//img.uscri.be/pth/3b232f76ef0cee49ee9150b55fb9e0ded864c127
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les ombres oppressantes

De
228 pages
Moïse Demba, un jeune rural analphabète, quitte sa bourgade pour la grande ville. Il est finalement embauché comme domestique chez une riche héritière. Quand il est victime d'un grave accident de travail qui le plonge dans le coma et que tous le croient perdu, seule sa patronne croit en sa guérison. Il se réveille. Aveugle et amnésique. Et écrit, en quatre heures, un roman exceptionnel. D'où lui vient ce talent ? Le mystère de la mort brutale des parents de sa patronne, dix ans plus tôt, plane dans le manoir. Ils étaient des écrivains d'exception.
Voir plus Voir moins
GrégoireNGUÉDI
LES OMBRES OPPRESSANTES
Lettres camerounaises
Les ombres oppressantes
Lettres camerounaises Collection dirigée par Gérard-Marie MessinaLa collectionLettres camerounaises présente l’avantage du positionnement international d’une parole autochtone camerounaise miraculeusement entendue de tous, par le moyen d’un dialogue dynamique entre la culture regardante – celle du Nord – et la culture regardée – celle du Sud, qui devient de plus en plus regardante. Pour une meilleure perception et une gestion plus efficace des richesses culturelles du terroir véhiculées dans un rendu littéraire propre, la collectionLettres camerounaises s’intéresse particulièrement à tout ce qui relève des œuvres de l’esprit en matière de littérature. Il s’agit de la fiction littéraire dans ses multiples formes : poésie, roman, théâtre, nouvelles, etc. Parce que la littérature se veut le reflet de l’identité des peuples, elle alimente la conception de la vision stratégique. Déjà parus Careen PILO,Les vagues tumultueuses de l’amour, 2015. Rodrigue Péguy TAKOU NDIE,Le fardeau de nos pères, 2015. P. K NKAMANYANG Lola,Rustles on Naked Trees, 2015. Gatchou NJAMEN,La goutte de trop. Les mésaventures de Selbiaf, 2015. Robert-Marie JOHLIO y Pedro VIÑUALES,El Esqueleto de un Gigante, 2015. Paul Emmanuel BASSAMA OUM,Un homme et ses deux femmes, 2015. P. K. NKAMANYANG Lola,Rustles on Naked Trees, 2015. André MVESSO, Lucie ou le retour au pays, 2015. Paul Vincent NLEPE MBAMA, Le fils de Hanna Ngale, 2015. Jeanne-Louise DJANGA,Fantasia. Bienvenue à Paris, France, Europe, 2015. Lacatus ELAT,Interprétations poétiques et philosophiques. Une poésie qui parcourt la vie, 2015. Joseph SOP,L’amour est un pseudopode, 2015.
Grégoire NGUÉDI Les ombres oppressantes
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06793-3 EAN : 9782343067933
Première partie
Chapitre 1 La salle des banquets du Grand Palais était parée de ses plus beaux atours, et les cinq cents invités parmi lesquels se trouvaient des membres du gouvernement et l’essentiel de ce que la société comptait de notables, étaient tous présents. La cérémonie se voulait grandiose, car la Nation, reconnaissante, rendait hommage à un héros magnifique qui avait redéfini l’establishment dans l’exercice créatif.
Le Ministre de la Culture était l’hôte de la cérémonie, et il le ressentait comme une mise à l’épreuve. Son cahier de charges était très strict et, s’il voulait rester Ministre après cette soirée, il avait tout intérêt à ce que les choses se passent à merveille. Vêtu de son plus beau smoking, il était particulièrement fier ; pour un soir, il était la tête de proue du gouvernement. Tels des suiveurs, les autres Ministres restaient en retrait, ils étaient sagement assis, de parfaits spécimens, prêts à être exposés dans une vitrine de grands magasins, arborant leurs plus beaux pennages et affichant un sourire bien trop éclatant pour être sincère. En fins politiciens qu’ils étaient, ils voulaient tous associer leur nom et leur image au nouveau héros de la Nation.
Le Ministre de la Culture qui était on ne peut plus nerveux, essayait tant bien que mal de masquer son angoisse par des sourires mécaniques. Toutes les trente secondes, il reprenait son souffle, espérant ainsi réduire la cadence des battements de son cœur. Son regard se baladait dans les
9