le Boiteux (François),Le rêve grec, 2016. Sabourin (Jean-François),Le long chemin de l’exode. L’histoire d’un homme libre, 2016. Payet (Sylvie),À fleur de peau, 2016. e Bensimon (Jean),Le Hors-venu. Contes brefsédition,, 2 2016. Aubert-Colombani (Éliane),La Guerre à six ans ou De la rue Béranger à la rue Danton, 2016. Dulot (Alain),Que s’est-il passé, madame ?, 2016. Viellevoye (Josée),Josse et autres souvenirs détournés, 2016. Lévy (Odette),Les Derniers Feux du rayon vert, 2016. Vidal (Edgard),Arcanes dormants, 2016. Bodin (Véronique),La place des murmures, 2016. Lissorgues (Yvan),Manuelita, 2016. Hériche (Marie-Claire),Ferme la porte. Die Tür Zu, 2016. Danbakli (Yves),Le Festin des loups, 2016. Grellard (Jean-Mary),La Clé du Nil, 2016. * ** Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Alain Rouet Les incivilités du trapèze volant Roman
Du même auteur Poésie Sèves,Editions Saint-Germain-des-Prés, 1985. L’Ombre des feuilles,Editions Saint-Germain-des-Prés, 1986. Points du jour,Editions Saint-Germain-des-Prés, 1989. Symphonie fantastique,Le Méridien Editeur, 1990. J’étais un froid château d’Auvergne,Encres vives, 1993. Fantaisie poétique Un Druide,L’Harmattan, Paris, 2011. Romans Chasseur d’Ombres,L’Harmattan, Paris, 2009. Le Journal de Fanny, L’Harmattan, Paris, 2011. Le violon de Chiara, L’Harmattan, Paris, 2013. Chacune en sa couleur,L’Harmattan, Paris, 2014. Nouvelles Les Faussaires,L’Harmattan, Paris, 2015. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10646-5 EAN : 9782343106465
I
Le narrateur Charlie jaillit de l’eau, brandit son fusil de plongée ; quelques poissons de belle taille à la ceinture, la barbe et les cheveux si fournis qu’ils ne forment qu’une masse ruisselante autour d’un visage rubi-cond, s’il n’est Neptune il en est le sosie.
Stature imposante, musculature solide, seule la proéminence de l’estomac dénonce le jouisseur. Il rit et crie si fort qu’on n’entend plus la mer.
Toute la plage le regarde, hommes, femmes, tous les âges. On l’adore, on le jalouse, on en rit, on l’admire, avec des sentiments divers on se tourne vers lui comme l’aiguille d’une boussole.
On ne sait d’où il vient, s’il est génial, illuminé ou fou, manipulateur ou prophète, s’il inspire de grands penseurs ou glane adroitement de-ci de-là quelques lambeaux de phrases au hasard de ses lectures et rencontres.
Chacun croit connaître un peu de sa légende, mais ces bouts de récit s’opposent dans un inextricable
7
chaos, un puzzle de milliers de pièces où l’on serait en mal d’en trouver deux qui s’emboitent.
Qu’il ait pu vivre au huitième siècle, personne n’y croit, ce stratagème lui permet sans en être blâmé de dire ce qu’on ne veut entendre. Il est irrévérencieux, provoquant, anarchiste, tour à tour vulgaire et raffi-né, embarrassant les autorités qui ne savent s’il faut l’arrêter, lui répondre ou le laisser divaguer à sa guise. Il s’adresse à la foule debout sur une chaise comme un pochard ou un tribun, murmure à l’oreille d’un ministre qui l’écoute comme le plus avisé des conseillers, crée un attroupement sur un marché avant d’échanger au Collège de France de savants propos avec l’illustre professeur qui vient de donner sa leçon inaugurale. On le voit sur une vieille bicy-clette comme au volant d’une voiture de sport, il court comme un marathonien professionnel ou prend le pas d’un vieux monsieur dont les jambes ne suivent plus tout à fait, il est l’homme d’affaires pressé, l’adolescent qui flâne ou le paresseux allongé sur la plage qui se retourne à intervalles réguliers.
Gentiane Charlie et moi n’appartenons pas au même monde, vous chercheriez en vain terres et manoirs chez ses ancêtres. Dans cette aventure un peu folle, je suis très lady Chatterley, non qu’il soit sans esprit, mais ses origines sont modestes, ils ont dû œuvrer dans tous
8
les métiers de service dans cette famille, des gens de peu. Bien qu’il ne soit pas jardinier, il est merveilleux amant, d’où ma fantaisie pour lui. Je l’ai tiré du ruisseau ou à peu près, il était acteur, entendons-nous, pas Sacha Guitry ou Louis Jouvet, juste un intermittent du spectacle, de ces gens qui jouent en province. Non qu’il fût sans talent, il m’a émue un soir à Avignon, je m’étais laissée aller à m’encanailler dans le festival off avec une baronne de mes amies, dans un de ces lieux étroits où l’on est mal assis, les uns sur les autres, ces endroits où mieux vaut venir après avoir laissé au coffre ses bi-joux. Il disait bien les vers, il était beau, quitte à se mélan-ger au peuple autant aller jusqu’au bout, je l’ai sé-duit, il m’a conduite jusqu’à sa tente où, comme je n’avais ni bague ni bracelet je me suis sans difficulté défaite du reste pour me revêtir de sa grande barbe, de ses longs cheveux et de son corps musclé dont il se servait fort bien, tellement bien que j’étais décidée à ne pas en rester là et à devenir son Pygmalion, j’allais le façonner mon Charlie, ma Galatée. Des grands siècles il ne connaissait que les textes il-lustres, je lui ouvris ma bibliothèque, philosophie, histoire de l’art ou des sciences, politique, très vite il apprit les chansons de geste dans le texte ancien, pour l’amour courtois nous rivalisions sur les rives du Tendre.
9