Les méandres d'une vie en RD Congo

De
Publié par

Grâce Mawete est une jeune Congolaise qui vit une vie paisible mais assez morne à Kinshasa. Alors qu'elle a perdu presque tout espoir de voir les choses s'améliorer, elle va faire la rencontre de David Brice, qui va lui faire un enfant et l'abandonner. Mais désormais, Grâce a décidé de se battre pour se créer une vie et ne plus seulement la subir. Elle va donc changer de ville, aller à Lubumbashi et se fonder un nouvel avenir pour elle et sa fille.
Publié le : lundi 1 juillet 2013
Lecture(s) : 19
EAN13 : 9782336320922
Nombre de pages : 90
Prix de location à la page : 0,0065€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
 sLnaémsdn v dn rDi gGc naMw  st tn jnalgnc  iq siiv apsiiv tn s assz ibl maisnikasahnm à  lnsaqvi, da stns  llll . pdp  n  a llq slAt qsp dpl h sssas  tispd i v aafi al nméli, ll v c .i ind  dntBd viDas nna s,l mdnntva l daînabldan pnts i n afnf iias ntamn va pasi l ann .aMmaés di,q G d lam l  s patts bd  iéd aédsi ,t nmlib slav lle . nd aé  vi n  ntd  ssp li sh stf nd n vna linvhang d vill,a llzà L bmab-343-2-879 : NBS52-3701ts ll   p0 I11,5ll.a fi
Ls méands dn vi n rD cng
G r âc e Mu ko ko
récit
 
         Les méandres dune vie en RD Congo   Récit
     
                   
GRACE M UKOKO  
Les méandres dune vie en RD Congo    Récit
LH ARMATTAN  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
© L'H ARMATTAN , 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01372-5 EAN : 9782343013725
            A ac V  rg E iér Z a -tid V oO un U ns S e  e cdemérjteàat itaneietu   elmnia mnaicpècrreoe sr?sd i oJpen  ocuqrrou ievs  otquosu uetp  oçdau asnsa es ré tlàéa   mon cas. Tout a commencé une semaine après que jai eu mes 24ans, le mardi 15 février 2010, une date que je noublierai surement jamais. En ce temps là, je trainais avec moi un immense sentiment de vide. Cette sensation, je lavais toujours ressentie  depuis que jétais consciente de ce que je voulais en tous cas, à peu près à partir de mes 15 ans  mais   avec le temps et à lopposé de ce que tous ceux à qui javais demandé conseil mavaient affirmé, elle devenait de plus en plus grande. En fait, durant mon enfance mon père avait travaillé à lambassade du Zaïre au Cameroun et je navais pas grandi à Kinshasa. Mes parents qui avaient une très haute idée de léducation avaient tenu à ce que leurs enfants étudient dans les meilleures écoles. Jusquen deuxième secondaire, javais étudié à lécole française du Cameroun. Les aléas de la fortune avait fait que mon père avait dû quitter son travail, suite à un scandale que je navais pas compris sur le coup, javais 13 ans. On avait dû revoir notre niveau de vie à la baisse, vu quà ce moment, mon père vivait seulement de
7
son salaire de professeur à lUniversité. Je passais de lécole française, au Lycée Tobongisa, et franchement je me sentais un peu perdue : je ne me sentais pas vraiment à mon aise à Kinshasa, un peu comme si je nétais pas dans mon milieu. Javais la sensation dêtre coincée dans une vie médiocre, dans un pays médiocre, Javais essayé beaucoup de choses pour me débarrasser de ce malaise. La religion tout dabord : je métais engagée comme « Elenge ya mwinda 1 » dans ma paroisse. Jy étais encore une des plus actives, je participais à toutes les réunions en tous cas, mais le cur ny était plus depuis très longtemps. Passé lenthousiasme des deux premiers mois, je métais rendue compte que les conseils généraux que lon nous donnait ne me correspondaient pas. La réponse à toutes les questions et la manière de surmonter toutes les difficultés était juste « la prière ». Javais aussi essayé « lamour » dès mon entrée à luniversité. Avant cela, je ne voulais pas vraiment parce que tous les garçons que je croisais au collège en face de mon lycée étaient trop terre à terre pour moi. Joël sortait du lot, il était dans la même faculté que moi, mais une promotion plus haut. Si javais dit oui lorsquil mavait fait la cour, cest parce quà force de le fréquenter, je métais rendue compte quil avait un très grand sens de lhumour et aussi une certaine culture. Notre histoire avait duré en tout et pour tout 6 mois. Je nen garde pas beaucoup de souvenir. Je me rappelle seulement que je navais pas lhabitude des relations amoureuses. Au bout dun mois, son extrême sollicitude et surtout sa manie de toujours vouloir tout contrôler dans ma vie mexaspérait et me culpabilisait même puisque je narrivais pas à « mimpliquer » autant quil le faisait. Bref, je pense que lorsquil ma plaquée le jour de la Saint-Valentin, parce quil voulait passer cette fête avec une autre fille « plus
                                                           1 Jeune de lumière : Une association de jeunes catholiques.
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.