Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 6,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF - MOBI - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Dirty Loft saison 1

de editions-sharon-kena

Mystica

de editions-sharon-kena

Jayden Cross 1 l'intégrale

de editions-sharon-kena

suivant

cover.jpg

 

 

 

TOME 2

 

 

LES RAISONS DU CŒUR

 

 

Du même auteur aux Editions Sharon Kena

 

 

 

De feu et de Glace Tome 1

De feu et de Glace Tome 2

De feu et de Glace Tome 3

Les raisons du cœur Tome 1

Le fruit d'un amour impossible Tome 1 et Tome 2

Logane Tome 1, Tome 2 et Tome 3

 

 

 

 

ANGIE L.DERYCKERE

 

 

 

 

Tome 2

 

 

Les raisons du cœur

 

 

img1.png

 

 

 

 

 

« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n'autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article L.122-5, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l'article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »

 

 

©2014 Les Editions Sharon Kena

www.leseditionssharonkena.com

 

 

 

« Les malheurs, on peut les supporter, ils viennent de l’extérieur, ce sont des accidents. Mais souffrir de ses propres fautes, voilà qui est particulièrement amer ! »

Oscar Wilde.

 

 

 

Table des matières

 

 

Prologue

◊1◊

◊2◊

◊3◊

◊4◊

◊5◊

◊6◊

◊7◊

◊8◊

◊9◊

◊10◊

◊11◊

◊12◊

◊13◊

◊14◊

◊15◊

◊16◊

◊17◊

◊18◊

◊19◊

◊20◊

◊ÉPILOGUE◊

 

 

Prologue

 

 

 

Le moment était venu pour Sara…

Elle devait commencer une nouvelle vie…

Ce n’était pas aussi motivant que son travail, non…

C’était juste un nouveau déménagement… une nouvelle maison avec celui qu’elle aimait…

Un nouveau départ avec Jérémy, son petit ami depuis plus de deux ans maintenant…

Et cela la terrifiait…

img2.png Et merde, ragea-t-elle en trébuchant sur le tas de cartons qu’elle avait déposé dans sa chambre.

Sara poussa un long soupir et se baissa vers la boîte qui venait de se renverser sur le sol.

Elle fronça les sourcils, intriguée en découvrant la boîte en métal noire. Elle ne se souvenait plus de l’avoir mise à l’intérieur… cela devait être Katie. La jeune femme l’avait aidée pour l’emballage de ses affaires la semaine dernière.

Sara lui en était d’ailleurs très reconnaissante, car elle n’avait pas eu une minute pour se consacrer pleinement à son déménagement…

Sa carrière lui prenait tout son temps.

Depuis qu’elle avait obtenu son diplôme en médecine après cinq années d’études acharnées, elle avait décroché un poste de médecin urgentiste à l’hôpital Sainte-Anne à Paris où Katie était l’infirmière en chef du service.

Six ans plus tard – aujourd’hui –, Sara dirigeait le service des urgences, d’une main de maître, et le service de pédiatrie… son service qu’elle ne quitterait pour rien au monde.

L’esprit perdu, elle prit la boîte en métal et alla s’installer sur le bord de son lit. Elle la contempla pendant de longues minutes tandis que les souvenirs refaisaient surface…

Tout lui revint malgré les barrières invisibles qu’elle avait dressées contre ce passé douloureux…

Tout… y compris le souvenir du contenu de cette boîte ancré en elle…

Chicago…

Tyler…

Un léger frisson s’empara de tout son être.

Son regard noisette était brouillé par les larmes, mais elle s’efforça de se reprendre avant que l’une d’elles ne s’échappe de ses paupières.

img2.png Reprends-toi, Sara, se dit-elle à elle-même.

