Les stigmates de la nuit

De
Publié par

Dans la salle des archives d'un hôpital psychiatrique, le docteur Guillian Rice consulte le dossier médical d'un patient mort quelques semaines plus tôt. Au milieu des rapports psychiatriques, il tombe sur un manuscrit et, en le parcourant, il découvre la vie de son auteur. Celle d'un étudiant essayant de vivre au mieux son homosexualité à travers une relation amoureuse naissante. Il constate aussi que ce jeune homme est hanté par des cauchemars si réalistes qu'il en conserve les stigmates à son réveil. Entre folie et raison, entre rêve et réalité, le docteur Guillian Rice tentera de comprendre les motifs qui ont poussé ce jeune homme à se suicider comme son propre fils quelques années auparavant.
Publié le : samedi 18 juin 2011
Lecture(s) : 172
EAN13 : 9782748192827
Nombre de pages : 129
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Les stigmates de la nuit
3
Titre Nicolas Leroy
Les stigmates de la nuit
Science-fiction
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-9282-6 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748192827 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-9283-4 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748192834 (livre numérique)
6
.
.
8
*
SOMMEIL LÉGER
Je m’appelle Guillian Rice. J’exerce depuis plus de vingt ans la profession de psychiatre et, durant toutes ces années, j’en ai vu de toutes sortes. Mais le plus troublant à mes yeux est bien la moyenne d’âge de mes patients. Ils sont de plus en plus jeunes à venir séjourner dans mon hôpital. C’est très inquiétant. Vu l’évolution de la société, je crains que d’ici à une dizaine d’années, plus personne ne pourra se dire « sain d’esprit ». Je me demande même parfois si nous n’avons déjà pas pris dix ans d’avance. Un des patients de l’hôpital s’est suicidé le mois dernier. Et tout le monde semble déjà l’avoir oublié dans le service. Moi, je ne peux m’empêcher de penser à lui. Il était si jeune. Comment a-t-il pu en arriver à une telle extrémité ? Des patients qui meurent, ça arrive. Personne n’est immortel, et ça, même un « fou » en est conscient. Mais cette mort me préoccupe vraiment. Je pousse la porte de la salle consacrée aux archives dans l’espoir de trouver quelque chose. Un début d’explication. Son dossier pourra sans doute m’aider dans ma tâche.
9
Les stigmates de la nuit
J’ouvre le casier et je m’empare du classeur du patient numéro 232 F01, son nom et son prénom sont quant à eux illisibles. Comme effacés par de l’eau ayant coulé dessus. Il s’agit cependant bien de son dossier. La photo agrafée sur la couverture me le confirme. Est également indiquée, la date à laquelle il devait pouvoir quitter l’hôpital : le 24 novembre. Et, en note ajoutée au crayon, on peut lire qu’il est mort dans cet établissement le 23 novembre, autrement dit la veille de son départ programmé. Je m’assieds sur la seule chaise de la pièce et pose le dossier sur la table. Avant de l’ouvrir, je m’allume une cigarette. Voilà, je suis fin prêt à travailler. J’ouvre le dossier et, parmi les différents papiers administratifs, rapports psychiatriques et autres documents qui ne seront plus d’aucune utilité maintenant, je découvre un manuscrit intitulé :Les causes de ma folie.Sans doute écrit de la main du patient pour lequel je me trouve ici. Peut-être vais-je trouver la réponse à mes questions à l’intérieur. Le seul moyen de le savoir est de le consulter. Avant de le faire, je me pose quand même quelques questions sur le pourquoi de ma présence ici. Je n’ai jamais connu ce patient, il m’est juste arrivé de le croiser une fois ou deux dans les couloirs. Jusqu’au jour où je suis tombé, par hasard, sur un article dans le journal, où il était mentionné qu’il y avait eu un mort ici. Personne dans l’hôpital n’avait pris la peine de me mettre au courant du décès d’un patient. L’article quant à lui ne faisait pas état de beaucoup de détails.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.