Les mal-aimés

De
Publié par

Captivant, désinvolte, audacieux, ce récit déploie une série de vies et d'expériences humaines qui se succèdent vertigineusement en répétant, comme à l'époque des mythes, des événements semblables, de structure analogue. Les mal-aimés raconte le passé des personnages de la Fosse aux ours, publié en 2003. Cette oeuvre illustre un des traits de la postmodernité dans la littérature latino-américaine que constitue l'intertextualité et dans le cas d'Esteban Bedoya, l' auto-intertextualité.
Publié le : vendredi 1 février 2013
Lecture(s) : 14
EAN13 : 9782296515710
Nombre de pages : 120
Prix de location à la page : 0,0076€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
oVcicétiuirnanivptcaeechrit,cepsrepnsnisevitamiganitlotiseI.olte,audf,désinvpédleioleicai,xuhasctrpiuf,adeilveeiirdeenésseu,ncesérieexpsetdcusesiuqseniamuheuinigrtventdecèmoc,làemopédeuqmeseenntpérénttamenestesbmallbseesmythes,desévénuoG.eugoapsénrevuctres,dalanreturutealepfnsualocaletrlemhec,lécnoioiulimasatulriomltee,noiémaloursuiveonnagespl,seepsrpmsoutertdseetojprrseueldnoitasilaéraltndestarunuésptraqno,sibitsrmaleuedeleilouscdiuttotnemenretuotedtentraincouileireqtserfsurdspéteeltrtesfanmeorlelarutcuneevaenutnesensdelaréalité.aLopylésimdetuxeartiuqeuqitsatnaurteecelelrtponse,unnaetcsnierafagefevoyrtednesollaVnI-eytseedelà,eleàláncltd,eciraseuqudorampnrdedansleàlabsuilimleseapitetssiqueémagnnulquiaedeniarotilaéralncieérxpmpteonecihocs-myobiluqseillirdesêtresmyttpecelbiadseuccteo-ormpleelusssetliquelubroursellexpmaperam:nrocensdantseisraappaiuqxuecemmocages.Fraspersonnridnuedeglvaneeeisonnsroipétphqinauqeulgiatasetdipcteehite,arctnvajeioetr,olamivelrcpae,rcfoeccérpervilnosteerrezMaricnciscoPéam-liaémveciLhsedoBe,nyastsEanebnenó8591sAàéicnuospnevedSINBya.s-2-2:978982396-905,310-96922879Il0©2398tirastludéne,taLofssaexuoursetautresréci2(st)300mal,lliereeuinvearentira
Traduit de l’espagnol (Paraguay) par Joël Dusuzeau et Éric Courthès
Les
urte
Esteban
mal-aimés
Bedoya
deonaul
Les mal-aimés
L'Autre Amérique Collection dirigée par Denis Rolland et Joëlle Chassin   Cette collection de littérature latino-américaine, du Mexique et des Caraïbes au Brésil, à lArgentine ou au Chili, a pour vocation de faire connaître en France des écrivains latino-américains de talent, poètes ou prosateurs, rarement ou jamais traduits en français. Elle accueille des textes en français ou bilingues, espagnol-français, portugais-français, langue-amérindienne-français.   Dernières parutions   OÑATE Iván, La hache enterrée , 2009. ALTAMIRANO Ignacio Manuel, Le Zarco , trad. Françoise Léziart, 2009. FINZI Alejandro, La peau ou la voie alternative du complément (théâtre), 2008. LABROUSSE Alain, La mort métisse. Récits fantastiques dAmérique du Sud , 2008. ROA BASTOS Augusto, Métaphorismes , 2008. MIGUEL Salim, Brésil avril 1964. La dictature sinstalle , trad . L. Wrege et J.-J. Mesguen, 2007. CAVALCANTI DE ALBUQUERQUE M. C., Jean-Maurice de Nassau. Prince et corsaire. Roman historique, 2007. ROJAS BENAVENTE Lady, Étoile deau. Estrella de agua , 2006. BUSTAMANTE MÉJICO Catalina, Mot non dit. Poèmes bilingues espagnol (Pérou)  français , 2005.   AGUIAR Cláudio, Complainte nocturne , 2005. DE FRANCISCO, Le nain et le trèfle. El enano y el trébol. Bilingue français-espagnol, trad. Michel Falempin, 2005.  FIALLO Fabio Rafael, Fin de rêve à Saint-Domingue , 2004. LARBIN Mario, Rio tranquilo, histoires de Patagonie , 2004. MARTI José, Il est des affections dune pudeur si délicate... lettres à Manuel Mercado , 2004.
Esteban Bedoya        Les mal-aimés  Roman     
      Trad uit de l'espagnol (Paraguay)    par Joël Dusuzeau et dÉric Courthès  LHarmattan
                              © LHARMATTAN, 2013 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-99823-0 EAN : 9782296998230  
 
      
                             
