//img.uscri.be/pth/07525f95a9dfcad6ca5b2b68e93b87d88c4d99b7
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les racines de la page

De
128 pages
Ce livre suit le cheminement de la pensée de l'auteur tout au long d'une reconstruction identitaire, à la fois personnelle et collective. Il médite à l'aide de l'ironie carnavalesque et d'anecdotes de son enfance sur toutes les causes imaginables de la tentative d'assassinat de son père, le 29 février 2004, jour du départ deŠl'ex-président, Jean Bertrand Aristide. Ainsi, il se penche sur l'histoire bicentenaire de son pays et sur tous les clivages sociaux et géopolitiques qui font subir, à lui et à son pays, les épreuves d'une crise d'identité profonde.
Voir plus Voir moins
Fabian Charles
Les racines  dela page
Lettres des Caraïbes
Roman
Les racines de la page
Lettres des Caraïbes Fondée par Maguy Albet, cette collection regroupe des œuvres littéraires issues des îles des Caraïbes (Grandes Antilles et Petites Antilles essentiellement). La collection accueille des œuvres directement rédigées en langue française ou des traductions. Derniers titres parus : Clarisse BAGOE DUBOSQ,Lucie Solitaire, 2014. Roland TELL,Un homme d’esclavage, 2013. Steve GADET,Un jour à la fois, 2013 Yollen LOSSEN,Le Fruit de la passion, 2013.José ROBELOT,L’autre bord,2013. Joël ROY,Petit-Noyau dans le courant du fleuve, 2013. Roger EDMOND,Amer café,2013. Gérard CHRISTON,Le carnaval des Mamblos, 2013 Georges LENO,Chronique des lilas, 2012. Raphaël CADDY,Les trois tanbou du vieux coolie, Tomes 2 et 3, 2012.
Ces dix derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le sitewww.harmattan.fr
Fabian Charles
Les racines de la page
Roman Préface de Jean Euphèle Milcé Avant-propos de Roody Edmé
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01849-2 EAN : 9782343018492
Préface Ce livre est troublant et d'une subtilité déroutante. En recevant ce livre, ma première réaction fut de me dire : encore un jeune trop pressé. Sauf que, dès les premières pages, on est pris dans la tourmente d’une prise de parole nécessaire d’un homme de son temps, citoyen troublé et lucide d’un monde pris dans le vertige de la déshu-manisation. Partagé entre l’ennui, un corps en quête de jeux, l’attraction du vide, les souvenirs (vécus ou imaginés) qui remontent jusqu’à la gestation dans le ventre de sa mère, Fabian Charles a su rendre exprimable une part d’indicible de ce monde.Les racines de la page proposedes mécanismes pour lutter contre le silence. Il en résulte une parole à la fois sobre et forte qui nous rappelle, heureusement, l’enjeu véritable de l’écriture. Ce livre dit l’aléatoire et les certitudes d’un écrivain qui ne se contente pas de regrets inutiles. Jean Euphèle Milcé
7
Avant-propos J'ai terminé le texte et je pense qu'il est très dense, à mi-chemin entre les velléités de l'écriture spiraliste et les audaces de Philippe Sollers. Je trouve surprenant que ton premier roman contienne de telles audaces, un flou artistique qui renforce le mystère et ce qui se passe de double ou de triple dans la tête du narrateur. Frank Étienne et Jean Claude Fignolé ont en toi un disciple non dépourvu de talent. Un texte qui brise le récit pour dire le chaos de la vie. Une écriture qui ose – et j'ai eu franchement du mal à démêler ce qui était incorrection syntaxique et liberté de l'expérimentation avec un phrasé épousant la sinuosité de nos chemins cahoteux.Le texte embrasse le politique, la déchirure de l'être guetté par le néant, l'autobiographie risquée d'un jeune auteur qui n'a pas peur de dire qu'au moment d'écrire, il se cherche encore. Et puis une trame où se mêlent actants et personnages, poème et récit – digressions méta-physiques –,aventure de l'écriture en lieu et place de l'écriture d'une aventure. Et puis, des personnages qui se chosifient, des horloges qui fondent, des pensées en suspension, des sonneries téléphoniques enchantées, un téléviseur qui fond en larmes, en urine. Du solide au liquide dans un réalisme surnaturel.En vérité, ton texte ne manque pas d'audace. Il ne tourne pas à vide. À moins que Frankétienne ne te présente à une conférence de presse comme un héritier du spiralisme .Ce que tu es sans doute. Tu risques fort de "provoquer la tempête dans l'encrier" des critiques littéraires, le saut est périlleux mais il vaut la peine d'être tenté. Tu sais Fabian, beaucoup de romanciers ne racontent plus. Ils ont perdu l'art de se créer des doubles et de se projeter dans des identités de rechange. Ce que tu oses dans une écriture si pleine de sève. Roody Edmé
9