Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 12,38 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication


© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-55308-8
EAN : 9782296553088

LES SEPTDERNIERS JOURS

(GRAVENEW WORLD)

Du même auteur :

Terre sans Mal ? (Huitramannaland)2010Ibis Rouge,

Jean-François LeCornec

Les SeptDerniers Jours
(Grave New World)

Roman

L’Harmattan

Brave New World presents a fanciful and somewhat ribald
picture of a society, in which the attempt to re-create
human beings in the likeness of termites has been pushed
almost to the limits of the possible. That we are being
propelled in the direction ofBrave New World is obvious.

Brave New World Revisited (1958) byAldousHuxley

7

SAMEDI 15/12/2012

eux ailes noires élégantes haut très haut sur bleu
D
étourdissant…D’abord posé sur les vents en vols
concentriques l’urubu fond soudain vertigineusement vers
les tripes exposées d’un chat écrasé. Majestueuxdans les
airs... làlà au sol misérable ignoble farfouilleurd’entrailles
moche boiteuxgoitreux répugnant.Seul urubudernier
urubu ?Urubu mémoireurubu témoin ?Disparus les
autres.Oubliésd’uneAmazonierévolue… victimesde
l’hygiènevictorieuse etcantonnésen sinistre habit noir loin
du périmètreurbain ?Retournés vers leuridéal voilierau
sommetduciel la fautelescondamnantàla charogne enfin
expiée?Vrai… par lepassé dizainesetdizainesaufaîte des
toitsàl’affûtdeviscères jonchant lepourtourd’étals ou
dégoulinantde bennes municipales jamais vidées.Chassés
les urubusdu paysageurbain malgrélescarcasses os
viandés vieuxbiftecks têtesdepoissonsgarnissant les
trottoirsherbusdu marché àlarive del'Amazone.Le
fleuvelui au moinsescamotelesdétritusdans lamajesté de
son panorama.Il suffitdenepaschercher le détaildene

10

LES SEPTDERNIERS JOURS

poser le regard que sur les bouquets d'arbustes colonisant
les lames de vase violacée d'écarquiller les yeux vers les îles
alluviales lointaines et la mer d'eau douce boueuse
repoussant l'Atlantique. Seul un œil pernicieux y
discernerait les ordures constellant le monde sous
domination humaine.
Aux alentours du marché le samedi matin grouille
d’employés de bureau et petits fonctionnaires venant aux
achats.Des vies d’hommes se profilent devant la nette
contradiction affichée sur les énormes écrans outdoors :
mSAUVONS LAPLANÈTEILESTENCORETEMPSm
21DÉCEMBRE:LA FINmGARANTISSONSLE
FUTURPLUSDECOMBUSTIBLESFOSSILESm
JUGEMENTDERNIER IMMINENT :CHOISISSEZ
VOTRECAMP—NETUONS PLUS LAVIE.Indifférents
à ces sommationsd’ordresdivers lesderniersbarbiers
populaires savetiers rémouleursetautres petits métiers
insistentdans leurséchoppes médiévalesduMercado
Municipal.Uneviesimplerésiste encore... unevie exotique.
Jel'avaisjadis observée.
Jadis… Immuable donc la saveur duBrésil
amazonien. Les couleurs bariolées la joie intrinsèque la
misère optimiste rien n'a changé… apparemment.
C? Un peuependant… moi ou bien eux ou les deux
comme si l’insouciance n'était plus que jouée représentée…
plus que de la poudre aux yeux. Un truc sourd derrière...
cette histoire de fin du monde ils y croiraient un peu tous ?
Et on a beau leur dire jusqu'à l'effort de conviction...
adoptant leur logique: enfin écoutez donc… une erreur