 
Préface   dÉric Courthès
                                        
Ce livre dEsteban Bedoya appartient sans aucun doute au réalisme magique latino-américain, dans un processus ressemblant à celui de Rivera Letelier dans le savoureux El fantasista 1 . Il parvient à perpétuer ce mouvement littéraire des années 70, en sappuyant sur les figures de lusieurs monstres 2 , qui semblent tout droit sortis d Peuple-Bêtes p u dAdolfo Bioy Casares, dans LInvention de Morel 3 . Parmi tous ces hommes-animaux, il y en deux qui dominent : Bartolomeo Marietti et Miguel Podestá, arrière-petit-fils dun dompteur dours gitan, qui est en réalité son double, puisquil est le petit-fils de Michelangelo Podesta, dont lidentité fut usurpée par Bartolomeo, dans le bateau qui les menait de Gênes à Buenos Aires Miguel Podesta, cest donc lHomme-Ours, la figure de lanimal le poursuit partout et il finit son étrange course comme témoin du viol de Vivianne, une superbe étudiante suisse, par un ours assassin et pervers, avant de se jeter évidemment dans La fosse aux ours 4  de Berne, afin de punir le supposé coupable Cette uvre démontre aussi clairement que lun des fondements de la postmodernité dans la littérature latino-américaine, cest lintertextualité, et dans le cas dEsteban  et en ceci il ressemble beaucoup à Augusto Roa Bastos 5 , lauto-intertextualité, que jai déjà conceptualisée dans dautres travaux 6 comme endotextualité « Le texte sobserve et se génère lui-même », Les mal-aimés sont une répétition de La Fosse aux ours, publié un an auparavant, cependant, celle-là raconte le passé des personnages de celle-ci En réalité, tout le système narratif est duel, voire triple, comme chez Roa : Bartolomeo est dédoublé en Podesta par lauteur mais il est
                                                      1. Editorial Punto de lectura, Santiago de Chile, 2008. 2. Esteban ma avoué il y a peu sur Skype quil avait passé son enfance à dessiner des monstres 3. Ediciones Colihue, Buenos Aires, 2008 (1940). 4. Arandurá Editorial, Asunción, 2003. 5. Le plus grand écrivain paraguayen, et sans doute lun des plus grands de la planète, toutes générations confondues, auteur du roman le plus sémiotique du XX e siècle : Yo, el Supremo , Ediciones Siglo XXI, Buenos Aires, 1974. 6. Lo transtextual en Roa Bastos , Universidad Católica, C.E.A.D.U.C., Biblioteca de Estudios Paraguayos, vol. n° 67, Asunción, 2006.
 
7
créé par son petit-fils Miguel 1 , qui peut donc être considéré comme le double de lauteur Les limites entre réalité et fiction deviennent indicibles, et cest le Baron 2 , l un des mal-aimés de luvre 3 , qui en a lintuition, avant dêtre précipité dans un ravin par Bartolomeo Marietti Ensuite, ce qui fait luniversalisme 4 et lintérêt de luvre, cest le thème de lerrance, qui est rapporté à son contexte alémanique, à Nietzche et à Goethe ; on pense inévitablement aussi au Parfum de Suskind ; et bien entendu aussi à la thématique du mal, écho du Baudrillard le plus sanglant, inscrite dans la fusion séduction-destruction de lAutre 5  De fait, dans cet ouvrage, comme dans toute toute luvre dEsteban, règne une immense frustration, les stratégies de séduction de Gregorio García avec Dolores et de Miguel Podesta avec Vivianne, échouent lamentablement ; la quête de lautre, alors, ne peut plus se faire que dans son absorption, résolument zoophilique et uasiment de type anthropopha i 6 q g que                                                        1. Cf.  p. 52 : « Il se voyait comme la partie essentielle dune fiction au point de réinventer sa propre histoire familiale. » 2. Cf . p. 16 : « Et si tout ça nétait quun mensonge absurde ? Si toi et moi nétions que des personnages de fiction ? » 3. On pourrait citer aussi Grigu García, Bartolomeo Marietti, Miguel Podestá, de fait, aucun de ses personnages ne découvre lamour dans lautre, ils sont rejetés soit à cause de leur banalité, soit à cause de leur monstruosité 4. Esteban est architecte ; il adore donc multiplier les espaces, non seulement géographiques, de la Suisse et lItalie vers lArgentine et le Paraguay, mais aussi, narratifs Alors que Roa, en partant seulement du local ou presque, atteint luniversel, Esteban sy promène, car il a eu aussi la chance dêtre chargé dAffaires du Paraguay, en Suisse, et actuellement en Australie 5. Cf . exergue de Jean Baudrillard, tiré de La transparence du mal , p. 23 : « Tout un chacun est le destin de lautre et, sans doute, le destin secret de tout un chacun est de détruire lautre (ou de le séduire), non par malédiction ou du fait dune quelconque pulsion de mort, mais parce que le destin de chacun est en relation dinterdépendance avec les autres. » 6. Cf . Victor Segalen, Les immémoriaux, Maori : une civilisation du Pacifique , Plon, Paris, 1982 (1956). « Tu es mon ennemi mais jadmire la force de tes jambes, donc je te tue et je les dévore Tel était lun des fondements du cannibalisme chez les Maoris, arracher à lautre ce quil avait de meilleur, après lavoir vaincu, bien souvent il sagissait des yeux, et alors le vainqueur les arrachait et les avalait tout crus »
 
8
 
  
              
 
Lidée de karma ne doit pas être séparée de celle de renaissance. La question décisive est de savoir si le karma appartient en propre à une personne ou non. C.G. Jung  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.