Dix ans étaient passés et ce n’était pas le moment de repenser à tout cela…

Bien sûr, elle essayait de s’en persuader et elle y serait parvenue si le téléphone n’avait pas sonné à cet instant…

Elle n’aurait su dire si cette sonnerie avait été le déclic ou si c’était le simple fait de construire un nouveau départ avec un autre, mais son passé vint la submerger de plein fouet…

Elle se souvenait encore de son visage… de son départ de l’hôpital et du soulagement qu’elle avait éprouvé à l’aéroport lorsqu’Earl avait prévenu John qu’il était sorti du coma… du voyage jusqu’en France où elle s’était installée dans l’appartement de Katie avec John.

Les semaines qui suivirent son arrivée, Sara était restée renfermée sur elle-même et John s’était inquiété, comme à son habitude. Il était conscient qu’elle doutait toujours du choix qu’elle avait fait, mais il était convaincu qu’elle s’en remettrait avec le temps.

Pourtant, ce n’était pas faute de l’informer de l’état de santé de Tyler… mais elle refusait d’entendre, d’écouter les messages du jeune homme qui désirait qu’elle rentre…

Elle s’était donc inscrite à l’université de médecine et avait suivi des cours intensifs, effectuant des stages de pratique à l’hôpital Sainte-Anne dans le cadre de son partenariat avec son école.

Pendant de longs mois, elle avait exercé la médecine sans relâche, accumulant garde sur garde, remplaçant les titulaires quand il le fallait.

La direction avait très vite apprécié sa disponibilité et son endurance.

Sara était devenue un pilier pour l’hôpital, une étudiante sur qui ils pouvaient tous compter…

Et c’est ainsi, après avoir obtenu son diplôme, qu’elle fut engagée. Elle décrocha un premier poste. Tout d'abord comme médecin urgentiste avant d'assumer la responsabilité de chef du service des urgences.

Son métier l’accaparait jour et nuit, mais ces inconvénients ne la dérangeaient pas. Elle aimait ce qu’elle faisait et elle était convaincue que rien ni personne ne pourrait la dissuader un jour d’arrêter.

Lorsqu’elle avait atteint la majorité, John et Katie lui avaient acheté son propre appartement. Elle ne voulait pas accepter, mais elle avait fini par se résigner en apprenant qu'il se trouvait juste en face du leur.

Ils veillaient tous les deux sur elle, lui rappelant qu’elle devait se reposer lorsqu’ils découvraient les signes de fatigue sur son visage.

Le soir, John frappait très souvent à sa porte lorsqu’elle rentrait d’une longue garde. Il lui apportait ses repas, veillant à ce qu’elle les finisse.

Il n’était pas difficile pour lui de comprendre les raisons qui la poussaient à rester si souvent à l’hôpital.

Combien de fois était-elle restée dans cet endroit alors qu’elle était en repos ?

Oui, il savait que Sainte-Anne lui était indispensable… c’était son échappatoire… à n’en pas douter.

Un jour, il était venu chez elle et avait tenté de la persuader de répondre aux appels de Tyler qui souffrait de son absence. Mais elle refusait toujours, jusqu’à ce qu’elle découvre une lettre…

Elle rentrait d’une garde de trois jours. Elle avait pris son courrier avant de monter au troisième étage. Une fois arrivée chez elle, le malaise l’avait envahie, découvrant l’écriture de Tyler Maclas sur l’enveloppe, fluide et légèrement penchée, qu’elle avait caressée pendant de longues minutes…

Elle avait mis longtemps à ouvrir cette missive, redoutant sans doute sa teneur.

Elle ne le savait pas, mais John était au courant de la rude rééducation que Tyler avait dû entreprendre. Sara ne voulait rien savoir, préférant rester dans l’ignorance pour ne pas culpabiliser davantage.

C’est pourtant ce qu’elle découvrit dans sa lettre…

Elle était rassurée qu’il ne garde pas de séquelles bien entendu, mais la missive de Tyler avait été témoin des larmes qu’elle avait laissé couler malgré les mots du jeune homme qui désirait la retrouver le plus vite possible.

C’est alors, après mûres réflexions, qu’elle lui avait écrit en retour, la seule et unique lettre qu’elle lui envoya.