LES SEPTDERNIERS JOURS

11

d’interprétation… ça vous laisse encore cinquante ans. Une
belle marge pour se rafistoler avecDieu… pour se préparer
au mieux. Rien à faire… mordicus. Il la souhaitent cette fin
du monde il faut croire… et certains y voient un
recommencement. Ils espèrent… c'est ça avoir la foi. Ils
tiennent la route : libido en berne un — sacré mérite sous
ces latitudes — et que des péchés anodins — genre un petit
larcin par ci par là —… être sauvés ils méritent. Un âge
nouveau sans tous les tordus les immoraux les
fornicateurs… une nouvelle ère réservée auxvrais croyants
crédules… aux brebis bêêê !
Les tenants de la fin finale... plus nombreux encore.
Que le paradis là et encore pas pour tous loin de là… il faut
s'accrocher… et s'accrocher vite vu le temps qui reste.
Conclusion l’ambiance planétaire… pas le beau fixe y
compris pour les rationnels.Avec le tapage effet de serre
eau qui monte sécheresse chaleur de plus en plusDe quoi
navrer l'optimismejusqu'au paysdelajoie devivreque ça
finirait par prendre?Etavec cette bondieuseriepireque
catholiquequi étendses ténèbresçaleurbarbouille
l'allégresseleur mitigetouchepipi etautres plaisirs simples.
Dissipéel'Amazoniequej’ai connue il ya bien
longtempsau temps où on se cherche.Au temps où
gaspilleurdejeunesse àsincérité douteusejetrafiquais la
géographie… postillonnait sur le destin.De bellesailesà
déployer je croyais...faisais semblantde croire.Et les types
genremoi actuel qu'est-cequejeles méprisais.Petit luxe
d'imbécile ceméprisdes jeunesannées.Devineràquoije
finirais par ressemblerauraitdûêtre àmaportée.Grâce de
l'instant...feinte bien sûr.On sementavantde finirau solà

12

LES SEPTDERNIERS JOURS

nauséer dans le putréfié. Urubu quoi! Inutiles ces ailes
déployées post adolescence… albatros sans envol !
L'exotisme de ma condition sauvegardé… bien
commode… un petit coup d’Amazonie vécu dans la bulle
de l’exotisme. Pouvoir curriculerjel’ai fait.Une de ces
expériencesinitiatiques jeunes quin'initientàriend'autre
qu'àson propre intérieurcaverneux.Reparti après mon
petit tour.M’intégrerici?Irréalisable !Trop lointain moi
trop terriblement occidental... moncôté île…auBrésilau
pireon peutêtrepéninsule.Durde fréquenterdeshumains
trophumains…
J’ai alorsdécouvertcommentça fonctionnait…ça…
lemonde !Devenu réalistequoi
!Fautdirelemondeluimême estdevenu plus réalistequejamaisaprès lesannées
quatre-vingt.L’ébullition jeune à côté delaplaque ces
bulles là c’était plutôt lesderniers rots ultimes râles
soixante-huitardsdela génération passée... jel'avais vite
pigé.EnFranceparticulièrementelle atraîné desdécennies
lanostalgie avecrelentscoliques prisondeventre.Prison
de cerveauaussi... un problème de QIs'accrochercomme
çaplus longtemps quelesautresau monderévolu ?Le
pointderupture… vers2007. Petit début de débat.Et les
changements ?

Re enAmazonie vingt-cinq ans plus tard… et là clac fin du
monde !nouvelle lubie des crétins… une bonne partie
d’entre nous les super sapiens. Parce que pour une

LES SEPTDERNIERS JOURS

13

humanité formatée crédulité marketing idées noires
vingtième siècle et le bon vieux millénarisme ensus pas ce
coup là encore mille ans… bien trop long ! fin du monde…
de temps à autre… on a besoin. Qu’on en finisse !Alors on
se lance… religion frénésie sexuelle bouffe tous plaisirs
immédiats c’est selon. La consommation repartie…
jouissance bellesbaraquesbagnoleset surtout petits plaisirs
cul ouculte.Pourbeaucoupculte… l’âmequel produit!
quel marché !pasderécession.Fatiguéle bipèdeon lesent
bien… pasde findetunnelen perspective.Déçue
l’humanité…déchuepar les monothéistes.Avecundieu
inaccessible à idéescourtes.Pourempirer plus trop
d’Amériquesdevant.Et puisil ya desespèces qui
vieillissent vite 70 000 ans l'éventuel nouveau départ 200
000 ans à tout casser depuis l’émergence. On devait se dire
pas mal celui là un peu mieux foutu que Néanderthal.Et il
y en a là-dedans... il ira loin.Et bien non… ça sent le
sapin... déjà.Et sansinvoquerdeprophétiemaya !

