Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Les secrets du divan rose tome 6 - Un été sucré

De
170 pages
À la fin de l’année scolaire, Frédérique est de retour auprès de ses amies – Rosalie, Emma et Zoé – dans sa ville natale. Les quatre copines se promettent tout un été. Mais elles n’ont pas de sous pour se gâter et ne peuvent pas travailler dans une boutique ou un restaurant
puisqu’elles n’ont pas l’âge ! Drame ? Pas du tout ! Elles décident de fonder la compagnie du Divan rose. Rien de moins ! Elles offriront dans leur quartier des services en tout genre : promener les chiens du voisinage, faire du jardinage (même si c’est plus arracher des mauvaises herbes au grand soleil !), club DVD portatif, vente de popsicles,
confection de cupcakes, services de coiffure et manucure, etc. Malheureusement, elles n’ont pas beaucoup de demandes. Elles se retrouvent donc toutes les quatre le soir au terrain de soccer pour encourager
Zoé et l’équipe des toutpetits.
C’est là, entre deux terrains et trois
ballons, qu’un rayon de soleil et une méga bonne idée se pointeront...
Oui, leur été sera sucré et totalement pétillant !
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Un été sucré
Extrait de la publication Nadine Descheneaux
o N 6
Nadine Descheneaux
Un été sucré
Extrait de la publication
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Descheneaux, Nadine, 1977— Un été sucré (Les secrets du divan rose ; 6) Pour les jeunes de 12 ans et plus.
ISBN 978-2-89595-547-4
 I. Laplante, Jacques, 1965- . II. Titre. III. Collection: Descheneaux, Nadine, 1977- . Secrets du divan rose ; 6.
PS8607.E757E73 2011 PS9607.E757E73 2011
jC843’.6
C2011-940291-2
© 2011 Nadine Descheneaux et Boomerang éditeur jeunesse inc. Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être copiée ou reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission de Copibec.
Auteure : Nadine Descheneaux Illustration de la couverture : Jacques Laplante Graphisme : Julie Deschênes et Mika
La typographie utilisée pour la création de la signature de cette série est la propriété de Margarete Antonio. Tous droits réservés.
Dépôt légal — Bibliothèque et Archives nationales du Québec, er 1 trimestre 2011
ISBN 978-2-89595-547-4
Gouvernement du Québec— Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC Boomerang éditeur jeunesse remercie la SODEC pour l’aide accordée à son programme éditorial.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Imprimé au Canada
Extrait de la publication
L’amitié est le sel de la vie.
Pour mon amie Jeanine, parce qu’on a prouvé toutes les deuxque les confidences sont plus savoureusesdevant un café plein de crème fouettée,qu’on rapièce mieux un cœur en se régalant d’ailes de poulet et qu’on refait mieuxle monde en allant souper ensemble.Merci d’être là, toujours prête !
Extrait de la publication
Extrait de la publication
1
De retour...
— Pousse-toi un peu, Emma ! Zoé, fais attention ! Je veux m’installer, moi aussi ! Fred, ce serait chouette si tu sor-tais un peu de la lune ! Pourquoi tu fixes le ciel comme cela ? Tu vas avoir un tor-ticolis ! Est-ce que je dois te rappeler que le film va être projeté devant nous et non sur les nuages ? Youhouu ! La discrétion n’est véritablement pas une des qualités de Rosalie. Disons qu’elle déplace de l’air ! Mais je suis tel-lement heureuse d’être là, de retour dans mon ancienne ville, avec mes amies de toujours, que je ne me plaindrai pas. Pas ce soir. Emma et Zoé ne rouspè-tent même pas devant les directives de Rosalie. Être ensemble, c’est précisé-ment tout ce qui compte pour nous en
Extrait de la5publication
ce moment. J’ai déjà lu quelque part qu’il faut parfois prendre mentalement des photos des instants de bonheur qu’on vit. Ainsi, on se crée un album ultrapersonnel de souvenirs qui provo-quent toujours des bouffées d’émotions fortes, autant des grands éclats de rire que des larmes ou des morceaux de total bien-être comme présentement ! Mon album est tout neuf. Il ne contient que quelques souvenirs : ma dernière jour-née d’école à Saint-Gilles, une dernière promenade sur le bord de la rivière avec Sarah et Félix, les yeux lumineux de ma mère qui parle au téléphone avec son nouvel amoureux, la vue que j’avais de ma chambre des derniers rayons du jour allant mourir sur l’eau de la rivière et quelques autres petites parcelles de vie que je veux garder bien vivantes dans ma mémoire. Ce soir, j’ajoute cette photo-graphie dans ma collection. CLIC CLIC ! Ce que j’y vois ? Mes trois meilleures
Extrait de la6publication
amies retrouvées et moi, installées sur des chaises pliantes dans le parc, prêtes à écouter le premier film projeté en plein air par l’organisation des loi-sirs de notre ville. On est là, toutes les quatre collées avec les bras des chaises qui se chevauchent, car on voudrait se retrouver comme quand nous sommes sur mon divan rose. Puisqu’il est impos-sible de trimballer le divan au parc (ce serait bien, par contre, car nos chaises en tissu sont quand même beaucoup moins confortables !), on a trouvé chez Rosalie une immense couverture rose qui repré-sentera la version estivale (et plus pra-tique !) du divan ! Un objet de transition qui ne fait déjà pas l’unanimité. — Ça suffit, Rosalie, tu tires toute la couverture de ton côté ! lance Zoé, un peu exaspérée. — C’est vrai, Rosie, je n’en ai plus à mon bout ! Je savais que j’aurais dû en apporter une autre, dit Emma.
7
— Non, non ! Elle n’était pas rose, ça ne tient pas. On voulait que ça nous rap-pelle le divan de Fred ! On va faire avec ! Et puis, il ne fait pas si froid ! Prends-en plus ! C’est correct ! tempère Rosalie. — Fred, tu ne dis rien ? Tu es peut-être fatiguée ? On aurait pu rester à la maison ? Tu veux qu’on rentre ? s’in-quiète Zoé. Je sais pourquoi elle dit cela. J’ai encore les yeux au ciel, l’air un peu perdu, ailleurs… pourtant je suis bien là. Je souris. Je sens mille feux monter jusque dans mes yeux. — Absolument pas ! Je suis trop bien. Juste tellement heureuse que je n’arrive pas à laisser paraître comment je me sens. Je n’ai pas froid non plus, vous êtes presque assises sur moi ! Emma, Zoé et Rosalie examinent l’agencement de nos chaises. En effet, je crois que si mes amies avaient pu, elles auraient empilé leurs chaises par-dessus la mienne pour être encore plus proches
Extrait de la8publication
de moi. On s’est vraiment ennuyées, c’est très clair ! — Et puis, les filles, je suis certaine que j’ai une couverture rose, moi aussi. Elle doit être dans une des dix mille boîtes que j’ai à défaire ! Les prochaines fois, on en prendra deux, autrement celle-ci sera en lambeaux à la fin août ! J’exagère si peu ! J’ai BEAUCOUP de boîtes à défaire. Ma chambre res-semble… à rien ! C’est un château de boîtes. Mais ce soir, en arrivant, j’avais juste hâte de voir mes amies. De reprendre possession de mon quartier. Je suis partie dix mois, mais je vis mon retour comme si ça faisait quinze ans que j’avais quitté ma ville et mes amies. Même après des heures et des heures de route, bien calée sur le siège arrière de la voiture encore une fois débordante, ça ne me dérangeait pas du tout d’aller me rasseoir pour écouter un film. Ce n’est tellement pas la même chose !
9