Les larmes rouges (Tome 3) - Quintessence

De
Publié par

« La clé du pouvoir se cache dans le sang. »
Alors que la relation d’Henri et Cornélia connaissait enfin une accalmie après les épreuves, l’arrivée surprise d’un fantôme du passé fait voler en éclats toutes leurs certitudes. Ces retrouvailles peuvent-elles être encore plus dangereuses que le Roi Sombre lui-même ?
Publié le : mercredi 25 mars 2015
Lecture(s) : 15
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290085349
Nombre de pages : 640
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
3 – Quintessence
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
LESLARMESROUGES
1 – Réminiscences 2 – Déliquescence
Hors de portée
VICTORIANFANTASY
1 – Dentelle et nécromancie
Georgia Caldera
3 – Quintessence
© Éditions J’ai lu, 2015
Chapitre 1
Un Encombrant Passé
Ces derniers jours avaient été un véritable calvaire. Et apparemment, aucune accalmie n’était prévue pour les temps à venir… Bien au contraire.
Cornélia avait survécu à rien de moins qu’une mutation. Certes, elle avait elle-même provoqué le destin, était allée à l’encontre des consignes de son compagnon concernant l’utilisation de ses pouvoirs, mais c’était sans savoir ce qui l’attendait. Elle n’avait pas choisi de devenir ce qu’elle était désormais. Plus vraiment humaine… ni totalement vampire. Comment définir sa nouvelle condition d’ailleurs ? Personne n’en avait la moindre idée. Cependant, si on l’avait laissée libre de décider, Cornélia aurait opté pour la mort. Sans hésitation. Elle avait été on ne peut plus claire sur ce point. Pourtant, Henri n’en avait tenu aucun compte. Bien qu’elle se soit farouchement débattue, il lui avait imposé son sang. Il avait été inflexible et même… brutal. Depuis, c’était grâce à lui que son corps se maintenait en bonne santé.
7
Si cet épisode les avait éloignés, l’aveu de Cornélia quant à ses nouvelles et surprenantes facultés lui per-mettant de s’infiltrer dans les souvenirs, et son pillage récurrent – bien qu’en grande partie involon-taire – de ceux de son compagnon des mois durant, les avait carrément séparés. Henri avait fini par la quitter. Il l’avait abandonnée à Reddening House, avec Séraphin, le treizième vampire récemment retrouvé, ainsi que les autres, ces immortels de premier rang dépêchés tout spécialement pour sa sécurité. Cornélia avait lutté pour leur échapper et s’était sciemment mise en danger, dans le seul et unique but de faire revenir Henri. Un geste complètement fou, mais qui s’était finalement révélé efficace. Leur relation était tumultueuse, toutefois ils étaient parvenus à dépasser leurs rancunes mutuelles. Mais ce bonheur-là, ces retrouvailles si difficiles après autant d’épreuves, n’avait pu être savouré… Par choix, Cornélia s’était éloignée de son père… et plus rien à présent ne pourrait la rapprocher de lui. M. Williamson n’était plus. Pour elle, pour la protéger d’un danger dont il ignorait tout, il s’était tué. Afin de mettre un terme à l’infernal harcèlement du roi des vampires qui avait réussi, sans doute par l’intermédiaire inconscient de Cornélia, à se frayer un chemin jusqu’à son esprit, il avait dû sauter d’une fenêtre. Par sa faute, son père était mort. L’histoire se répétait, inlassablement. Et aujourd’hui, alors qu’elle venait tout juste d’enterrer le dernier parent qui lui restait, voilà
8
qu’elle devait à nouveau faire face à cet encombrant passé, reliquat de sa première existence…
— J’aurais été ravi de te revoir, Henri, si tu n’avais pas volé quelque chose qui m’appartient. Mais tu n’as eu aucun scrupule à me prendre ma femme, n’est-ce pas ? Dans ce domaine, tu n’as jamais su faire preuve de la moindre moralité. Cornélia, qui se tenait en retrait et ne pouvait aper-cevoir l’intrus, vit Henri reculer d’un pas hésitant et tremblant. Puis d’un autre, médusé, le regard rivé sur celui qui n’aurait jamais dû se trouver ici, à l’inté-rieur de ce petit salon, au château de Rougemont. Et le temps parut s’arrêter, s’étirer déraisonnable-ment, tandis que l’air se refusait subitement à elle. Le prince des vampires secoua la tête, tentant d’abord de nier la réalité. Puis il vint lentement s’adosser au mur et, dans un long soupir d’abatte-ment, se laissa glisser jusqu’au sol. Le vernis de plu-sieurs siècles d’une indifférence lasse, figée sous d’épaisses couches de poussière, déjà craquelé par sa faute, se désagrégea soudain pour de bon, ne laissant plus apparaître qu’un homme. Rien qu’un homme. Choqué et… effondré. — Non, marmonna-t-il comme pour lui-même. Non, c’est impossible… tu n’es pas réel. Tu nepeux paslà. être — Et pourtant je me tiens bel et bien devant toi, en ce moment même. Bien vivant, comme tu peux le constater. — C’est impossible, nia encore Henri en se passant deux mains aux jointures blanchies de crispation sur le visage. Tu es mort ! Laissé pour mort, rectifia l’intrus dont la voix, de plus en plus menaçante, se rapprochait progressivement.
9
La nuance est subtile, néanmoins, ça fait toute la différence. Brusquement arrachée à la torpeur qui s’était emparée d’elle, Cornélia, alarmée, se précipita vers son compagnon, signalant alors sa présence aux deux vampires qui avaient jusque-là semblé l’ignorer. Henri se tourna vers elle, manifestement surpris qu’elle soit déjà venue le rejoindre. Il se ressaisit aussitôt et se releva promptement – quoique pas autant que d’ordinaire. Toutefois, il ne put cacher la panique et l’intense douleur qui l’étrei-gnaient, trahi par quelques reflets nichés au fond de son troublant regard délavé. La mort de son père avait été si brutale que la jeune fille était restée comme anesthésiée depuis, le cœur sec, presque vide… du moins l’aurait-il été, s’il n’avait pas regorgé de haine. Une aversion aussi immense qu’ancienne, ancrée dans les tréfonds de son âme, pour celui à qui elle devait ces drames à répétition. Mais tout à coup, elle eut l’impression de suffo-quer. Étranglée sous une bouffée d’émotions qui n’étaient pourtant pas les siennes, et qui, cependant, étaient parvenues à s’infiltrer en elle avec une vio-lence et une rapidité extraordinaires. — Cornélia ? articula Maxime, qui se tenait en chair et en os devant elle. Oh, mon Dieu, Cornélia… je ne rêve pas, c’est bien toi ? Elle ignorait ce qu’elle-même éprouvait en cet ins-tant. Si curieux que cela puisse être, tout ce qu’elle ressentait, c’était la souffrance et l’angoisse d’Henri. D’emblée, et sans réfléchir, elle s’interposa entre les deux hommes. Bien qu’effarée de retrouver son ancien amant en vie, elle craignait avant tout que la situation ne dégénère. Le ton du jeune homme était
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.