Sara ne désirait plus entendre parler de lui, l’informant qu’elle était heureuse en France. Elle avait eu beaucoup de mal à écrire ces mots durs, mais elle s’y força afin qu’il puisse l’oublier et continuer sa vie sans elle.

Elle ne reçut aucune réponse de sa part et s’en mordait les doigts, mais ne l’avouerait jamais.

Les doutes... toujours les doutes présents au fond de son cœur…

La vie continuait donc…

Vint ensuite la rencontre avec cet homme, entrepreneur d’une grande filiale européenne, Jérémy Brochez. Il avait été admis aux urgences pour une chute en moto et Sara l’avait pris en charge.

Le courant était très vite passé entre eux, même si elle éprouva des réticences à accepter le premier rendez-vous qu’il lui avait donné.

Depuis, leur relation était devenue plus sérieuse.

Quatre ans plus tard, la culpabilité d’avoir envoyé cette missive à Tyler l’avait paralysée tandis qu’elle le découvrait sur l’écran de la télévision de la salle des urgences.

Gaëlle Etameur, une jeune patiente dont elle faisait le suivi médical depuis un an, avait surpris son trouble. Elle lui avait donc appris que Tyler Maclas était devenu célèbre grâce à l’arrivée d’une série mondiale dont toutes les adolescentes raffolaient aux États-Unis ainsi que dans tous les pays d’Europe.

Cette découverte avait eu lieu il y a moins d’un an et son petit ami Jérémy lui avait parlé de la série le soir même… ce qui avait donné lieu également à leur première dispute.

En y repensant, Sara sourit, sachant pertinemment qu’elle n’avait aucune raison d’en vouloir à son petit ami d’apprécier cette série. Tyler avait en effet un talent exceptionnel, mais elle refusait d’en visionner le moindre épisode…

La sonnerie résonna à nouveau dans l’appartement, ce qui la sortit de ses pensées.

Elle poussa un long soupir de lassitude avant de reprendre le fil de la réalité. D’un geste rapide, elle se leva de son lit, oubliant la boîte en métal sur le matelas, et décrocha le combiné.

img2.png Oui ?

img2.png Tu es prête ?

img2.png Oh, Katie… euh, non pas encore, répondit-elle en balayant la pièce d’un regard plissé.

img2.png Il doit t’attendre…

img2.png Je sais, mais… je t’appelle dès que je suis prête.

img2.png Tu vas bien ? Sara ?

La jeune femme passa une main sur son front et soupira.

img2.png Oui, oui… je t’appelle tout à l’heure.

img2.png Très bien, murmura Katie, indécise avant de raccrocher.

Sara reposa le combiné du téléphone sur son socle et inspira profondément avant d’entreprendre de porter les cartons jusqu’au salon.

Quelques minutes plus tard, le dernier fut déposé près de la porte d’entrée.

Elle se redressa et jeta des regards furtifs autour d’elle.

Son appartement allait lui manquer.

Son indépendance allait lui manquer !

Cela faisait plus d’un an qu’elle repoussait la proposition de Jérémy, de venir s’installer avec lui, mais il avait demandé sa main la semaine passée, elle ne pouvait plus refuser.

img2.png Ressaisis-toi, petite idiote, jura-t-elle en se dirigeant vers sa chambre.

Il n’y avait plus rien à l’intérieur de la pièce à part son lit que les déménageurs devaient prendre avec le reste des meubles.

Son regard se posa alors sur la boîte et l’idée de la jeter aux ordures surgit dans son esprit. Elle s’en approcha lentement puis la prit d’une main hésitante.

Le regard perdu, elle la contempla pendant une longue minute puis secoua la tête, chassant les derniers doutes de son esprit avant de se rendre dans la cuisine.

Des coups furent frappés contre la porte à cet instant et elle sursauta.

