Les Lumières de Jupiter

De
Publié par

2084, homme d'affaires avisé, le milliardaire britannique Richard Forward a toujours été fasciné par Europe, l'énigmatique lune de Jupiter. A tel point qu'il a engagé des travaux énormes pour forer la banquise de la planète et tenter la première exploration de l'océan d'Europe. S'adjoignant les services du docteur Constance Wakefield, biologiste marine de renom international, ils vont découvrir qu'une vaste population peuple la planète qui n'est pas sans susciter d'autres convoitises.
Publié le : mardi 7 octobre 2003
Lecture(s) : 230
EAN13 : 9782748128666
Nombre de pages : 242
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les Lumières de Jupiter
Antoine Meunier
Les Lumières de Jupiter
SCIENCEFICTION
© manuscrit.com, 2003 ISBN: 2-7481-2867-2 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-2866- (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
Ce roman est très respectueusement dédié à la mémoire des sept astronautes du vol STS-107, ultime mission de la navette spatiale américaine Columbia.
PROLOGUE
Lévolution avait suivi son processus naturel un peu partout dans le système solaire, mais comme dans toute discipline, il y avait beaucoup dappelés et peu délus. Si les hommes avaient su tirer parti, et profit, de leur domaine, ils ignoraient cependant que dautres créatures vivaient à seulement quelques centaines de millions de kilomètres de leur berceau natal. Lan-cés dans lespace depuis des décennies, ils avaient acquis la certitude que leur planète demeurait le seul monde habitable. En à peine un siècle dexploration, la recherche de la vie dans lespace sidéral navait absolument rien donné. Oh, il y avait bien sur des traces de bactéries fossiles dans le sous-sol de Mars, découvertes en 2012 grâce aux échantillons rappor-tés par les sondes robots. Il y avait aussi eu la dé-tection de bactéries dans les nappes dhydrocarbures de Titan, que Huyghens avait découvertes en 2005. Mais la sonde ayant cessé de fonctionner au mo-ment même de sa trouvaille, cela ne put jamais être confirmé à 100 %. Le principal satellite de Saturne demeura donc, en théorie, un monde mort. Pourtant, la vie extraterrestre était une réalité en-core ignorée des hommes car elle se cachait, bien à labri sous une banquise dune épaisseur de plu-sieurs kilomètres. Bien que son soleil ne se fut ja-mais formé, cette forme de vie sétait adaptée à son
9
Les Lumières de Jupiter
milieu et avait su perdurer pour devenir ainsi une vé-ritable civilisation. Pendant des centaines de milliers dannées, elle avait muté pour transformer sa propre planète. Cent mille siècles plus tard, la planète com-mençait son nouveau de cycle de régulation. Des profondeurs de son océan prisonnier des glaces, le processus de transformation démarrait progressive-ment. Mais la mutation démarrait dans la glace. A des kilomètres de profondeur, une immense bulle deau se formait, emprisonnée dans la banquise. Il ne sagissait pas dun phénomène naturel, car les Ha-bitants le contrôlaient parfaitement. Leurs différents métabolismes leur fournissaient les moyens dasser-vir leau. Dès que la bulle eût atteint un diamètre denviron trois cents mètres, ils passèrent à létape suivante : renvoyer leau à létat gazeux. Lentement, mais sûrement, les atomes dhydrogène et doxygène se fractionnaient. Après des millénaires et des millénaires de pa-tience, les Habitants commençaient à reconquérir leur planète. Ils étaient en train de faire naître une at-mosphère dans la glace. Et plusieurs kilomètres plus bas, le même processus se répétait, cette fois-ci dans leau liquide. Sous la banquise une seconde bulle dair, dont la taille était sans commune mesure avec la première, se formait sur plusieurs centaines de ki-lomètres carrés. Tirant parti de lénergie émise par limmense corps autour duquel leur monde orbitait, ils pour-raient ainsi maintenir à létat gazeux cet atmosphère encore au stade embryonnaire. Mais le plus impor-tant, cest quen changeant la glace comme ils le faisaient, était quils pouvaient désormais capturer la lumière émise par la grande planète. Après un milliard dannées dattente, les europiens commen-çaient enfin à sortir des ténèbres sous les Lumières de Jupiter
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.