Pasd'arbresdans les ruesducentrepas lemoindremême
palmier maigreombrellepour solitaire…enAmazonie…
uncomble.Deux trois plantesgrassesàpeinevégétaleset
béton total.C'est que dubétonilenfaut pour vaincreles
racinesaux musclesbandéséclatant lamoindre fissurepour
réinstaller lasauvagerieorganique en plein trottoir.Sans
compter quetoutça estconquisde hauteluttesur le
limon... leDagoninsatiablemonstre des origines lovésous
laville engloutissantinlassablement les pelletéesde
goudron réprisant la chaussée.Jamais vraiment rebouchés

14

LES SEPTDERNIERS JOURS

les trous dans les rues. Mais là quand même dans le secteur
du pouvoirPalácio doGovernoPalais de Justice Mairie
Assemblée législative béton béton goudron goudron...
milliers de tonnes... le paquet pour montrer au moins un
îlot d'urbain achevé. Seul endroit où la nature semble avoir
renoncé.
Le soleil de plomb a repoussé un vague espoir de
nuage et pluiemrares averses de saison sèchempour
tempérer la chaleur. Intolérable la chaleur... un peu plus
chaque année c'est ce qui se dit. Une voiture ? Voiture
électrique... l'UnionEuropéenne montre l'exemple.
Voiture électrique auBrésil... peu fréquent encore. Ils ont
gardé l’envie de pollution statut vroum-vroum 4X4 le mari
la dame vroum-vroum berline m'avez-vous vu passer ?
Polluer l'atmosphère ça se mérite en gagnant assez. Mais
attention on milite à bas la pollution.Beaucoup d'autos...
pas tous encore heureux.Des humbles à vélo écrasables il
en reste.D’ailleurs eux aussi font ce qu’ils peuvent pour
polluer… à leur niveau gobeletsjetables papiers sacs
plastique.L'effetdeserrelàparticiper qu’est-cequ’ils
aimeraient.Non! Vélo oucharrette à bras! J'oubliais les
intermédiaires:motos mobylettes pétaradeursapprentis
pollueurs.Etça conduit sportif haut risque...ça frôle ça
zigzaguemles trousmçavientdepartoutçavrombitça
klaxonne çapoussièrise...au pointdeneplus savoir où on
est où on va.
Unevoiturenon merci ! Oualors recroquevillé
derrièreunchauffeurathlète dubitumeunhabitué du lèse
priorité.Me baladeràpiedj'adore… leproblème c'est mon

LES SEPTDERNIERS JOURS

15

compteur…jusqu'à cinqdouches par jour.Quelques pas
dehors re-douche ! Traverser laruejeruisselle... retourner
àl'hôteletdouche encoreune.Etceux quivontauboulot
piedvélobus les nanas surtout toujours l'airfraîches
pimpantescommentelles s'y prennent pour nepasbaigner
dans leur sueur ?Bon melajoueren rabat-joienon mais!
Commesijene connaissais pas lepays!
Allez untacacá!En souvenir…Belém…84.
Pourrissante finde dictature ambianceyenamarre espoir
diretas jád'un peupletoujoursbaisé.Eux l'espoir moivingt
ans...dans l’errance…et l’erreur.Devant la cathédralela
dametacacál'ancienne cathédraleparcequelanouvelle
plusgrande etbien plus moche aucuncharmevraiment.
Personnepour s’yarrêter lesclochardseux-mêmes
l’évitent.Ils ont le goûtdes vieilles pierres lesclodos.Et
puis siraresà Macapáles vieilles pierres pascomme à
Belém.Pas marquéepar lapierre icil’histoire.La
cathédralel'ancienne elletoujoursdu monde devant.Je dis
biendevant parcequ’àl’intérieur là ils nese battent pas
pourentrer lesfidèles.Endégonflement le catholicisme.La
fuite desfidèles… ohpas vers l'athéisme comme en
Europe…athée inconcevable ici… non vers lescrentesles
croyantscomme ils s’autointitulent les vraiscroyants quoi !
Çaveutdirereligions sectesdiverses quisévissentdeplus
en plus.Etavecle coupdepouce findu mondele dieu
évangélisteon sel’arrache.Et oui21décembre 2012... une
semaine !Le fameux calendrier maya. Ils doivent bien
rigoler... les anciens Mayas dans leur tombe... parce que
ceux d'aujourd'hui c'est plutôt la danse dubuffet… leprix
du maïs.Forcémentavec deplusen plusdeChinois qui