La boîte glissa de sa main moite. Elle heurta le carrelage de la cuisine dans un bruit métallique épouvantable. Sara jura entre ses dents et entreprit de se baisser pour la ramasser, mais elle se stoppa, figée, paralysée par la stupeur tout en fixant la photo de Tyler…

Alors qu’elle pensait que son cœur d’adolescente était guéri de ce prince charmant, Sara s’effondra sur le sol.

À genoux, elle garda les yeux rivés sur son visage rayonnant de bonheur et comprit qu’elle n’était pas prête pour partager sa vie, et ce, avec qui que ce soit…

 

 

◊1◊

 

 

 

img2.png Tu plaisantes là ? Deux fois, Sara ! Ça fait la deuxième fois que tu me fais ce coup-là ! Tu me prends vraiment pour un con !

La jeune femme ferma les paupières, comprenant parfaitement la colère de son petit ami. Elle n’avait pas eu le temps de se remettre de sa découverte. Le téléphone avait résonné dans l’appartement. Elle avait décroché sans réfléchir, oubliant son visiteur derrière la porte.

D’ailleurs, celui-ci devait être parti…

img2.png Je sais… je suis désolée, Jérémy, mais…

img2.png Arrête de te foutre de moi ! Tu vas encore me dire que tu n’es pas prête ?

img2.png Je…

img2.png J’en ai marre, Sara ! la coupa-t-il, furieux. Cette fois, tu dépasses les limites.

Elle soupira de résignation en constatant qu’il voulait mettre fin à leur relation. D’ailleurs, elle aurait dû le faire depuis longtemps, pensa-t-elle avant de déglutir péniblement.

img2.png Je suis vraiment désolée, Jérémy. Je comprends que tu sois en colère, mais laisse-moi au moins t’expliquer.

img2.png Quoi ? ragea-t-il. C’est à cause d’un homme ?

img2.png Non ! Bien sûr que non, et tu le sais. C'est juste que… je ne peux pas.

img2.png Dis plutôt que tu ne veux pas ! C’est avec ton boulot, c’est ça ? Toujours et encore…

img2.png Ça n’a rien à voir avec mon travail et je t’avais prévenu depuis le début que mon métier me prenait du temps, rétorqua-t-elle énervée.

img2.png Tu n’es pas la seule à avoir un boulot, Sara, souffla Jérémy à l’autre bout du fil.

img2.png J’aime mon indépendance et… je pense que tout ceci n’était qu’un leurre et je suis sincèrement désolée, mais il vaut mieux que nous nous arrêtions là…

img2.png Je me doutais qu’un jour tu… Va te faire foutre, Sara !

Les larmes aux yeux, elle s’excusa à nouveau et mit fin à la conversation, déroutée par la lâcheté dont elle venait de faire preuve.

Les minutes passèrent sans qu’elle puisse être capable de penser à autre chose qu’à la blessure qu’elle venait d’infliger à Jérémy, lui qui lui avait apporté beaucoup plus de bonnes choses dans sa vie que quiconque.

Elle se détestait pour ce qu’elle venait de faire, mais elle le lui devait bien. Sara était consciente qu’il méritait bien mieux qu’une jeune femme médecin qui n’existait que pour ses patients, détachée de tous sentiments amoureux…

Puis, dans un élan de colère, elle se leva du canapé et se dirigea furieusement vers la boîte métallique, responsable de sa décision subite. Elle la souleva du sol et l’envoya valser dans la pièce.

Le souffle court, elle regarda vers la photographie qui aurait dû être détruite depuis des années et s’avança vers celle-ci.

C’est au moment où elle s’apprêtait à la ramasser que des coups furent frappés à nouveau contre la porte.

Paniquée, elle se redressa vivement et se précipita dans l’entrée afin d’ouvrir à son visiteur.

img2.png Tu es prête ? J’ai frappé tout à l’heure, tu devais être…

Katie s’interrompit. Elle la jugea un instant d’un regard inquiet.

img2.png Qu’est-ce qui se passe ? Que t’arrive-t-il ? demanda la jeune femme, se rendant compte que quelque chose n’allait pas.

img2.png Je… reste ici, balbutia-t-elle.

img2.png Quoi ? s’exclama Katie en posant ses mains sur les frêles épaules de la jeune femme.

