Les Mondes Oubliés : La salle de cristal - Tome 2

De
Publié par

Les parents d'Alixe et Mattéo ont disparu, enlevés par un groupe d'impitoyables Dâsas, toujours à la recherche d'Emrys. Le jeune Arya, gardien des secrets oubliés, entraîne ses deux amis dans un monde souterrain plein de surprises et de dangers. Leur but ? La cité cachée de leurs ennemis, où ils espèrent retrouver les disparus.



Entremêlant le récit fantastique des Premiers Temps de la Terre et les aventures trépidantes de trois adolescents dans le monde moderne, Corinne de Vailly nous invite à suivre Emrys dans La Salle du Cristal, le deuxième tome de la saga fantastique Les Mondes oubliés.

Publié le : vendredi 25 mars 2016
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782374531342
Nombre de pages : 139
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
CHAPITRE 1
Mattéo et Alixe étaient en pleurs, accrochés l’un à l’autre, à genoux sur le tapis du salon. Ils ne cessaient de murmurer les prénoms de leurs parents, comme si cela pouvait les faire réapparaître. Emrys tournait autour d’eux, sans un mot, semblant chercher quelque chose.

Lentement, de ses mains écartées, il balaya l’air à une dizaine de centimètres au-dessus de la tête du frère et de la sœur. D’abord, il ne ressentit rien. Puis, il perçut au bout de ses doigts un picotement très faible, bientôt suivi d’une sensation de chaleur prononcée. Il esquissa un sourire furtif.

Mattéo ravala un sanglot et le dévisagea.


— Arrête tes simagrées ! Tu ferais mieux de t’en aller. Tout ça, c’est ta faute…

— Qu’est-ce que tu fais ? bredouilla Alixe, dont les yeux pailletés d’or cherchaient à s’ancrer à ceux du jeune Arya.

— Je me sers de mes mains comme de capteurs, pour percevoir la texture du champ magnétique autour de vous, répondit Emrys, imperturbable, en poursuivant son investigation.

Mattéo bondit sur ses pieds et le bouscula.


— Arrête, je t’ai dit ! Fiche le camp ! Tout de suite !

Emrys chancela sous la poussée, mais reprit aussitôt sa position, jambes écartées, devant Mattéo. Son visage n’exprimait rien : ni colère ni animosité, aucun sentiment particulier. Alixe se leva à son tour lentement et se campa, les bras croisés, entre les deux garçons. Aussitôt, les mains d’Emrys séparèrent les bras de la jeune fille et les placèrent le long de son corps, puis elles reprirent leur ballet autour d’elle. Alixe se raidit.

— Je sens comme… comme des petits chocs électriques sur ma peau… s’étonna-t-elle.

Emrys ne répondit rien et continua à balayer l’air délicatement. Mattéo frissonna. Depuis quelques secondes, lui aussi ressentait des fourmillements sur son épiderme, mais il aurait préféré se faire couper en morceaux plutôt que de l’admettre.

— Votre champ magnétique est très perturbé…, laissa enfin tomber Emrys. Si vous voulez retrouver vos parents, vous devrez vous débarrasser de toute l’énergie négative accumulée en vous. Les Dâsas perçoivent facilement l’énergie négative. Ils détecteront votre présence à plus de cent mètres à la ronde.


— Retrouver nos parents ? s’écria Alixe, s’animant brusquement. Comment ? Que devons-nous faire ?

— Je crois savoir où les Dâsas ont emmené Arnaud et Mathilde, poursuivit Emrys, sans répondre aux questions d’Alixe. Ils n’ont pas beaucoup de refuges à leur disposition dans les alentours.

— Si tu sais où ils sont, qu’est-ce qu’on fait ici à discuter ? s’enflamma Mattéo. Il faut prévenir la police. Ils les récupéreront sains et saufs !

— Nous devons les retrouver nous-mêmes, sans l’intervention de quiconque, répondit Emrys, toujours sur le même ton neutre. Si nous mêlons quelqu’un à cette histoire, les Dâsas emmèneront vos parents plus loin encore, et ce sera beaucoup plus compliqué de les localiser par la suite. Faites-moi confiance. Je les connais, je sais comment m’y prendre…

— Eh bien, non, justement, je ne te fais pas confiance ! gronda Mattéo en serrant les poings. C’est à cause de toi si les parents sont dans le pétrin !

— Calme-toi, intervint Alixe en posant une main sur son épaule.


— Évidemment !

Les lèvres de Mattéo se crispèrent, et il dodelina de la tête en constatant que sa sœur se rangeait encore une fois à l’avis du jeune Savant.

— Les Dâsas les cacheront dans un endroit inaccessible, ou pire, même ! Es-tu vraiment prêt à courir le risque de…

Alixe n’acheva pas sa phrase, mais Mattéo comprit tout à fait ce qu’elle sous-entendait. Emrys ne leur avait-il pas dit que les Dâsas ne faisaient généralement pas de prisonniers ?

À vrai dire, il ne savait que faire. Sa raison lui conseillait d’appeler la police, mais pour dire quoi ? Que leurs parents avaient été enlevés par des gens venus d’une autre époque, issus d’une civilisation disparue depuis des millénaires ? On les prendrait pour des fous, il n’y avait pas de doute. Il avait lui-même du mal à se faire à cette idée, et pourtant il avait vu des Dâsas de ses propres yeux. Il les avait affrontés. Ils existaient, et il ne doutait absolument plus de la menace qu’ils représentaient. Mais c’était plus fort que lui ; il savait que tout ce qu’Emrys avait dit sur le compte des Dâsas était vrai, et pourtant il n’arrivait pas à s’en persuader tout à fait. En réalité, il avait peur. Très peur. Mais, ça, il ne l’avouerait à personne… Pas même à lui-même.


Emrys tourna ses yeux sombres vers le garçon. Lui, il comprenait. Il pouvait aisément percevoir tous les sentiments, toutes les pensées, tous les questionnements, tout le trouble de son ami, mais il n’en laissa rien paraître. Seul le temps pourrait venir à bout des barrières que Mattéo avait dressées entre ce qu’il percevait et ce qu’il était prêt à accepter.

— Écoute, enchaîna Alixe sans réaliser à quel point son frère était perturbé, voilà ce que je propose. Il est dix-huit heures… Donnons-nous jusqu’à demain matin huit heures. Si, à ce moment-là, nous n’avons aucune piste, alors nous préviendrons la police.

— Mais…, protesta mollement Mattéo.

— De toute façon, même si nous prévenons les autorités maintenant, ça ne fera aucune différence. Nos parents sont des adultes. Les policiers attendront probablement vingt-quatre heures avant d’entreprendre des recherches, renchérit Alixe en fixant intensément son jeune frère.

— D’accord…, murmura Mattéo, se rendant compte qu’il n’avait rien de mieux à proposer. Allons-y !

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.