16

LES SEPTDERNIERS JOURS

mangent de plus en plus de bœuf... maïs aux bœufs bœufs
auxChinois Mayas ceinture !
Alors cetacacá? Letacacále matin à l'époque...
contre la gueule de bois.Bien pimentépor favor! le monde
indigène en soupe. J'aimais… rituel… la grosse dame en
blanc dentelle style vieux tropiques… bras brun dodu
disparaissant de temps à autre dans une de ses grandes
marmites pour y pêcher les ingrédients. Son sourire privé
de deux ou trois dents se confond au décor colonial à
arcades.Belém vieille ville blanc colonial…C'est vrai fini
maintenant… les sourires ont des dents… le progrès
dentaire au moins ça ! ah non surtout pas degomadans
montacacá! ça m'aurait trop rappelé le foutre balancé à la
légère… bah ! rien que d'y penser... aux ébats des nuits
d'antan dans le glauque… Letacacá… sauvé des
civilisations amazoniennes oubliées…Dans lacuiale tucupi
couleur de l'Amazone les petites crevettes salées et avec le
jambúon croirait les îles flottantes la végétation détachée
des berges… Un sens de l'harmonie lesAmazoniens
jusqu'ày reproduireleur paysage fluvialdans letacacá…
Unindienen moipeut-être bien quej'étais venuchercherà
vingtans.Lemonde indien jenel’avaiscependant vu qu’au
fond delacuiadetacacál’hébétude gueule de bois
l’étourdissementdans la brûlure du pimentaidant.Le
tempsd’untacacá.Baise frénétique ettacacá… seules
révélationsd'alors.Mais pimentaporfavor!
Ah !O Senhor…C'estdoncvous… l’annonciateur
delaprospérité…des temps nouveapux ?arcequepour
moi Monsieur pas la findetout non!Aucontrairele

LES SEPTDERNIERS JOURS

17

renouveau !Et vous… Oh là pas si vite ! Moi ? à peine un
petit intermédiaire !C’est qu’on se retrouverait vite promu
messie. Soyez pas modeste! Votre entrevue avec photo!
En plus vous parlez bien portugais pour quelqu'un qui
vient d'arriver !Ah maisj'ai déjàvécuauBrésilil yaplus
devingtans!Et vousêtes revenu pourannoncer les temps
nouveauxc'est mieux que ces rabat-joiequinenous parlent
que de cette findu monde.Nousicitellementhabituésà
admettrequerien ne changejamais qu'en pire…
particulièrement lorsqueles politiciens s’en mêlent.Mais
celui-làle gouverneur jele crois.Alors pourquoipas ?
Vraiment ?La findetoutça en peudetemps ?
Gossesenhaillons sniffeursde colle fumeursde crack ou
d’oxílàtout prèsdans la fraîcheurdes
mursépaisdudixhuitième…clochards récemmentdébarquésdeBelémmle
fricva arriveril paraîtmattiréscommelescireursde
pompesdesbarsdenuit lesgamines vendeusesde fleurs
et…de gâteries.Gossesfoutus… vie… sexualité…bien
avant lapuberté.Daum realDoutor?...Penser résoudre
ici?Ilen viendra d'autresdel'inépuisableréservoirde
misère duNordeste.Aprèsdesannéesde gauche au
pouvoiràBrasilia ilfautcroirequeles véritables maîtres les
descendantsdes seigneursd’esclaves n’ont jamais perdu
leuremprisesur lepays.La droite… pas une droiteouverte
sur le changement… une droite bornée aucynisme
historique formate encore certainesélites.
Alors l’argentattribué enfonctionduProjet jeme
demande… pourchanger quoi?S’attaqueràlamisère en
Amapá… plusdemigrations vers laGuyane… un leurresi
lamisèrenationalerempliralevide.Il yaunan seulement