Sara se libéra de son emprise et fit quelques pas en arrière.

Katie la suivit, les traits inquiets, tout en la scrutant d’un regard interrogateur.

img2.png Sara…

img2.png Tout est fini, Katie.

img2.png Je… J’ai loupé un épisode, murmura-t-elle avant d’enlacer la jeune femme dans ses bras, remarquant qu’elle n’allait plus tarder à craquer.

img2.png Non, ça va aller, fit Sara en se libérant de ses bras protecteurs.

img2.png C’est toi qui…. Oh mon dieu…

Perplexe, Sara la fixa puis écarquilla les yeux, paniquée, alors que Katie se baissait pour ramasser la photo de Tyler sur le sol.

Les yeux rivés sur les visages souriants des deux adolescents, Katie se redressa doucement, émue avant de fixer la jeune femme qui fuyait son regard.

img2.png Sara…

img2.png Elle était dans… cette boîte… Elle est tombée et… fit-elle d’une voix brisée par l’émotion avant de s’éclipser dans la cuisine.

Compatissante, Katie la suivit du regard.

Elle lança ensuite un coup d’œil discret vers le visage de Tyler et soupira de lassitude avant de rejoindre la jeune femme dans la pièce, consciente qu’il était temps pour elle de lui avouer qu’ils avaient, avec John, gardé le contact avec le jeune homme.

Elle trouva Sara appuyée contre l’évier comme si elle éprouvait le besoin de reprendre son souffle.

Katie s’approcha à pas lents et posa une main rassurante sur son épaule.

img2.png Tu veux en parler ?

Sara se redressa et esquissa un faible sourire.

img2.png C’est terminé, il n’y a rien d’autre à dire, Katie.

img2.png Explique-moi !

img2.png Il n’y a rien à expliquer, Katie…

La jeune femme resta silencieuse, un instant, puis esquissa un faible sourire avant de lui demander :

img2.png C’est cette photo, n’est-ce pas ?

img2.png Non ! s’écria-t-elle avant de refermer les lèvres et de baisser le regard aux yeux soupçonneux que Katie rivait vers elle. Je… Nous n’attendions pas les mêmes choses, c’est tout.

img2.png O.K., consentit à murmurer Katie en s’installant près de son amie qui venait de prendre place au bar.

Les yeux plissés, Sara la considéra d’un regard discret puis elle ne put s’empêcher de fixer la photographie que la jeune femme tenait toujours dans la main.

Instinctivement, un léger sourire se dessina sur le coin de ses lèvres, ce qui n’échappa pas à Katie.

img2.png Il te manque ?

img2.png Je… Non, mentit-elle en évitant son regard. Ça fait très longtemps maintenant… et puis, je ne regrette pas ma décision, Katie.

Cette dernière leva un sourcil, sceptique.

img2.png J’avais juste oublié cette photo, se justifia-t-elle en soupirant d’agacement. Et… ça fait plus de dix ans, n’en parlons plus.

img2.png Mais tous ces vieux souvenirs sont remontés à la surface… conclut la jeune femme. C’est ce qui t’a fait prendre cette décision pour Jérémy, n’est-ce pas ?

Sara ferma les paupières un instant, se demandant comment son amie faisait pour toujours comprendre si précisément ce qu’elle éprouvait. Elle acquiesça alors d’un signe de la tête, sachant pertinemment qu’il était inutile de nier l’évidence.

img2.png Tu lui manques aussi, tu sais.

img2.png Je… Quoi ? Comment sais-tu ça ? demanda-t-elle, fronçant les sourcils.

Même si elle savait que Sara lui en voudrait, Katie décida de lui dire la vérité. Tout ceci avait duré bien trop longtemps, se dit-elle en posant une main sur la sienne.

img2.png Il n’a jamais cessé de prendre de tes nouvelles, ma puce. Tu restes présente dans sa vie et…

Elle s’interrompit au mouvement brusque que Sara venait de faire pour chasser sa main de la sienne.

img2.png Je sais que tu m’en veux, mais… comment refuser de lui répondre lorsqu’il nous supplie de lui donner de tes nouvelles ?

img2.png John est au courant !

Ce n’était pas une question qu’elle venait de poser, mais Katie hocha la tête pour approuver. Elle s’apprêta à parler, mais Sara lui intima de se taire d’un geste de la main.

img2.png Comment avez-vous pu me faire ça ? siffla-t-elle en se levant du tabouret.

img2.png Sara, ça fait dix ans que tu refuses de l’écouter ! Il ne méritait pas que tu le juges ainsi… ton père…

img2.png Ne me parle pas de lui ! hurla-t-elle, furieuse.

Katie sentit son cœur se serrer douloureusement dans sa poitrine. Elle ne voulait pas la mettre en colère, mais le mal était fait, ce qui l’irritait profondément.

Après un lourd regard de reproches, Sara sortit vivement de la cuisine et s’apprêta à quitter son appartement lorsque la voix cinglante de Katie s’éleva dans la pièce :

img2.png Oui, Sara fuit ! Fuis encore !

La jeune femme se figea irrémédiablement puis sortit de l’appartement en claquant la porte…

img2.png Merde ! persifla son amie.

Rapidement, Katie se releva et se précipita sur les pas de la jeune femme qui courait vers l’ascenseur pour lui échapper.

img2.png Sara ! s’écria-t-elle avant de la rattraper par le bras, l’empêchant de refermer les portes de la cabine.

img2.png Laisse-moi, Katie.

img2.png Hors de question que je te laisse partir comme ça, répliqua la jeune femme en entrant dans l’ascenseur, la tenant toujours par le bras. Écoute-moi…

img2.png Non ! hurla-t-elle. Je ne veux rien écouter… je ne veux rien savoir, je t’en prie…

img2.png Je comprends que tu sois en colère, mais il s’inquiétait tellement pour toi, on ne pouvait pas le laisser sans nouvelles…

img2.png J’ai envie d’oublier, tu comprends ?! Je m’efforce de l’oublier depuis des années ! Je pensais enfin y être parvenue quand…

Elle s’interrompit et ferma les yeux tandis que des larmes silencieuses roulaient le long de ses joues.

Katie eut juste le temps de l’attirer dans ses bras que des sanglots secouèrent la jeune femme qui lâchait enfin ses pleurs retenus depuis toutes ces années…

img2.png Pleure un bon coup… oui, c’est ça…

img2.png Pourquoi ça arrive maintenant ? demanda-t-elle en balbutiant.

img2.png Je ne sais pas, Sara. Peut-être que c’est justement le bon moment. Tu étais prête à t’engager pour la vie avec Jérémy et…

img2.png Mais je ne peux pas… fit-elle avant de rompre l’étreinte de son amie. Je ne pouvais pas vivre avec lui. J’ai l’impression d’avoir fermé les yeux depuis ces trois dernières années et… je me sens vraiment affreuse de lui avoir fait croire à des choses… mais il n’y a rien, Katie… je ne suis plus capable d’aimer. Je ne peux pas aimer… je ne peux plus…

img2.png Mais si… la rassura-t-elle en la prenant dans ses bras, la laissant sangloter toute la peine qu’elle éprouvait à nouveau de se retrouver perdue, comme par le passé…

 

 

◊2◊

 

 

 

Deux jours s’étaient écoulés depuis la rupture entre Sara et Jérémy.

La jeune femme priait chaque seconde qu’il ne débarque pas dans son bureau pour lui faire une scène, mais en même temps, elle éprouvait le besoin de le voir pour discuter des raisons de la séparation qu’elle avait pourtant souhaitée.

Elle savait qu’il n’était plus possible de reprendre leur relation là où elle s’était arrêtée, mais elle ne voulait pas le blesser de cette façon et la culpabilité qu’elle ressentait la perturbait bien plus qu’elle ne l’aurait voulu. Et pendant sa tournée de visites de ses patients en pédiatrie, le petit Trevor Smith remarqua la contrariété du médecin.

img2.png Tu es sûre que ça va, Docteur Sara ?

La jeune femme reposa son dossier sur le petit meuble mis à disposition dans les chambres puis, d'un regard, fit comprendre à ses internes de quitter la pièce.

img2.png Oui, je vais bien, Trevor… Tu m’as posé cette question trois fois aujourd’hui, lui dit-elle en lui souriant tendrement.

img2.png Ben, c’est parce que t’es vraiment bizarre aujourd’hui. D’habitude, quand tu viens, tu dis toujours aux autres que je suis ton petit patient préféré et, là, t’as rien dit.

Sara secoua légèrement la tête, troublée par les remarques innocentes, mais bien pertinentes de son petit patient.

Lentement, elle contourna son lit et s’installa sur le bord avant de prendre sa main dans la sienne.

img2.png Tu as raison… j’ai l’esprit ailleurs ces temps-ci.

img2.png Tu penses à quelqu’un ?

Sara acquiesça d’un hochement de la tête.

img2.png C’est ton amoureux ?

img2.png Non, ce n’est… plus mon amoureux.

img2.png Pourquoi ça ? Il a été méchant ?

img2.png Non, Trevor. Pas du tout, mais… tu sais, les adultes font des choix étranges parfois.

img2.png Oui, je sais. Une fois, maman a dit qu’elle n’aimait plus papa et puis elle lui fait encore des bisous sur la bouche, dit-il en grimaçant légèrement.

Sara se mit à rire avant de reprendre son sérieux.

img2.png C’est juste cela qui me tracasse un peu, mais je vais bien, tu ne dois pas t’inquiéter pour moi, d’accord ?

img2.png D’accord, Docteur Sara, lui répondit-il en se redressant doucement sur son lit afin d’entourer ses bras autour du cou de son médecin. Je t’aime bien, Sara.

img2.png Moi aussi, mon petit patient préféré, dit-elle en le serrant brièvement contre elle. Je dois retourner faire le tour des chambres. Tu vas te reposer un peu, O.K. ? Fanny viendra te voir tout à l’heure pour t’apporter tes médicaments.

img2.png Oh non…

img2.png Il le faut, Trevor, murmura-t-elle, d’un ton plus autoritaire.

L’enfant hocha la tête en soupirant de lassitude puis esquissa un léger sourire.

img2.png Dis, Docteur Sara ?

img2.png Oui ? questionna-t-elle en se retournant vers lui alors qu’elle était sur le point de quitter la chambre.

img2.png Tu veux bien que je te trouve un amoureux ?

Amusée, Sara manqua d’éclater de rire, mais, remarquant l’air sérieux du jeune garçon, elle fit mine de réfléchir.

img2.png Tu crois que tu pourrais me trouver un amoureux ?

img2.png Oui ! lâcha-t-il, enthousiasmé en hochant la tête.

img2.png D’accord, cela me rendrait bien service, mais il faut que tu n’en parles à personne, d’accord ?

img2.png Promis juré. Je ne dirais rien du tout et tu veux un amoureux comment ?

Sara sourit, amusée par ce petit jeu qu’elle s’autorisait rarement avec ses patients.

img2.png Mm… Je ne sais pas, un amoureux gentil.

img2.png Comme moi, je suis gentil !

img2.png Mais un peu trop petit, lança-t-elle en riant.

img2.png Oui, consentit à répondre l’enfant en grimaçant légèrement. C’est dommage quand même parce que si j’étais ton amoureux, je ferais tout pour que tu gardes ce sourire-là sur ton visage.

Émue, Sara se mit à déglutir péniblement.

Les paroles de Trevor étaient touchantes…

img2.png Alors, j’espère que tu me trouveras un amoureux qui te ressemble, Trevor, balbutia-t-elle d’une voix brisée par l’émotion.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin